Un dernier Mô

Je n’aurais évidemment jamais voulu écrire ce billet. D’ailleurs je ne vais rien écrire de plus ce soir, je vais vous laisser faire.

Mô nous a quittés aujourd’hui. La vague de tweets que nous avons vu passer montre à quel point il comptait pour nombre d’entre nous.

Si vous souhaitez laisser ici un message qui puisse “rester” un peu, qui soit lisible par sa famille par exemple si elle le souhaite, je vous propose d’utiliser l’espace commentaires à cette fin.

J’essayerai pour ma part d’écrire un jour la chance que j’ai eue de le connaître quelques années, mais c’est trop difficile pour l’instant, les larmes me brouillent la vue.

A bientôt, mon ami. Je crois que tu as bien dû te marrer de là-haut en me voyant me débattre pour récupérer mes identifiants et tenter de trouver mon chemin dans ce fouillis de modifications que tu as créées dans les coulisses de ce blog.

469 Commentaires

  1. Gaëlle
    J'avais découvert Maître Mô via le blog d'Eolas il y a longtemps. C'est bien peu de dire que j'ai immédiatement apprécié la grande qualité d'écriture de ses chroniques, sa sensibilité et son sens de l'humour. Je ne compte pas les fous rires que j'ai pu avoir en lisant ses tweets ! Je ne compte pas non plus les larmes, car son humanité profonde transparaissait derrière chacun de ses môts. A travers son regard, j'ai appris à faire un pas de côté et compris que la profession que nous avons en commun pouvait s'exercer autrement. Alors voilà, comme à beaucoup d'autres, il me manque. Je pense à sa famille, à ses enfants particulièrement. Ce petit môt pour leur dire qu'ils ne sont pas seuls.
  2. heypic
    Reposez en paix, merci pour tous ces moments de découverte de votre métier, de votre vie, votre passion, qui m'ont ouvert les yeux sur un autre univers qui me restera, j'espère, inconnu.
  3. VINCENT JM
    Je souhaite assurer du fond du cœur, à la famille et aux amis de Maître Mô, que mes plus affectueuses pensées les accompagnent.
    Merci Maître Mô pour ce que vous avez ajouté à notre humanité.
    Jean-Marie
  4. Marie-Aude
    J'ai croisé Maître Mô sur le forum WordPress, quand il montait son blog. Ca a été un bonheur d'échanger avec lui, de découvrir ses Mô auxquels il donnait un bel écrin. J'aimais ses histoires, son humanité, son sens de l'humour. Et puis un jour je l'ai découvert lors d'un reportage sur l'acquittement qu'il avait obtenu à Nouméa, j'avais vu qu'il était aussi grand bonhomme physiquement que dans son blog. Il écrivait moins, je suis désolée d'en découvrir aujourdhui la raison, désolée aussi de lire dans cette colonne qui donnait la liste de ses derniers brouillons "J'aurais quand même cinquante ans". Toutes mes condoléances à sa famille, ses proches, et tous mes remerciements à Maître Mô pour ces si longues années de partage.
  5. Plus de 10 ans que je suivais ses publications. Les aventures de la famille Mô, c'était devenu un peu aussi la nôtre. Pour nous, les Amônymes. Encore tard sur une nuit dernière de janvier accompagnée de caféine, il s'inquiétait sur le piétinement de la liberté d'expression dans ce monde. 
    C'est sûr que l'actualité ne donnait pas envie de sortir beaucoup de "coupette". Puis ce masque qui lui décollait encore plus ses "oreilles".   Mais il n'avait jamais parlé de sa maladie. Son départ brutal en février fut un vrai choc. Avec une telle maîtrise des mots, on devait être nombreux à avoir pensé qu'il avait aussi dompter la mort. 
     
    #Aurevoiretmerci, #MaîtreMô. 
     

       
  6. Catarichka
    Merci Maître Mô pour avoir pris le temps de partager tant d'histoires qui nous ont permis de connaître mieux le fonctionnement de la justice, de rencontrer des personnages que vous avez toujours dépeint avec humanité. C'est une bien jolie trace que celle que vous laissez... Condoléances à ceux qui vous pleurent.
  7. Denis Monod-Broca
    Que c'est triste !
    Je ne le connaissais qu'à travers son blog, ses billets et ses réactions à mes commentaires, il y longtemps de cela déjà. Je l'appréciais beaucoup comme je vous apprécie aussi, Marie, indirectement.
    Bon courage !

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Pour ceux dont les yeux auraient trop de mal avec le formulaire de base, cliquez sur l'icône qui affichera votre commentaire en plein écran, avec une lisibilité nettement plus importante.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Commenter

(Nom ou pseudo et adresse mail nécessaires, merci. Votre adresse ne sera pas publiée.)

Cliquez pour utiliser les smileys :

Vous notifier les futurs commentaires de cet article par email ? Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.