Le Grand Mal…

Vous en avez déjà  entendu parler, de cet homme, souvenez-vous, l'agresseur présumé d'un petit garçon, Enis, victime de cet horrible monstre récidiviste -qui est depuis forcément devenu une énorme verrue à  la face de l'Humanité, Francis Evrard...

Vous en entendrez parler toute la semaine prochaine, son procès s'ouvre lundi 26 octobre devant la Cour d'Assises du Nord.

J'ai l'honneur d'avoir pu poser quelques questions à  son avocat, lequel, entre autres qualités, possède celle d'être réellement l'avocat des gens qu'il défend. Et qui se souvient, toujours commencer par ça, que ce sont des gens, justement : eux, nous, un homme. Nous, n'en doutez pas, même si c'est dur à  admettre.

Comment dirait probablement un véritable journaliste1 :

"Maître Jérôme Pianezza, vous êtes donc l'avocat de Francis Evrard...

Maître Mô : A votre avis, qu'attend-il du procès, dont on a l'impression que c'est une  de ces fameuses "causes perdues" ?2

Maître Jérôme PIANEZZA : Il n'y a jamais de cause perdue -ça n'existe pas quand on est avocat.

Par ailleurs, Monsieur Evrard est aujourd'hui un vieil homme, très clairement, un homme fatigué, et fatigué aussi judiciairement, qui arrive à  un terme : celui de cette instruction qui a quand même duré deux ans, c'est à  la fois court et long pour une instruction criminelle, et je pense qu'il a envie de s'expliquer -on peut reprocher tout ce qu'on veut à  Monsieur Evrard depuis le début, sauf une chose, c'est qu'il a toujours parlé, qu'il a toujours essayé d'expliquer, que ce soit aux policiers ou au juge.

Et ce procès, c'est aussi pour lui l'occasion de dire à  la fois ce qu'il a fait, bien sûr, mais également ce qu'il est -et on ne comprendra pas ce qu'il a fait sans comprendre ce qu'il est, c'est intimement lié, même si parler de sa pédophilie c'est très compliqué... J'ai la sensation quand même que Monsieur Evrard arrive à  sa façon à  expliquer un petit peu ce qui se passe en lui, ce qui s'est passé en lui...

MM : Justement, la pédophilie est une affection que les gens ont énormément de mal à  comprendre, je ne parle pas de l'admettre; qu'en dit-il, lui, est-ce qu'il se reconnait malade, est-ce qu'il a des explications ?

JP : Monsieur Evrard est dit "scientifiquement", autant que faire se peut, comme étant un "pédophile pervers profond", ce qu'il reconnait très clairement, il le dit lui-même, pas forcément avec ces mots là  mais il dit : "Je suis pédophile et je sais que je suis profondément malade".

Il a du mal à  le décrire, beaucoup, mais il arrive parfois quand même à  mettre les mots sur les choses... Il emploie une expression qui je pense est très révélatrice, il dit : "Quand ça monte en moi, c'est comme une vague qui me submerge" ... Ça, d'abord, ce sont ses mots, donc il y a un minimum de respect à  avoir vis-à -vis de ces mots-là , parce que ce sont les siens. Et au delà , c'est sans doute révélateur de cette espèce de caractère irrépressible, impossible à  stopper, impossible à  juguler, et qui fait que dans ces moments là  il n'arrive pas à  arrêter le mécanisme, que c'est quelque chose qui finalement le dépasse, qui est à  la fois en lui et au-dessus de lui, et qui l'emmène malheureusement vers un petit bonhomme qui n'a rien demandé à  personne, évidemment...

Cette description-là  est intéressante, parce qu'elle ne va pas de soi.

MM : Parlons de ce côté irrépressible, exactement : est-il responsable pénalement ?

JP : Bien évidemment, comme d'habitude, il est responsable pénalement ! Il n'y a que les morts en général qui sont irresponsables...

Maintenant, on l'explique aussi en tant que "fou", alors évidemment, impossible de comprendre les faits quand on ne comprend pas qui il est -et c'est bien sûr la difficulté.

C'est pour cela qu'on vous dit qu'il est dangereux, c'est pour cela qu'on vous dit qu'il y a un risque important de récidive -on l'a dit dans les années 2000, on l'a dit en mai 2007, et on continue à  le dire, ce qui est quand même extraordinaire parce qu'entre les deux il s'est passé un grand nombre de choses...

Évidemment qu'il y a un risque de récidive important, y compris aujourd'hui, il y a peut être des choses qui ont évolué mais je ne vais pas, ce serait malhonnête, prétendre que tout est réglé.

Mais la responsabilité c'est la responsabilité papier, c'est la responsabilité des experts. Moi, j'ai un peu de mal à  admettre, c'est la vision de l'avocat,que quelqu'un qui reste tellement prisonnier de lui-même, à  ce point-là , qui est tellement emporté par lui-même et par d'autres choses au moment où il commet les faits, soit totalement responsable au sens à  la fois de la définition du Café du Commerce et de la responsabilité judiciaire, stricto sensu.

