Histoire Noire V

« S’en aller« … Non, vraiment, il n’allait pas en être question, ni cette nuit, ni demain, apparemment – on était d’ailleurs sans doute déjà demain, il n’avait plus de montre… Jean-Marc avait fini par réussir à s’endormir, si on peut considérer que sombrer dans des rêves peuplés de cauchemars, en se sentant crasseux et profondément blessé, seul, sur une sorte de planche de bois épais scellée au mur, et en grelottant tant de fatigue nerveuse que de froid, puisse ressembler en quoi que ce soit à « s’endormir »… Ils l’avaient réveillé, d’autres policiers que Christelle, au bout de deux ou trois heures…

Au Guet-apens

[Avertissement : ce récit est très (trop) long, il comporte 17089 mots (!), j’en ai conscience, mais je n’ai pas su faire autrement, je ne voyais pas comment vous emmener avec moi là-bas en en supprimant des passages : tant pis (Au moins, je peux espérer qu’il vous « fera de l’usage », comme on dit dans le Nord..) ! J’ai pensé un temps le publier en plusieurs fois, mais j’aurais forcément dû le couper à des endroits qui auraient obligé le lecteur potentiel à attendre la suite, ce que j’ai supposé être désagréable -d’autant qu’il y a plusieurs suites… Bref, donc,…

Sur le fil…

[ Octave Hergebel, fidèle lecteur et commentateur occasionnel de ce blog rutilant, déplorant sans doute que votre serviteur n’arrive à  publier qu’à  un rythme d’escargot anémique, a fait le choix, plutôt que de m’en faire le reproche, de m’adresser un texte qu’il a écrit lui-même, petite histoire ordinaire1 exemplaire de ce qui, parfois, peut transformer un quidam en criminel -ou pas …  C’est bien volontiers que je le publie, en le remerciant de ce récit, dont on sent bien qu’il aurait parfaitement pu appartenir à  la catégorie « Histoires vraies » … Bon courage, en ce lundi ensoleillé, à  tous les martyrs…

Deux secondes…

[ Mot d’excuse : non, cette fois ce n’est pas une blague, c’est bien une nouvelle histoire … Je ne suis pas tout à  fait mort -irradié, comme tout le monde, même si plus personne n’en parle déjà  plus, mais pas mort. C’est juste que je fatigue plus vite qu’avant, que j’ai recollé à  mon véritable travail -si, vous savez, avocat de gens- comme un forcené, ces derniers temps, et que mes deux adorables bambins prennent de la place non seulement dans nos vies, à  ma Belle et moi, mais encore dans mes nuits1, celles qu’avant je mettais à  profit…

Denis

[ Avertissement : l’affaire que j’ai hésité à , puis voulu, vous raconter ici, a été la plus dure de ma carrière. Elle m’a obnubilé de nombreux mois, à  l’époque, et littéralement possédé pendant les dix-huit jours qu’a duré le procès, à  l’issue duquel j’avais perdu huit kilos… J’ai souffert, encore, près de trois semaines, pour parvenir à  l’écrire, et je suppose donc, non, je sais, qu’elle sera extrêmement dure à  lire, bien plus encore que l’histoire de Noël, pour laquelle on m’a parfois reproché de ne pas avoir prévenu mes lecteurs -ce que je fais donc cette fois : certains…

Ce blog avait moins trois ans…

[ Allez : petit exercice de style, improvisé tôt ce matin et ça se voit, j’en demande d’avance pardon, pour fêter les trois ans du blog, que ni ma chère Marie, ni moi-même, n’avions vu venir -elle me l’a tout de même signalé hier soir, ayant, comme toutes les femmes, une perception du temps infiniment plus établie que la mienne… J’avoue que je n’aurais rien fait du tout, étant crevé, si Mômette n’avait décidé de me réveiller en sursaut vers quatre heures en braillant à  vingt centimètres de mon oreille, après un parcours nocturne périlleux avec ses petites gambettes et…

Aziz peut-il être libre ?

Ils ne se connaissent pas, mais vont se rencontrer ce jour-là  d’autant plus vite et facilement qu’ils ont le même âge, la trentaine, vivent tous les deux dans la précarité la plus extrême, sans travail ni domicile fixe, dormant dans la rue ou les foyers quand ça peut, et passant leur journée dehors, soit à  ne rien faire, seuls ou en compagnie de gens qui leur ressemblent, soit à  rechercher n’importe quoi qui puisse se convertir en nourriture, soit à  boire car ils ont ce point commun aussi qu’ils boivent, dès que possible, un peu pour le froid, un peu…

N’importe quoi du vendredi !

Il y avait bien longtemps que je ne m’étais pas amusé à  parcourir, via l’un des merveilleux outils statistiques dont nous disposons en cachette dans l’administration de ce blog, les intitulés des requêtes diverses tapées sur les moteurs de recherche qui ont amené les internautes chez moi (et du coup, à  balancer un petit article sans fond -je le dis dès le départ pour déranger le moins possible ceux qui voulaient pleurer un coup…)… Et il faut reconnaître que je ne suis pas déçu ! Ce qui en revanche ne doit pas être le cas des quelques auteurs de celles…