Un an ferme

Élodie a vingt-et-un ans depuis peu et, si la vie n'a pas été spécialement tendre avec elle les années précédentes, la fin 2007 et le début 2008 sont en revanche assez heureux et chargés d'espoir : elle a continuellement pu travailler, petits boulots certes, mais en continu, ses relations avec ses parents se sont normalisées, elle a rencontré un homme - le bon cette fois, Patrick, qui travaille lui aussi, et a connu les mêmes galères autrefois, n'en étant que plus gentil maintenant.

En avril 2008, c'est un peu l'apothéose : Patrick a hérité d'une maison, ils pourront y emménager dès leur retour de la "saison" qu'ils ont tous deux, courageusement, été faire dans les Alpes, en tant que serveurs; mais ce qui la rend plus heureuse encore, c'est qu'elle vient de découvrir qu'elle attend leur enfant.

Il n'y a qu'un minuscule point noir : à  l'âge de dix-huit ans, elle a commis un délit, une unique erreur, un vol, qualifié de "simple" par la loi et parce qu'il l'est : sa vie était mouvementée à  l'époque, un type l'avait "ramassée" avec deux copines dans une boîte et tout le monde s'était retrouvé chez lui - il a essayé de draguer, est devenu "lourd", et les filles sont reparties, mais pas les mains vides : il était ivre et n'a pas vu grand-chose, et elles en ont profité, Élodie ayant quant à  elle cru pouvoir lui voler une console de jeu et quelques CD.

Évidemment il s'en est aperçu le lendemain et a porté plainte, Élodie a été entendue, et a reconnu son méfait sans difficultés, en expliquant qu'elle avait agi ainsi par bêtise, et aussi un peu par colère parce que le type était devenu grossier et ne pensait qu'à  ça...

Mais tout ceci se passait en 2005, Élodie n'en a d'ailleurs qu'un vague souvenir, et elle a été très surprise, en février ou mars dernier, de recevoir une convocation à  comparaître devant le Tribunal Correctionnel; elle a aussitôt été voir un avocat, qui a consulté le dossier et l'a rassurée : elle ne risquait pas grand chose pour des faits bénins, anciens, uniques dans sa jeune vie, et au vu aussi de son parcours et de sa bonne insertion actuelle ; si la victime se présentait à  l'audience, il faudrait simplement l'indemniser - ce qu'Elodie trouvait effectivement normal - moyennant quoi il était impossible qu'on lui inflige autre chose qu'une peine de principe, voire plausible qu'on la dispense de peine purement et simplement, comme la loi le permet parfois.

Élodie avait trop de revenus pour qu'un avocat puisse la défendre sous le bénéfice de l'aide juridictionnelle, et trop peu pour le rémunérer elle-même : dans ces conditions, l'avocat consulté lui concédant d'ailleurs qu'un défenseur ne lui était probablement pas indispensable (elle est adorable et "présente" très bien, et il lui avait indiqué de quelles pièces justifier, et à  peu près quoi dire), elle décidait d'aller seule à  l'audience, prévue le 25 avril 2008 - ce qui tombait assez bien, son contrat de travail dans les Alpes se terminant le 24.

Elle rentrait effectivement à  LILLE le 24, et se présentait le 25 à  l'audience correctionnelle de la Chambre concernée, où il lui était indiqué que si son nom ne figurait pas sur le "rôle" (le listing des affaires affiché à  l'entrée de la salle), c'est qu'elle faisait erreur, que ce n'était pas la bonne date : terrifiée, Élodie, qui reste une petite fille, s'emparait de la feuille pliée en quatre depuis deux mois dans son portefeuille, pour bien montrer à  l'huissier qui lui indiquait cela que c'est lui qui se trompait... Et ne pouvait que constater qu'elle avait effectivement confondu : son audience se tenait la veille, le 24, et elle n'y avait pas été...

Elle pleurait en rentrant chez elle, ne sachant absolument pas quoi faire, et s'en voulant à  mort d'une erreur aussi stupide : sa mère, femme simple, la rassurait en lui disant que de toute façon et puisqu'elle avait raté l'audience, on ne pouvait plus rien y faire, et que la décision allait sûrement arriver par la poste; et sinon, on irait demander à  un avocat ou au Tribunal pour savoir ce qui s'était passé.

Élodie était au beau milieu de son emménagement avec Patrick, et allait commencer un nouveau travail : elle laissait passer quelques jours.

Le 30 avril à  sept heures, trois gendarmes se présentaient chez elle, la menottaient et l'emmenaient, en larmes, en Maison d'Arrêt, informant sa mère du contenu de la décision, qu'ils venaient de signifier à  Élodie et mettaient immédiatement à  exécution : le Tribunal, statuant à  juge unique, l'avait condamnée en son absence, et pour les faits précités de vol simple commis en 2005, à  la peine d'une année d'emprisonnement ferme, avec mandat d'arrêt.

Elle est incarcérée depuis.

