Puissants ET misérables…

Je suis récemment tombé sur un article de Monsieur Bilger qui exprimait de la compassion pour l’un de ses collègues magistrat, qui apparemment, à  la suite de différents ennuis personnels, aurait progressivement sombré, y compris dans la délinquance, ce dont on le sait il reste présumé innocent. J’ignorais tout de cette histoire, triste, mais il se trouve que j’ai très bien connu l’impétrant, pour l’avoir moult fois « pratiqué » à  Lille, où il était, dans une apparemment autre vie, juge d’instruction, et ce pas seulement dans l’affaire Festina1 mais bien avant, et dans tout un tas de dossiers « standards » -c’était il…

Abogado

Il m’arrive désormais de lire Courrier International. Ce sans rapport aucun avec ce dont je vous parlais rapidement ici, évidemment, il se trouve juste que j’ai une petite crise existentielle1, aux termes de laquelle j’ai décidé de mettre un terme à  la honte qui me poursuit depuis le CE1 de ne pouvoir situer aucune ville sur une carte de France en dehors de la mienne, et subséquemment aucun pays sur une carte du Monde – lire ce journal n’autorise pas que ce type d’incurie perdure. Bref, je suis ainsi tombé sur cet article qui parle du Guatemala, pays dont jusque…

Rendez-vous ? Vous êtes cerné…

Une après-midi1 banale de rendez-vous standards d’un avocat de gens, comme ça, pour voir si c’est aussi fatiguant à  lire que ça l’est à  vivre. Une série de rencontres au cours desquelles, à  chaque fois, on s’immerge tout habillé dans les mers noires des personnes, qui ont pour points communs de penser que la seule mer du Globe, c’est la leur, et qu’on a forcément la capacité de les en sortir, au moins de les aider à  tenir la tête hors de l’eau… Chaque histoire est un monde. Masculin, féminin ? Pas le courage de chercher, Minimô me dit qu’on…

C'est un dépot…

Ce titre est constitué par la phrase traditionnelle par laquelle les avocats annoncent parfois au magistrat qu’ils ne plaideront pas mais déposent simplement leur dossier -ça ne devrait jamais, mais ça arrive, exactement comme ces excuses en forme de billet. Je pensais, en effet, pouvoir cumuler. Or, c’était pur orgueil : je suis au regret de devoir constater que malgré mes immenses qualités, et mon extraordinaire capacité à  détester dormir longtemps, la sagesse populaire avait, une fois n’est pas coutume, raison : on ne peut pas tout faire… La preuve en une phrase, la phrase d’excuses la plus longue du…