MM : Vous savez qu'on discute beaucoup, et je ne sais pas si c'est un bien ou un mal d'ailleurs que le procès Evrard arrive à  ce moment là , qu'on discute beaucoup de multiples "solutions", j'y mets des guillemets, pour contrer le passage à  l'acte de "ces gens-là ", entre guillemets également, et notamment des récidivistes en matière d'agressions sexuelles : que pensez-vous des solutions qui sont proposées -on parle de castration chimique, on parle d'absence de remise de peine, on parle de maintien à  l'enfermement, toutes solutions répressives en tout cas ?

JP : D'abord, chez "ces gens-là ", on ne récidive pas : on est comme ça.

Il faut dire dire les choses : il est pédophile depuis 35 ou 40 ans sans doute, et comme on ne solutionne rien, il reste comme il est -par définition, la récidive est un terme juridique, mais pas forcément une réalité humaine pour lui.

Ensuite, les "solutions" ...

Il faut d'abord évidemment faire le lien avec le courrier que Monsieur Evrard a souhaité rendre public, courrier qu'il a écrit au Président de la République à  la mi-septembre (et qui n'a toujours pas de réponse d'ailleurs : quand on envoie des lettres au Président, mais sans balle dedans, il y est peut-être moins rapidement répondu...) : lui ne propose pas de solution, c'est la lettre d'un homme qui va passer devant une Cour d'Assises, qui est sans doute à  une extrémité de sa vie, d'une certaine façon, mais en tout cas de sa situation, et dit : "Je voudrais réellement arrêter de faire du mal, je pense que  ce moyen est définitif, et s'il faut en arriver là , je veux proposer ça".

Il ne parle pas de solution générale, il ne peut pas le faire.

Ensuite, sur les solutions qui sont envisagées, ce n'est pas Francis Evrard qui répondra, c'est l'avocat : je ne suis ni parlementaire, ni politique, mais je  me contenterais de dire que je suis surpris, pour ne pas dire agacé, qu'un certain nombre de choses qui sont évoquées aujourd'hui constituent, soit clairement de l'humour noir, soit du mépris absolu.

Quand le Ministre de la Justice, Madame Alliot-Marie, nous explique il y a quinze jours, dans une émission de grande écoute, qu'elle tient sur injonction du Président de la République à  proposer une loi qui vise, pour parler simple, à  ne laisser sortir certains délinquants sexuels que s'ils se soignent sous contrôle, et que bien évidemment s'ils ne se soignent pas on les réincarcèrera, vous savez comme moi qu'on est en train de décrire le mécanisme de la surveillance judiciaire... Et vous le savez parce que la surveillance judiciaire, un, ça existe depuis 2005 sauf erreur de ma part, et deux, Monsieur Evrard y était justement astreint quand il est sorti  de détention -sauf qu'on ne l'a pas mise en place...

Alors il y a deux solutions : ou bien Madame Alliot-Marie ne connait pas les lois en vigueur, ce qui est un peu inquiétant pour un Ministre de la Justice, ou bien elle le sait parfaitement, et là  c'est du marketing, ce qui pose un peu problème aussi...

Au delà , sur la castration chimique ou même physique, moi, je n'ai pas d'avis, je ne sais pas si l'une serait mieux que l'autre, ou s'il faut les deux, ou si c'est aberrant...

Mais très clairement, en tout cas, il faut se poser les véritables questions dans ce domaine. Aujourd'hui on ne se les pose pas, ou on commence peut-être seulement, mais depuis des années on en parle et on n'avance pas -et il le faut, pourtant, ne serait-ce bien évidemment que pour les victimes, auxquelles nous pensons tous aussi.

Et les pédophiles sont, en partie, eux aussi des "victimes", parce que ces gens-là 3 sont aussi prisonniers d'eux-mêmes, et qu'il y a une souffrance chez eux, même s'il ne s'agit pas de la comparer à  celle des véritables victimes.

Pourtant, on ne se toujours pas de question sur "avant" : comment un homme en arrive là  ? Quand on sait, parce que ça on le sait et qu'on a le courage de le dire, chez les psychiatres notamment, qu'on retrouve chez tous les pédophiles un certain nombre de stigmates, un certain nombre de cheminements, qui sont toujours à  peu près les mêmes : pour être simple, par exemple, le fait qu'on ait souvent une image paternelle très dégradée, voire violente, qu'on ait une image maternelle par contre omniprésente voire fusionnelle, et que cette situation crée manifestement, ce sont les psychiatres qui le disent, pas l'avocat, un déséquilibre "primaire", initial, lourd, qui a sans doute engendré ensuite d'autres déséquilibres, liés bien sûr à  la responsabilité personnelle de l'auteur, mais qui peuvent aussi finir par détériorer la personnalité -au point qu'il bascule dans une sexualité (parce que c'en est une) évidemment totalement pervertie, et illégale...

