Bon anniverchaire, Mô !

Madame, enlevez tout de suite votre main de là  ! (mention exigée par le modèle)

En me baladant il y a quelques jours dans les plus anciennes archives de ce blog, je me suis aperçue fortuitement que

"Ce blog n'a que deux ans, mais des lecteurs en masse

Déjà  Mô perce sous Bilger et Eolas ..."

Je me suis également rapidement rendu compte que faire des vers n'était manifestement pas la bonne façon de célébrer l'événement, rassurez-vous.

Nous fêtons en effet aujourd'hui les deux ans du blog de Maître Mô, probablement à  l'insu du principal intéressé, dans la mesure où le cerveau masculin est ce qu'il est en la matière, et où j'ai plus ou moins arbitrairement fixé la date anniversaire à  celle de la parution du premier billet en ces lieux, alors que son auteur répliquerait sans doute qu'avant de publier quoi que ce soit, il avait créé un tas de pages hyper intéressantes pleines de php et de css et d'autres choses un peu hermétiques, sous le regard privilégié de Jessy et peut-être, déjà , de certain cabri pastafariste ... Lire la suite

Mô nu !

Je suis particulièrement désolé d'avoir employé la bassesse consistant à  titrer une brève de façon totalement accrocheuse1, mais le double objet de ces très petits mots m'interdisait d'en extraire mon titre, puisqu'il va s'agir, d'une part, de façon anecdotique, de souhaiter un bon anniversaire à  un ancien confrère, qui s'est totalement dévoyé depuis dans de lourdes fonctions bien éloignées de son serment originel, d'accord, mais enfin un confrère est un confrère, et d'autre part, de s'amuser à  parier sur la destinée judiciaire d'un autre confrère, actuel celui-là , après avoir juré que je me fichais totalement de l'affaire dans laquelle il est poursuivi, c'est vrai, mais je suis avocat, et ne suis donc pas à  une contradiction près... Lire la suite

  1. Enfin, j'espère !!! En tout cas pour les filles... []

Mô d’Ordre…

Sujets rigolos

J'ai plusieurs bonnes nouvelles, et, disons, quelques mini surprises et cadeaux, car c'est vendredi, et que vendredi, on rit1, et parce que cette période est particulièrement sombre pour le corps judiciaire en général, et les avocats en particulier -ce qui nécessite plus encore que d'habitude de se marrer vite, à  tout prix, et si possible par le biais d'éléments débiles et un peu grossiers2 ...

La première nouvelle agréable, c'est que j'ai reçu finalement assez peu de "Bonne Année", cette année -peut-être parce que je n'en ai proféré aucun ou presque, juste le strict minimum indispensable3 . Lire la suite

  1. Je vais faire vite, j'ai rendez-vous avec mon banquier, qui a souhaité qu'on ne me voie pas à  la banque, et que la rencontre se déroule dans un lieu neutre, où il doit m'envoyer par radio-guidage après s'être assuré par jumelles infrarouges que je viendrai seul -j'ignore totalement pourquoi, il est très sympa en tout cas, d'ailleurs j'adore tous les banquiers en général- et sans arme, avec la mallette -c'est par rapport à  mes comptes, je crois qu'il avait précisé "mallette pleine de biftons", mais hélas... Enfin, on verra bien... []
  2. Le lecteur averti aura reconnu là  un avertissement aux mineurs, pour les petits gags reproduits in fine, voilà , j'aurai prévenu ! []
  3. Il y a quand-même eu, notamment, ce client, que je salue, qui m'a extorqué un règlement en six mensualités car la crise, la misère, et qui m'a adressé les vœux de sa société sur carton énorme quadrichrome dont l'édition et l'envoi ont dû lui coûter trois fois mes honoraires, j'ai pris ça pour une provocation personnelle... []

Où la princesse aux petits pois se change en crapaud baveux …

Avis express1 à  la population Mô-laire : le Barreau de Paris, si l'information livrée par le Figaro devait se confirmer, s'enrichirait sous peu d'un nouveau membre éminent en la personne de Rachida Dati, magistrat en disponibilité, ex-Garde des sceaux, future ex-députée européenne. Lire la suite

  1. le patron, étant cette semaine débordé de boulot, m'a demandé d'insérer cette brève dans le but que son blog demeure à  la pointe de l'actu []

Nouvelles des Fronts !

