Le mari sonnera trois fois…

Je sais bien, évidemment, que les violences conjugales constituent un problème dramatique, et qu’il ne devrait pas y avoir matière à  sourire : si des femmes battues lisent ces lignes, qu’elles ne les prennent en aucun cas pour elles, je déteste au moins autant les violences infligées aux femmes que celles infligées aux hommes, notamment par des hommes, s’entend. Mais voilà  que je tombe sur cette dépêche AFP, et que j’en oublie le sujet sous-jacent pour ouvrir de grands yeux incrédules devant la solution de haute technologie concoctée par nos gouvernants, je vous prie de bien vouloir m’en excuser, c’est…

Inviter Fred à  se taire.

Ce titre ne vaut que si Fred est un avocat -et ce parce que ça me faisait un jeu de mots pourri, au beau milieu de l’été et pendant que les gens conduisent à  deux à  l’heure dans les bouchons d’un « chassé-croisé » que je ne comprendrai jamais. Pendant qu’ils le font, de terribles drames continuent à  survenir, et des personnes qui ne sont pas sur les routes croient devoir les commenter à  tout prix, contra legem, ce qui n’est rien, mais surtout en dépit du bon sens et de la plus élémentaire prudence, ce qui est plus important -lorsqu’ils sont…

Léger m’a tuer !

A tous mes abonnés chéris, je demande pardon ! J’ai encore fait une mauvaise manipulation, et publié un article inachevé -ça parle des réformes dégoûtantes en cours, je me suis un peu énervé, et voilà , j’ai appuyé sur le mauvais bouton -exactement comme les gens de la Commission Léger et leurs idées tordues…

Acquitté.

C’est un magnifique moment de Justice. J’ai eu la chance d’en connaître huit, mais celui-là , si loin, si intense, résultant d’un tel travail, de tels combats… Alors, un peu en forme de1 très sincères excuses : je souhaite vous expliquer pourquoi je n’arrive pas à  me sortir de ce moment récent où, debout2 devant le box des accusés, l’on a compris que les personnes que nous défendions étaient acquittées… J’arrive parfaitement à  revenir au sein de ma famille, à  « redresser » le cabinet en avalant le boulot en retard, mais je n’arrive pas à  écrire ici : question de contraste d’intensités,…

Libertés en tous genres !

Je ne sais pas trop ce qui se passe, aujourd’hui, sans doute une conjonction d’intelligences, tout bêtement ! Mais profitons en rapidement, comme toute série ça ne dure jamais : voici donc un tour rapide et joyeux des bonnes nouvelles de ce matin, auxquelles il n’y a aucune raison de ne pas ajouter nos propres bonnes humeurs…

L’Avocat Général avoue implicitement…

Ca se passe dans la même affaire que dans la brève précédente, ils sont trois, et la situation d’un autre gamin pose un problème à  la Cour : il possède un casier judiciaire qui, malgré son jeune âge, est largement plus fourni que son camarade, puisque porteur de dix-sept mentions (!), la valeur comme chacun sait n’attendant point le nombres des années… Oui mais voilà  : est-il pour autant en état de récidive légale ?

La Cour avoue…

Ce devrait être un peu triste, mais allez, il fait beau, et cette audience de la Cour d’Appel m’a tellement fourni de matière, un peu souriante ou franchement et honteusement dramatique, que je peux bien n’en faire qu’une brève sans trop de commentaires -une fois n’étant pas coutume… Cet homme, donc, prévenu, ayant un casier particulièrement dense, est interrogé par la Présidente d’audience selon la formule rituelle, mâtinée il est vrai en ce qui la concerne d’un léger soupçon de charge, oh, à  peine, comme vous l’allez constater :