Moi, j'aimerais aussi qu'on parle de cet "avant". Et qu'on parle, encore plus simplement et évidemment, aussi avec les pédophiles, parce que finalement on en parle beaucoup, mais je ne crois pas qu'on parle beaucoup avec eux...

Il y a cette cette association, j'ai été interpellé par cette idée, qui a proposé de mettre en contact des pédophiles et des victimes, pour que chacun apprenne à  connaître l'autre et a essayer de comprendre et d'appréhender ce qu'il est, et qu'il y ait une intégration de la souffrance de l'autre, dans les deux sens : cela, c'est une piste intéressante. Nous, nous n'avons malheureusement pour l'instant rien, donc si ce procès peut éventuellement servir à  ça, même si je refuse de perdre de vue que c'est d'abord le procès de  Francis Evrard, et évidemment de ce qu'a subi ce petit bonhomme, on parviendra peut-être à  avancer.

MM : Monsieur Evrard sait qu'il va se voir infliger une peine : sincèrement, s'imagine-t-il un avenir, est-ce qu'il en parle, est-ce qu'il  pense en avoir un, et lequel ?

JP : C'est évidemment compliqué de parler d'avenir à  quelqu'un qui a un si lourd passé, et un passé d'enfermement...

Francis Evrard n'est pas idiot, il sait pertinemment qu'il ne dormira pas en liberté le soir du délibéré. Mais je pense qu'à  chaque jour suffit son poids, et qu'il a besoin, en tout cas, de passer une porte : c'est uniquement quand il aura passé cette porte-là , et notamment s'il considère qu'il a apporté ce qu'il voulait apporter au procès, c'est-à -dire tout ce qu'il est et tout ce qu'il a fait, qu'il pourra envisager éventuellement le reste de sa vie...

Il est conscient que de toute façon, une longue peine d'enfermement sera probablement demandée. Je crois simplement qu'enlever tout espoir chez cet homme, avant le procès, serait en tout cas finalement anesthésier complètement le débat : on a besoin de Francis Evrard dans la semaine qui arrive, on a besoin de lui notamment parce que, s'il constitue malheureusement un exemple parmi d'autre, il est un exemple concret, et que c'est quelqu'un qui en parle : la meilleure façon de l'inciter à  parler est sans doute aucun de ne pas fermer complètement certaines portes.

MM : Merci, Jérôme. Bonne chance à  ses côtés.

  1. auquel je ne prétends pas voler l'once de l'un des savoir-faire, attention, chacun son boulot : par exemple, je le dis avec tendresse, mais je n'ai jamais posé de question dite fermée, histoire d'être certain d'obtenir une réponse qui ne le soit pas également, fermée... []
  2. Par le jeu des circonstances aggravantes et de la récidive légale, la réclusion criminelle à  perpétuité est encourue; cette affaire est également sauf erreur de ma part à  la source de la fameuse et sinistre rétention de sûreté, tant il est vrai que les lois ont désormais des noms, ceux des faits divers qui les suscitent... Il avait par ailleurs été filmé par des surveillants en détention peu de temps avant sa libération, et indiquait en substance qu'il risquait de recommencer... []
  3. Rappel : la pédophilie affecte la personne qui n'a d'attirance sexuelle que pour les enfants; de très nombreux crimes et délits sexuels sur des enfants sont le fait, dans une écrasante majorité, de gens qui ne sont pas des pédophiles, ne sont pas atteints par cette déviance sexuelle spécifique, mais agissent par facilité, par lâcheté, etc... Nous parlons bien ici des premiers. []

180 réactions

dont les 20 dernières sont :
CIP12 | fabienne | Elléag | salah | pahdoc | Mathaf Hacker | Maître Mô | lambertine | Jeanne-Catherine | Mathaf Hacker | Mathaf Hacker | Sofienne | lambertine | Mussipont | Prof Timbré | Mathaf Hacker | Marie | Prof Timbré | Marie | Mussipont |

  1. 1247 réactions

    J'ai essayé de chercher l'info sur le net mais je n'ai pas trouvé...

    Est ce que l'on connait les réquisitions du parquet? Ou alors ça n'est que demain?

    1. 3621 réactions

      C'est demain, avant la défense et le verdict.

  2. 3621 réactions

    Les parties civiles ont plaidé -et le sinistre "jeu" est de rechercher si le boulot d'un avocat de partie civile est resté, pour chacune, contenu dans son domaine naturel, ou bien l'a débordé...

    Avant, on avait entendu, encore, des experts, et ceux-là  je les connais bien et les "pratique" souvent : même jeu, sont-ils restés dans les limites de que leur double statut de médecin ou psychologue et expert devrait leur imposer ?

