Désolé, noyade en cours…

C’est chaque année la même délirante course, à  cette période où l’on tire la langue en pensant au soleil et à  la mer qui attendent quelque part, encore loin, et où, brutalement, tout devient, non pas « urgent », tout l’est déjà  tout le temps, mais « extrêmement urgent », à  faire du jour au lendemain, parfois d’une heure à  l’autre …

Alors voilà , dossiers sur dossiers, urgences sur urgences, audiences sur audiences, publier ici devient une sorte d’injure sous forme de temps perdu, celle faite aux halètements des clients sur le paillasson, et aux avidités statistiques des magistrats, dont tous les dossiers doivent immédiatement être réactivés en même temps ..!

Alors pardon, mes fidèles lecteurs (ma famille, quelques amis, et vous, les dix improbables qui vous égarez ici quelques fois par semaine, en croyant sans doute que je suis un lien commercial), pour ces délais, pour les jours écoulés – auxquels il faut le dire s’ajoutent de brèves nuits passées à  se rider les yeux sur les lignes de code qui construisent ce blog …

Je vous le jure, je reviens très vite, je vous gave d’articles à  tout va dès bientôt …

Existe-t-il une règle de droit que ma consoeur aux trois dossiers n’ait pas enfreinte l’autre jour ?

Que vont devenir les héros dramatiques de mon Histoire Noire ?

Maître Mô parviendra-t-il à  l’été couvert de rides, aveugle et branlant ?

Encore un peu de patience, encore un tout petit peu de sueur dans la robe, et vous saurez tout ceci, et tout le reste, qui est immense …

Je découvre en attendant que tout avoir en tête et ne pas avoir le temps de l’écrire est une torture ..!

Et que l’épuisement et la sensation d’avoir besoin de cinq ou six têtes différentes pour ne rien oublier n’empêchent pas le rire de se frayer un chemin, parfois, dans ce désordre …

Comme, hier, cette personne à  qui l’on proposait un bracelet ou la prison, et qui a répondu, me prenant totalement de court (allez, j’aurai quand même écrit un truc aujourd’hui) :

« Bracelet électronique ? Ta mère ! »

Elle ne doit pas être toute neuve, mais dans le contexte, j’ai eu du mal à  m’en remettre !

Ce que je fais néanmoins, pour vite vous retrouver …

 

3 Commentaires

  1. Oazar
    "[...]tout avoir en tête et ne pas avoir le temps de l’écrire est une torture ..!" Par contre l'inverse est un drame. (Oui, je commente avec 3 ans de retard. Honte à  moi, je n'ai découvert votre blog qu'il y a une dizaine de jours et, accessoirement, que je n'ai pas grand chose à  dire (le drame...) sinon que : Continuer ainsi vos combats, conserver intact votre sens de l'humanité, votre optimisme aussi, enfin tout quoi. Et merci pour tout ces récits)
  2. Mussipont
    "Bracelet électronique ? Ta mère ! Le juge l'a entendu ? Allez, je vous souhaite bien du courage, vos fidèles lecteurs vont attendre sagement une accalmie...

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Pour ceux dont les yeux auraient trop de mal avec le formulaire de base, cliquez sur l'icône qui affichera votre commentaire en plein écran, avec une lisibilité nettement plus importante.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Commenter

(Nom ou pseudo et adresse mail nécessaires, merci. Votre adresse ne sera pas publiée.)

Cliquez pour utiliser les smileys :

Vous notifier les futurs commentaires de cet article par email ? Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.