Un Mô légal

Ce blog permettra au brillant ( si ) avocat qui se cache ( à  peine ) sous le pseudonyme de Maître Mô de dire absolument tout ce qu’il voudra, ce que notre Mère à  tous la Loi permet en principe, au sens propre, ledit principe souffrant d’exceptions qui recoupent assez naturellement, pour une fois, les préoccupations de l’auteur, qui ne dira donc jamais de mal de personne nominativement ( fausse redondance ), ni ne devrait jamais permettre que quiconque se reconnaisse ici formellement, ledit pseudonyme n’étant, par ailleurs, pas employé par crainte ou lâcheté, pour une fois également, mais uniquement pour distinguer définitivement ledit Maître Mô virtuel, qui n’a ni cabinet ni clients, dudit brillant avocat, qui ne veut rien d’autre en ces pages que se défouler, et bien souvent pousser les petits cris désespérés que la bonne tenue des audiences l’oblige à  museler lors d’ycelles, de telle sorte qu’en cas de souhait de poursuites judiciaires (évidemment vouées à  l’échec, Maître Mô disposant, gracieusement, d’un avocat talentueux, mais il existe des procéduriers très opiniâtres…), il suffira sans doute d’adresser un mail préalable à  Maître Mô, l’extrême longueur de cette phrase (Longueur de phrase et caractère abscons voir totalement opaque que je tiens à  dédier à  tous les juristes de France, à  commencer par les premiers d’entre eux que l’on nomme en général « le législateur » afin de ne pas provoquer la honte des personnes ainsi désignées en les nommant individuellement…), dont je renforce volontairement c’est vrai la difficulté de lecture sans médicaments adaptés en la mettant en italique, sourions un peu que diable, n’étant enfin employée qu’en un hommage vibrant à notre Mère à tous la Loi, de sorte que, comme Elle, elle ne soit plus in fine plus lisible ni compréhensible.

Sinon, et à  toutes fins, si vous êtes amateur de casses-tête, lisez la principale loi applicable à  ce blog et à  son propriétaire : si quelqu’un parvient à  la comprendre, d’abord, et à  en résumer (un article à  m’adresser par mail pour publication glorieuse !) le contenu en… Allez, disons une page, je l’embauche soit ici comme rédacteur permanent, soit au cabinet !!

Enfin, la plupart des choses qui composent ce blog sont libres de droits, ses différents logiciels, notamment, étant tous sous licence GPL, l’une des plus belles du monde à  mon avis, et c’est un juriste qui vous le dit, et en font entre autres un espace de grande liberté, donc sacré !

Bref, tout ce baratin abscons ne veut réellement dire que deux trucs :

  • – citez et utilisez tout ce que vous voudrez que vous prendrez ici, sauf indication particulière, mais une petite récompense morale à  l’auteur n’a jamais fait de mal à  personne !

(Exemple : la photo de l’avocat plaidant en haut à  droite des pages, qui est celle d’une statuette du génial sculpteur Forchino : la photo est de moi et j’aurais pu la publier sans rien dire, mais j’ai pris la peine, naturelle me semble-t-il, de lui en demander l’autorisation via son éditeur français, qui m’a gentiment répondu en acceptant sans aucune contrepartie; du coup, j’ai inséré en-dessous un copyright avec un lien vers son site… C’est ça, la liberté bien comprise, courtoise et morale !)

  • – pas d’usage commercial en revanche, merci d’avance : vendre le travail (un grand mot mais quand-même) à  usage gratuit d’un autre est, tout simplement, laid.

Tout ceci se trouve un peu résumé ici, c’est surtout histoire de mettre un joli logo cliquable à  cet endroit, pour terminer, le contrat y afférent étant applicable à  tout le site :

Licence Creative Commons, reposante, surtout pour un juriste français…

PS IMPORTANT : la loi évolue, évidemment, c’est une matière vivante1 ; désormais elle m’impose de vous parler de cookies, de vos données et de leur conservation, de confidentialité, bref, de RGPD : vous trouverez toutes ces choses passionnantes sur la page Mô-tus, l’une des rares presque sérieuse de tout ce site…

  1. Je sais, parfois on ne dirait pas… []

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Pour ceux dont les yeux auraient trop de mal avec le formulaire de base, cliquez sur l'icône qui affichera votre commentaire en plein écran, avec une lisibilité nettement plus importante.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Commenter

(Nom ou pseudo et adresse mail nécessaires, merci. Votre adresse ne sera pas publiée.)

Cliquez pour utiliser les smileys :

Vous notifier les futurs commentaires de cet article par email ? Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.