    Et, si leurs conclusions sont recevables, comment entendre en même temps que Francis Evrard, donc non atteint d'une "trouble psychique ou neuropsychique" ayant altéré ou aboli "le contrôle de ses actes", est juridiquement réponsable, pénalement ? Alors que je lis que "le sujet peut parfois être submergé par ses pulsions", définition même de l'irresponsabilité..?

    Réquisitions tout à  l'heure, et puis plaidoirie de la défense : ça va vous sembler minime et évident, mais c'est pourtant le seul souhait utile à  l'adresse d'un avocat talentueux qui va plaider dans ce contexte et devant une cour d'assises : Jérôme, dis tout ce que tu as à  dire !

    1. 202 réactions

      Bon courage, confrère.

    2. 1247 réactions

      4 avocats concernant les parties civiles... les réquisitions...

      La plaidoirie de la défense après tout ça...

      J'imagine qu'une plaidoirie est souvent difficile à  faire, mais je pense qu'il doit y avoir des contexte plus difficiles que d'autres.

      Bon courage Maitre Pianezza.

  3. 140 réactions

    Réquisitions sans surprise : perpète et 22 ans, le maximum pour les faits incriminés. J'attends avec impatience la plaidoirie.

    1. 3621 réactions

      Sans surprise, sans surprise, parlez pour vous, Mathaf !

      Sincèrement, c'est parfaitement disproportionné, en termes d'échelle des peines et au regard des circonstances et des faits exacts poursuivis.

      Soit cette Cour d'Assises est devenue autre chose que ce que j'en connais, soit Jérôme aura un très bon résultat, en le comparant à  ces réquisitions !

      Un simple exemple : qu'aurait-on demandé en cas de viol "complet" ? Et qu'aurait-on demandé en cas de viol avec violences, ou bien suivi de meurtre ??? C'est du délire...

      Il a bossé cette nuit jusque trois heures, je pense qu'il prévoit de plaider une heure trente, ce qui le connaissant signifie au moins deux heures, je lui envoie des ondes positives...

      1. 1247 réactions

        Sincèrement, j'ai beau admirer votre métier, je ne voudrais pas être à  la place de votre confrère...

        Peu de sommeil, une atmosphère qui doit être tendue... Décidemment je n'aurai pas la force d'affronter ça...

      2. 140 réactions

        Il me semble que la seule peine de perpétuité réelle s'applique aux viols sur mineurs, avec torture et actes de barbarie. Si ma mémoire est bonne c'est une loi votée en 1994, au beau milieu de l'affaire Dutroux. Dans ce cas, la peine de sûreté peut aller à  trente ans.
        Les réquisitions ne me surprennent pas, car l'accusé est décrit comme un homme pervers et irrécupérable pour qui la médecine et la justice n'ont pas de solutions.

        1. 140 réactions

          Ach ! J'ai trouvé : loi du 1er février 1994, titre III, article 720-4 du CPP. C'est une peine qui a été requise plusieurs fois par Philippe Bilger.

        2. 3621 réactions

          Il sera mort dans vingt à  vingt-cinq ans, vous savez -ce qui constitue une solution, et permettra je l'espère à  la cour d'Assises de "garder raison"...

          Vous rendez-vous compte que cette peine serait la même, à  quelques années de sûreté près, qui de toute façon ne s'appliqueront pas jusqu'au bout ici, que celles infligées à  Dutroux, ou à  Denis Waxin (six enfants tués, dix violés sauvagement) ???

          1. 3621 réactions

            Et aussi, tiens, que l'agresseur de Jade, des faits répétés pendant des mois, au moins largement aussi graves que ceux commis sur Enis, mais réitérés, a été condamné en correctionnelle, et à  trois années de prison ????

            Il n'était pas en récidive, certes, mais l'eût-il été qu'il aurait encouru vingt ans, peine maximale !

            Si les médias ont cet effet-là  à  la fois sur les magistrats et mes confrères parties-civiles, alors je dis qu'il faut les bannir des salles d'assises !

            1. 140 réactions

              On en revient à  "cette câtin qui tire le juge par la manche". Je ne suis pas du tout Bilger quand il pourfend l'individualisation de la peine. Ne pas trouver de solutions est un aveu d'échec de toute la société. Manque de savoir ou manque de volonté ? Je m'en remets humblement à  la sagesse de la Cour.

            2. 1101 réactions

              A titre personnel, j'y verrais plutôt l'effet des trois condamnations antérieures aux Assises pour des faits de même nature.
              Très franchement, je n'imagine pas un seul parquetier au monde pencher pour une correctionnalisation dans un cas pareil.

              1. 3621 réactions

                Non, bien sûr que non -surtout que, scoop, dans cette affaire, la chambre d'instruction l'a refusée...

