Ah ! Mam…

Un mot rapide, pour une fois c'est promis, juste pour vous livrer, si vous disposez d'un peu de temps et de beaucoup de courage, le texte intégral de l'"Avant projet du futur code de procédure pénale soumis à  concertation", c'est le titre du pavé en question, qui m'est obligeamment fourni en cette somptueuse version .pdf par Marie, que je nomme derechef Grande Fournisseuse1 de Mots à  Mô, et que je remercie, pour ça et tout le reste, Grand Å’uvre Munificent de Madame Michèle Alliot-Marie, Ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés2, vous dire si c'est du lourd -le projet, veux-je dire...

J'avoue (bien qu'il ne faille jamais le faire sauf si vous êtes assisté d'un avocat ayant accès au dossier en garde à  vue, donc pas en France) que je ne l'ai pas lu, ayant malheureusement quelques dossiers urgents en cours -j'ai seulement été directement regarder, telle la vérole se ruant sur le bas-clergé, les nouvelles dispositions relatives à  la venue dudit avocat en ladite garde à  vue, qui,  croyais-je, toujours naïf et pur comme tous les avocats, dont c'est le métier, ne pouvaient manquer d'être totalement révolutionnaires, et de laisser enfin ledit3 avocat travailler efficacement dès ce stade, et, partant, le justiciable bénéficier de son assistance effective, puisqu'on ne parle que de ça depuis des mois, que la jurisprudence européenne l'exige, et que maintes conclusions de nullité, décisions judiciaires et autres toutes fraîches questions prioritaires de constitutionnalité, le demandent à  tue-tête...

Je ne cache pas une légère déception... Lire la suite

  1. Toujours cette féminisation stupide, la vache, "fournisseuse", c'est vraiment pas beau, on dirait de l'argot de voyou... []
  2. Au prix des cartes de visite, une titulature pareille, moi je dis que ça ne sauve pas la planète... []
  3. "Ledit", "dudit" ... Ne cherchez pas, c'est juste pour faire juriste, bien sûr que dans la vraie vie on ne parle pas comme ça... []

Petit moment de détente du week-end …

... qui vous est offert, une fois n'est pas coutume, par le ministère de l'Intérieur1 .

Quelques erreurs forcément volontaires se sont glissées dans ce communiqué, ou ce compte-rendu, comme on voudra, publié sur le site dudit ministère, et découvert via Eolas2 . Saurez-vous les retrouver ?

Indice : la plupart me paraissent concentrées dans les quelques lignes que, par souci de meilleure accessibilité, je reproduis ci-dessous. Lire la suite

  1. Et aurait dû être mis en ligne dès hier, si je ne m'étais pas fait griller par mon hôte, alors que j'avais terminé mon post avant lui - en même temps, il est chez lui, quand même ... - tant pis, ça fera deux billets du week-end. []
  2. Merci Maître ! Que ferait-on sans les avocats, je vous le demande ... []

2010 : Alliot-MAM en bobos !

(Désolé pour ce titre, je me l'étais promis, comme ça c'est fait.)

Ça vient de tomber, dans la mesure où je pense que la Garde a tenu ces propos pas plus tard que tout à  l'heure : une pause entre deux rendez-vous de rentrée, l'idée saugrenue d'aller jeter un œil aux actualités du Ouaibe, petite idée derrière la bavette en cherchant un peu autour du doux nom d'Alliot-Marie et de la sacro-sainte réforme programmée de la procédure pénale en général et de l'instruction judiciaire en particulier, je me disais bien que ça n'allait pas traîner, et je ne suis pas déçu : voilà , dépêche parue sur Le Monde.fr, pour le moins gothique, effectivement, et qui me laisse momentanément sans voix -pas encore tout à  fait sans mots, mais à  ce rythme ça viendra vite... Lire la suite

Sauvés !

Dans 1,6 %, je vous disais il y a quelques jours mon dégout pour la récupération d'un drame, et aussi que les politiques de tous poils allaient sauter dessus à  pieds joints et les sabots crottés, ça avait déjà  commencé...

Et ça continue, ah s'il y a une chose qu'on ne peut pas enlever au Gouvernement actuel, c'est sa rapidité, et on atteint très vite des sommets insoupçonnés...

Tinotino, qui se tient évidemment scrupuleusement informée des nouveautés proposées par son ministre, c'est bien normal, vient de me faire parvenir ce lien, où Monsieur Serge Portelli, magistrat et représentant syndical, s'effondre dans un beau texte à  la lecture de la dernière invention géniale en date en matière de délinquance sexuelle, celle de Monsieur Brice Hortefeux, qui voudrait que les gardes à  vue des auteurs supposés de tels actes passent du régime général, deux jours maximum, au régime spécial de quatre jours, actuellement réservé on le sait notamment au terrorisme... Lire la suite

Le mari sonnera trois fois…

Je sais bien, évidemment, que les violences conjugales constituent un problème dramatique, et qu'il ne devrait pas y avoir matière à  sourire : si des femmes battues lisent ces lignes, qu'elles ne les prennent en aucun cas pour elles, je déteste au moins autant les violences infligées aux femmes que celles infligées aux hommes, notamment par des hommes, s'entend.

Mais voilà  que je tombe sur cette dépêche AFP, et que j'en oublie le sujet sous-jacent pour ouvrir de grands yeux incrédules devant la solution de haute technologie concoctée par nos gouvernants, je vous prie de bien vouloir m'en excuser, c'est plus fort que moi : cette idée géniale d'un bracelet électronique fixé, pardon, scellé, au poignet du mari violent, et du petit boitier possédé par sa victime qui sonnera s'il "s'approche de son périmètre", est véritablement une trouvaille... Lire la suite

Inviter Fred à  se taire.

Ce titre ne vaut que si Fred est un avocat -et ce parce que ça me faisait un jeu de mots pourri, au beau milieu de l'été et pendant que les gens conduisent à  deux à  l'heure dans les bouchons d'un "chassé-croisé" que je ne comprendrai jamais.

Pendant qu'ils le font, de terribles drames continuent à  survenir, et des personnes qui ne sont pas sur les routes croient devoir les commenter à  tout prix, contra legem, ce qui n'est rien, mais surtout en dépit du bon sens et de la plus élémentaire prudence, ce qui est plus important -lorsqu'ils sont avocats, ça mérite même selon moi qu'on interrompe ses vacances et se fende d'une petite râlerie estivale peu galante1 . Lire la suite

  1. Ce texte est tapé sous un cagnard de plomb, pardon si les mots en sont écorchés, je ne vois presque rien à  l'écran -tant mieux parfois, vous l'allez voir... []