Je me suis aperçu ce matin dès avant l'aube, l'avenir appartenant à  ceux qui se lèvent de plus en plus tôt, que je ne vous avais pas commis de petit article léger du vendredi -n'ayant à  ma décharge rien vu passer d'hilarant sur la Toile ces derniers jours, exceptés les vannes footeux du moment, mais je répugne à  parler de foot pendant plus d'une minute, j'ai l'impression au delà  de devenir totalement idiot, c'est une des magies de ce "sport" ...

Je me rattrape vite fait, avec quelques nouvelles toutes chaudes du Front Judiciaire, enfin celui que l'on voit, le médiatique, qui mises bouts à  bouts me donnent toujours l'impression que ce front est une ligne brisée en maints endroits...

Mais qu'on compensera aussitôt après avec des trucs rigolos ou jolis. Lire la suite

Bienvenue chez le ch’ti

(premiers pas de Marie, embauchée par celui qui l'a qualifiée de "juge de base" pour écrire occasionnellement ici, dans l'antre du Maître)

Les clés fonctionnent, la lumière aussi : pour l'instant, tout va bien ...

J'ai bien croisé de drôles de types dans les escaliers, dont un qui cherchait à  recevoir une "fessée déculottée par nounou" (et d'autres spécimens dont j'aurais trop honte de vous parler)1, ainsi que des vendeurs de médicaments divers, mais je crois qu'une bestiole nommée Akismet les empêche plus ou moins d'entrer. Lire la suite

  1. sans compter que ça risquerait de faire de ce site un de ceux que le cerbère de mon administration référence comme classés X, et du coup de m'en interdire l'accès []

Fin de fièvre du vendredi.

Allez, encore une dure semaine de bouclée (ou à  peu près), commencée avec une fièvre atomique et de la morve plein les deux narines, et de la tremblotte dans tous les membres, et qui se termine dans un état commençant à  être plus normal, une seule narine qui coule encore, pour faire joli en rendez-vous, un petit trente-neuf non pas de taille, mais de fébrilité (je remercie le labo qui commercialise l'Advil) et quelques dossiers de perdus, mais l'immense majorité gagnée de façon écrasante, comme d'habitude1 ...

Trois petits trucs gentillets pour le weekend, de trois très différents degrés. Lire la suite

  1. Vous connaissez la rengaine : laissez-moi dire, ça ne coûte rien à  personne, et moi ça me plait ! []

Léger Mô nique !

Je suis désolé du caractère évidemment grossier du titre titre de cette brève, qui évidemment n'a pour but que de commettre le jeu de mots le plus mauvais possible du vendredi...

Simplement pour vous signaler que j'ai pondu un petit truc sur un infinitésimal bout de la fameuse réforme Léger, la suppression du secret de l'instruction vis-à -vis de tous les intervenants à  la procédure... Sauf évidemment devinez qui ? Lire la suite

Mais qui sera Flipper ?

Je sais bien que la plupart des gens normaux, comprenez ceux qui ne se baladent pas d'une part, à  Lille, et d'autre part, systématiquement en robe noire avec un lapin mort et son enfant-lapin mort également pendus dans le dos, et un filtre à  café pendu sous le menton, comprenez donc tout le monde à  part les avocats au Barreau de Lille, n'en a pas obligatoirement grand chose à  faire, mais j'avais quand-même envie d'en parler, alors voilà  : bientôt, lesdits avocats vont élire leur futur nouveau Bâtonnier, que l'on nomme dans un premier temps, exactement comme en royauté, le Dauphin1 .

Si, par impossible, vous ne le savez pas déjà , cet article ne sera pas seulement un hommage aux trois malades mentaux qui se présentent volontairement il y a des masochistes dans la profession candidats à  ce poste prestigieux, mais se veut profiter de l'évènement pour vous expliquer un peu comment fonctionnent les instances de la profession d'avocat -vous allez voir, ça va pas traîner. Lire la suite

  1. D'où, effectivement, ce titre drôle au possible, qui, je le signale aux jeunes égarés parmi les lecteurs normaux, fait référence à  un feuilleton culte de mon enfance, Flipper le Dauphin -c'était l'histoire d'une jeune gamin et de "son" super gentil et super-intelligent dauphin, qui passait sa vie à  sauver des gens, aucune scène de violence ou de sexe, autant vous dire que ça n'aurait aucun intérêt aujourd'hui ! []