                Ce n'est pas ce que je voulais dire, mais bien plutôt qu'on marche sur la tête au plan des réquis', ici, c'est tout -franchement, si je voulais parler comme un juriste dans une couloir à  un autre juriste, je dirais volontiers qu'objectivement, ça vaut vingt à  trente, non ? J'ajouterais même que dans l'absolu, ça ne les vaut peut-être même pas, mais que, là , peut-être...

                Vous auriez requis perpet', vous ? (Je couvre l'anonymat même en cas de plainte, je le redis !)

                1. 1101 réactions

                  Toujours dans le couloir, donc, et sans savoir autre chose du dossier que ce que vous nous en dites : non, je ne crois pas que j'aurais requis perpète. La récidive est un paramètre, mais il faut quand même garder en tête une échelle des peines, qui veut (à  mon humble avis) que la peine maximale concerne les crimes les plus graves. Donc, pour résumer ça grossièrement, entre juristes anonymes : pas mort d'homme, pas perpète.

                  1. 3621 réactions

                    Oui, ça ne me semble pas un critère idiot -et très franchement, je n'aime pas dire du mal, mais ça pue le dossier à  instructions, moi je trouve...

                    Bon, c'est bien : il se trouve au siège plein de magistrats qui gardent raison et foi... Qu'est-ce que vous dites ? Qu'en janvier, ils disparaîtrons pratiquement de la sphère pénale ? Ah, oui, c'est vrai... :shock:

                    1. 1101 réactions

                      De toute façon, vous n'ignorez pas que dans le cadre d'un dossier comme ça, il n'y a peut-être pas forcément d'instructions tombées de tout en haut, mais qu'en revanche, l'avocat général désigné reçoit généralement quelques coups de fil d'en haut à  l'avance, histoire de voir s'il est sur la même longueur d'ondes que sa hiérarchie ou pas.

                      Quant au reste ... je vous assure qu'ils survivent encore, même au Parquet ! (même s'il faut bien reconnaître que leur marge de manœuvre rétrécit à  toute vitesse depuis quelques années)

                      PS : "ça ne me semble pas un critère idiot" : merci ! :lol:

            3. 51 réactions

              En même temps, bannir les médias des salles d'assises ne manquerait pas d'être interprété comme une tentative de dissimulation ou je ne sais quel complot.

              Ce sont aux parties civiles et aux magistrats de garder raison, d'être au dessus de ces pressions... mais facile à  dire j'en conviens.

              1. 140 réactions

                Cela s'appellerait le huis clos, toujours objet de suspicions déplacées de la part du public.

                1. 51 réactions

                  Tout de même pas, puisqu'il y aurait le public, mais ça s'en approcherait effectivement.

                  1. 3621 réactions

                    Je plaisantais -ou plutôt je criais -avec mon "bannissement des médias", je suis de ceux au contraire qui militent pour une ouverture beaucoup plus large des enceintes judiciaires, en fait, je pense même que toutes devraient l'être, sauf huis clos de protection, justement.

                    Si toutes les affaires d'assises étaient filmées, je vous garantis qu'Evrard et ce qu'il a fait ne feraient même pas une brève, en plus : il y a tellement de faits plus dégueulasses, je vous assure -et je pense même que si les gens les connaissaient tous, ainsi que leur fréquence, la société civile exploserait...

                    1. 51 réactions

                      C'est bien possible... du moins ça ne m'étonnerait pas, et surtout depuis que je vous lis.

                      Il y a une chose que je ne m'explique pas avec les médias : certaines affaires peuvent devenir très médiatiques tandis que d'autre pas du tout, sans qu'il n'y ait de raison apparente à  ça, les deux affaires étant de gravité / d'horreur / de ce que vous voulez équivalentes.

                      Je ne pense pas aux affaires impliquant des gens connus évidemment - là  la raison de la médiatisation est évidentes - mais bien aux affaires impliquant des anonymes.

            4. 270 réactions

              Mô, tu ne crois pas que dans un sens, malgré leur léger parti pris (hemhem..), les médias sont important dans une salle d'assises ? Parce qu'au final, au-delà  de leurs commentaires, il reste toujours entre les lignes des instantanés du procès. Et au fond, peut-être que des gens qui veulent voir plus loin que le sentier tracé le peuvent malgré tout ?

              L'opacité complète conduirait à  mon avis à  l'explosion des fantasmes des gens, plus encore qu'aujourd'hui. Les gens se méfient des journalistes mais plus encore du secret.

              Non ?

            5. 292 réactions

              je vous suis, Maître.

              Je ne crois pas vraiment - voire pas du tout - à  l'exemplarité de la peine, mais celle requise par le procureur me fait l'effet d'un exemple négatif : perpète pour un viol simple, ce pourrait être une incitation à  "aller plus loin". Un enfant violé peut parler. Un enfant violé et mort pas.