J'ai reçu sa mère immédiatement après son arrestation, dans l'état que vous pouvez imaginer; nous étions encore, fort heureusement, dans le délai de dix jours à  compter de la venue des forces de l'ordre dans lequel nous pouvions faire appel, ce qui a été effectué immédiatement, tandis que je déposais le jour même auprès de la Cour une demande de mise en liberté, qui sera "exceptionnellement" jugée "rapidement", à  la suite d'une démarche écrite que j'ai également effectuée, c'est à  dire... En fin de mois (Élodie aura effectué un mois de détention le jour de l'audience).

La loi permet, dans notre pays, dans ce cas-là  comme dans maints autres, qu'une telle demande de remise en liberté, dans l'attente d'un nouveau jugement, alors que l'on est encore présumé innocent, et en tout cas absolument pas condamné définitivement, qu'on ne le sera, en appel, que dans de nombreux mois, et que de toute évidence la peine n'a été d'une telle incroyable lourdeur qu'à  raison de l'absence d’Élodie, soit examinée dans un délai de deux mois - une éternité pour la petite fille concernée, une aberration en droit - exactement comme elle permet de décerner un mandat d'arrêt SI une lourde peine, d'un an au moins, est prononcée, ce que la loi, enfin, permet de faire dans tout dossier de vol simple, même ancien, même sans précédents judiciaires, même en l'absence de toute victime...

Je revois Élodie cette semaine, je lui dirai que j'ai écrit cette histoire, à  elle qui ne peut pas la lire encore, et je vous dirai évidemment si elle redevient libre...

Je rappellerai (entre autres !) à  la Cour à  cette occasion (entre autres !) ce qu'elle-même, parfois, a heureusement pu écrire à  ce sujet :

"Le condamné bénéficie de la liberté fondamentale de contester le jugement qui le frappe en exerçant une voie de recours. Les décisions de maintien ou de placement en détention peuvent avoir pour effet de réduire ce droit à  néant, notamment lorsque le délai d'examen du dossier par la Cour d'appel est plus long que la peine prononcée. Cette considération doit ou devrait conduire les juges répressifs à  s'interroger sur la " raisonnabilité " de ce type de décision" ( CA DOUAI, 23 avril 1992 ).

Mais en attendant, souvenez-vous : ça peut vous arriver.

[Épilogue à lire ici]

4 réactions

dont les 4 dernières sont :
Maître Mô | ALIAS ELODIE | Marie | Shyndreth |

  1. 19 réactions

    Alors finalement, cette décision?
    Comme je fais le curieux et que je relis vos vieux posts, j'en profite pour vous saluer et vous remercier pour le bon temps que je passe.

    1. 943 réactions

      Réponse ici !

  2. 1 réactions

    Bonjour, je découvre votre blog Maitre, et mon histoire écrite par la même occasion...
    C'est assez bouleversant de revenir sur ce cauchemar mais soulagée que tout ça sois derrière moi. Le chemin à été dur après ce choc mais nous avons fini par reprendre le dessus, nous avons trouvés la force grâce à l'amour qui nous unit et grâce ma fille Justine et à notre petit garçon qui est né en décembre 2008 en très bonne santé, nous avons décidé de l'appeler "Angy" (ange).
    J'ai mis plus de 2 ans à me remettre psychologiquement du choc carcéral, j'ai dû ré-apprendre avoir confiance en la vie et en ses surprises!!!
    Ensuite j'ai repris mes études, j'ai obtenue mon Baccalauréat secrétariat en 2011 et depuis le mois d'août 2012 je suis auto entrepreneuse dans la vente de bijoux, mon conjoint à obtenu son diplôme d' installateur thermique et évolue dans ce domaine. Même si la route et encore longue nous sommes heureux d'en avoir trouvés le bon chemin.. Je vous remercie Maître Mô, seul vous avez entendu nos cris de détresse et grâce à vous mon bébé n'est pas né là-bas, que Dieu vous bénisse.

    1. 3644 réactions

      Bonjour,

      Je suis très touché de votre mot, et ravi d'avoir de vos - bonnes - nouvelles !

      Bravo à vous, qui avez su tenir ce choc et avancer...

      Bonne route !

      [J'ai juste corrigé votre commentaire pour cacher, moi aussi, mon vrai nom, que je n'utilise pas ici !]

Trackbacks/Pingbacks:

  1. Un an ferme (suite) : non ! | Maître Mô - [...] trois lecteurs de ce blog ne peuvent que se souvenir de la petite Elodie, invraisemblablement emprisonnée pour rien, ou…
Recommandations

Fin des commentaires, et Humbles recommandations - Mô-de d'emploi

  • Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement, la réponse s'affichant alors non plus ici, mais sous le commentaire concerné ci-dessus...
  • Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
  • La barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, et même de vous corriger durant quelques minutes après envoi.
  • Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
  • Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et deux mots maximum pour votre pseudo : il serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
  • Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain.
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
    Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
    Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green