  4. 2 réactions

    Bonjour ô Maître Mô,

    Je pense que vous m'aiderez sincèrement à  passer l'hiver... J'entends à  passer au travers des averses de bêtise facile (c'est pas ça d'ailleurs la définition de "méchanceté" ?) des médias.

    J'imagine que vous avez peut-être dû vous faire agresser par le suivi du procès fait sur France Inter le matin par un type qui fait tout ce qui peut pour nous décrire (nous pauvres crétins présumés d'auditeurs) F. Evrard comme une bête fauve, douée pourtant de cynisme (moi qui croyais que les gentils Nanimaux n'avaient pas de conscience et toutes ces sortes de choses...).
    C'est tellement plus simple de faire croire qu'on a un méchant absolu sous la main... Sans doute ce pseudo chroniqueur doit-il le penser un peu... J'imagine qu'à  toujours simplifier les simplifications on fini par devenir simplet...

    Comme si ça allait aider la famille de ce tout petit garçon de penser avoir affaire à  un bloc de saloperie incarnée ?
    Qu'est-ce que croient ce "journaliste" et sa "rédaction" entière qui lui laisse tous les jours de si longues minutes de si forte d'audience à  déblatérer ironiquement sur les faits abominables sans aborder qui est l'homme Evrard ?

    L'avocat de F. Evrard évoque pourtant lors de votre entretien que le monstre parle; qu'il essaie d'expliquer.
    Je pense que ça serait plutôt là  que réside, peut-être, le seul tout petit, petit début d'ébauche d'aide pour la famille...

    Mais ça, expliquer ce journaliste ne sait plus ce que c'est ou bien, et j'en ai davantage peur, ça ne l'intéresse pas tellement.

    Et c'est ce que j'aime tellement dans votre chronique, vous, vous expliquez.
    Bravo !

    1. 270 réactions

      Dans un sens, oui, Dine, ça aide les victimes... dire "on n'y peut rien, c'est un monstre", ça permet de ne pas chercher plus loin, là  où pourrait se nicher le difficile travail du dépassement de la haine absolue. Donc, oui, ça simplifie la vie... mais c'est faire de la justice ce qu'elle ne devrait jamais devenir : la voix des victimes, c'est à  dire d'une infime part de la société...

      1. 2 réactions

        Je me suis sans doute mal exprimée Mme Sophie, mais ce qu'il faut retenir c'est que dès le début nous étions d'accord pour dire et penser que ne présenter cet homme que sous l'angle de la bête furieuse est une très mauvaise chose.
        Que la simplification de ce journaliste est à  bannir puisque, entre autres, comme vous le dites "c’est faire de la justice ce qu’elle ne devrait jamais devenir : la voix des victimes, c’est à  dire d’une infime part de la société"
        J'ajoutais seulement (mais pas très clairement visiblement) que je ne pense toutefois pas que c'est tenter d'adoucir la douleur des victimes que de ne leur présenter une caricature surréaliste de l'homme.

      2. 292 réactions

        Je ne crois pas que ça aide les victimes de voir l'agresseur comme le monstre absolu. Ca peut aider, sans doute, dans les premiers moments, mais je ne crois pas que ça aide à  long terme. Que "ne pas chercher plus loin" et rester dans la haine absolue aide à  long terme. Je ne crois pas que se reconstruire à  5 ans sur la haine absolue soit une bonne chose, ni pour la victime, ni pour la société.

  5. 3621 réactions

    Jérôme vient de finir, il a plaidé un peu moins de deux heures; délibéré en cours, maintenant...

    1. 1247 réactions

      Deux histoires différentes et pas comparables, mais cet instant me fait un peu penser à  Nouméa, à  Présumé Innocent...

      J'imagine Maitre Pianezza parti prendre un café avec son téléphone portable en main, en attente du délibéré, tout comme vous l'aviez fait et nous l'aviez raconté il y a quelques mois...

      1. 3621 réactions

        Oui, je viens de l'avoir au téléphone, c'est ça, en se préparant à  une attente d'au moins trois heures...

        Bon, il a kidnappé ma nouvelle recrue, qui signe Eleag sur ce blog, ça l'aidera à  passer le temps... :D

        Je crois qu'il était content, autant qu'on peut l'être dans ce cas de figure, de ce qu'il a fait. Je crois aussi qu'il partageait mon avis sur les réquisitions, ainsi que sur certaines prestations haineuses d'avocats, misère de nous...

        Il est vidé, il va maintenant vivre dans une sorte de tunnel jusqu'au verdict, tout en tentant de s'éloigner un peu de la Cour, juste assez pour respirer...

        On va voir, je lancerais volontiers des paris stupides sur la peine, mais ce serait déplacé je crois. Je dis trente.

        On ne s'entend pas toujours parfaitement, tous les deux, mais à  cet instant, je suis fier de lui, et je l'envie.

        1. 536 réactions

          C'est beau, une déclaration d'amour comme ça.
          (non, ceci n'est pas une vile plaisanterie, des fois je dis les choses sérieusement, même si pas souvent)

          ...
          Ah, tiens, Mô s'est édité, ou alors j'ai halluciné...
          Bon, coffee time.

          "Eleag"

          Oh, un pseudo à  la Reivax/Knarf ! :P

        2. 1247 réactions

          Il va vraiment falloir que vous me donniez les dates de votre prochain passage aux assises Maitre...

          Je ne suis pas une vraie juriste au même titre que vous ou Marie, mais en effet, perpet' ça me semble beaucoup...

          On se fait souvent la reflexion ici avec mes collègues que certaines peines sont un peu lourde comparés à  d'autres... Mais je pense que tout dépend aussi des circonstances des faits, du procés et de la politique pénale du moment...

          1. 1242 réactions

            Je pense comme Mô, Evrard ayant fait fort mauvaise impression.

            Mais j'attendrais la suite : Me Riglaire mettra-t-il son projet à  exécution de porter plainte contre l'état ?

            1. 3621 réactions

              A mon humble avis, non : long, cher... Et vain, totalement, toujours à  mon humble avis.

              1. 1242 réactions

                CQFD

        3. 1101 réactions

          Sur le quantum, c'est ce qui s'appelle avoir du nez ...

          1. 3621 réactions

            Je n'ai pas de mérite : il paraît que maintenant, en délibéré, les jurés et magistrats des cours d'assises ont le droit de se connecter à  ce blog, pour s'aider un peu... :D

            1. 1101 réactions

              Faudra que je pense à  suggérer ça à  mon président, la prochaine fois ...
              Mais à  titre personnel, si vous faisiez un peu plus de civil, ça m'aiderait plus au quotidien !

        4. 14 réactions

          Alors merci Maître Mô de m'avoir ôté une aile et de mettre à  mal mon anonymat !!

          En tous les cas, je salue le sens du pronostic, on sent une petite expérience... :P

          Pour revenir au sujet, cette plaidoirie a été un beau moment qui a su mettre en exergue l'humanité d'un pédophile, ce qui est loin d'être antinomique, et rappeler qu'un tribunal quel qu'il soit juge un homme (non pas un état) pour ses actes (non pour l'ensemble des atrocités commises par l'humanité !!)

          Ce procès m'a beaucoup appris parce que ce dossier m'a fait réfléchir sur pléthore de questions que l'on ne se posent pas si l'on n'y est pas confronté. Par exemple : pourquoi un pédophile récidive ? Quel est son mode de fonctionnement ? S'agit-il d'une aliénation mentale ?...

          Encore une expérience qui me conforte dans mon choix professionnel, il faut savourer le bonheur de faire le métier qui nous fait vibrer...

  6. 140 réactions

    Petit reportage de FR3, à  la Cour d'Assises de Mô Town :

    http://www.france3.fr/common/playerVideo.php

    1. 140 réactions
  7. 140 réactions

    Le verdict est tombé : 30 ans de réclusion, 20 ans de sûreté.

    1. 1242 réactions

      Il sortirait au mieux à  83 ans.

      Guéri ?

      1. 3621 réactions

        Non, lui, dans tous les cas, je te parie bien qu'il ira jusqu'à  au moins ses 90 ans...

        Pas guéri, non, souviens-toi : incurable...

        Cet homme-là  aura passé soixante années de sa vie en prison, s'il tient jusque là .

        1. 1242 réactions

          Tiens, ça me rappelle quand notre actuel omniprésident ne l'était pas encore.

          Il souhaitait des tests de dépistage des futurs délinquants à  3 ans.

          Ainsi, on pourrait augmenter le record de durée en détention. De 3 à  103 ans par exemple, avec l'allongement de la durée moyenne de vie. 100 ans de tôle. :shock:

      2. 533 réactions

        Tout petit correctif inutile mais je ne peux pas m'en empêcher ( :?: ), Evrard avait 61 ans quand il a été arrêté donc ça nous mène à  une sortie possible à  81 ans et non 83 ce qui ne change pas grand chose je vous le concède...

        1. 1242 réactions

          Merci Mussipont de m'avoir rectifié. J'avais oublié la préventive.

        2. 1101 réactions

          Néanmoins, la presse se fait l'écho d'un complément supplémentaire de peine (issu, je suppose, d'un suivi socio-judiciaire non respecté) qui porterait son âge de sortie à  87 ans.

          1. 1242 réactions

            Ici et en effet.

    2. 3621 réactions

      (Merci Mathaf, je surveillais Internet mais mal...)

      ça reste lourd, très, mais enfin, compte-tenu du contexte, nous revenons tout de même sur Terre...

      Il mourra en détention, comme le demandait sans honte l'un de mes confrères parties-civiles ce matin...

      Alors, avant que tout ça ne soit publié, je vous indique que la principale partie civile sera "très déçue", et que le Parquet va faire appel, tandis que Frédéric Lefèbvre fustigera la mollesse de la justice...

      ça, c'est fait.

      Au-delà , merci aux jurés et aux magistrats professionnels du siège de savoir faire la part des choses.

      Et bravo à  l'avocat, au fait !!!!

      Et à  moi aussi, tiens, j'avais deviné...

      1. 140 réactions

        D'après Nord Eclair, il a un reliquat de peine de quatre ans à  purger sur une affaire précédente.
        J'ai du mal à  comprendre ces avocats qui s'érigent en procureurs ; border le dossier O.K., obtenir des D.I. maximum O.K., mais participer à  la curée ne devrait pas être leur vocation.

        1. 292 réactions

          Personnellement (peut-être le maître des lieux pourra-t-il éclairer ma lanterne) j'ai du mal à  comprendre le but de ces "associations" qui se portent parties civiles.
          Quel est le préjudice que leur a causé le violeur ?

          (Je n'ai rien contre les associations d'aide à  l'enfance maltraitée. Je me pose seulement la question de leur place à  l'audience. je me pose aussi la question de leur action en faveur des jeunes victimes après le procès.

          D'ailleurs, je pose la question : qu'est-ce qui est prévu pour aider les gamins comme Enis à  ne pas devenir les "causes perdues" prises à  tout bout de champ comme prétextes par les vengeurs de salon ?)

          1. 140 réactions

            Les associations défendent une cause, c'est vrai que ça accroche les wagons quand il y a une partie civile solide. Dans d'autres domaines c'est carrément grottesque; par exemple la Licra et le Mrap à  grand renforts de BHL, le cirque Medrano.

            1. 292 réactions

              Qu'elles défendent une cause et aident les victimes, c'est, me semble-t-il, leur raison d'être. La question que je me pose, c'est leur place au procès, en tant que partie civile. Parce je ne vois pas quel préjudice elles ont subi.
              Leurs avocats participent à  la curée, et c'est, me semble-t-il aussi, inévitable. Puisque c'est précisément pour ça qu'elles sont parties civiles.

              Je suis assez mal à  l'aise d'écrire celà  : je considère que, autant les "associations" ont leur utilité dans l'assistance juridique, sociale, psychologique aux victimes, autant elles ont leur rôle à  jouer en tant que témoins, autant je ne comprends pas en quoi être parties civiles peur aider, et la victime, et la cause défendue.

              1. 140 réactions

                Je suis assez d'accord sur l'inutilité des associations à  un procès, cela à  un côté auto-promotion plutôt agaçant. Les magistrats sont suffisament au fait des moeurs réelles dans notre société sans avoir besoin des conseils des associations.

  8. 533 réactions

    La satisfaction du père d'Enis sur le verdict :

    http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2009/10/31/article_satisfait-il-va-mourir-en-prison.shtml

    Une phrase me surprend un peu (mais rien qu'un peu) :

    « S'il avait eu une peine de sûreté de dix ou quinze ans, j'aurais fait appel.»

    Depuis quand les parties civiles peuvent faire appel d'un verdict pénal? :shock:

    1. 51 réactions
      1. 140 réactions

        Hugh !

    1. 332 réactions

      aucune idàƒ©e

  9. 1 réactions

    Le cas de cet homme me semble exemplaire dans la mesure où il demande au chef de l'Etat une solution radicale à  son problème. A partir de là , je pense qu'il y a lieu de se poser la question de savoir si la société répond vraiment à  sa demande. Quel programme médical met-on en place afin de soigner et éventuellement guérir la déviance psychologique de Monsieur Evrard, qui reste une personne, ne l'oublions pas...
    La société est-elle capable de lui conseiller et même de lui imposer d'éviter tout excitant dans son alimentation : alcool et café y compris ? Nous n'entendons jamais parler de telles mesures, mais n'oublions pas que l'alcool et le café ont des effets capitaux, l'alcool on connaît, et le café, en réalité un alcalouïde au même titre que la cocaïne ou la morphine, la caféine étant présente dans le thé et le chocolat.
    Je pense que toute personne qui a du mal à  se contrôler devrait se voir répondre de telles injonctions.

  10. 1247 réactions

    Francis Evrard a décidé de faire appel, seul semble t'il.

Recommandations

Fin des commentaires, et Humbles recommandations - Mô-de d'emploi

  • Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement, la réponse s'affichant alors non plus ici, mais sous le commentaire concerné ci-dessus...
  • Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
  • La barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, et même de vous corriger durant quelques minutes après envoi.
  • Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
  • Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et deux mots maximum pour votre pseudo : il serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
  • Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain.
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
    Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
    Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green