Histoire Noire V

« S’en aller« … Non, vraiment, il n’allait pas en être question, ni cette nuit, ni demain, apparemment – on était d’ailleurs sans doute déjà demain, il n’avait plus de montre… Jean-Marc avait fini par réussir à s’endormir, si on peut considérer que sombrer dans des rêves peuplés de cauchemars, en se sentant crasseux et profondément blessé, seul, sur une sorte de planche de bois épais scellée au mur, et en grelottant tant de fatigue nerveuse que de froid, puisse ressembler en quoi que ce soit à « s’endormir »… Ils l’avaient réveillé, d’autres policiers que Christelle, au bout de deux ou trois heures…

Aiguillage

8 heures 30, Louise enfile son blouson en jean et se prépare à  sortir. Elle ne sait pas encore ce qu’elle va faire de sa journée – probablement marcher sans but dans le froid de décembre, explorer les ruelles de sa presque nouvelle ville, dans laquelle elle a emménagé il y a trois mois seulement. Elle va peut-être chercher aussi un petit boulot, qui l’occupera quelques heures ou quelques jours, mais ce n’est pas pour cela qu’elle sort tôt : elle aime être matinale, elle aime marcher, elle déteste rester enfermée. Elle sort de son minuscule appartement, jette un dernier…

Au Guet-apens

[Avertissement : ce récit est très (trop) long, il comporte 17089 mots (!), j’en ai conscience, mais je n’ai pas su faire autrement, je ne voyais pas comment vous emmener avec moi là-bas en en supprimant des passages : tant pis (Au moins, je peux espérer qu’il vous « fera de l’usage », comme on dit dans le Nord..) ! J’ai pensé un temps le publier en plusieurs fois, mais j’aurais forcément dû le couper à des endroits qui auraient obligé le lecteur potentiel à attendre la suite, ce que j’ai supposé être désagréable -d’autant qu’il y a plusieurs suites… Bref, donc,…

Deux secondes…

[ Mot d’excuse : non, cette fois ce n’est pas une blague, c’est bien une nouvelle histoire … Je ne suis pas tout à  fait mort -irradié, comme tout le monde, même si plus personne n’en parle déjà  plus, mais pas mort. C’est juste que je fatigue plus vite qu’avant, que j’ai recollé à  mon véritable travail -si, vous savez, avocat de gens- comme un forcené, ces derniers temps, et que mes deux adorables bambins prennent de la place non seulement dans nos vies, à  ma Belle et moi, mais encore dans mes nuits1, celles qu’avant je mettais à  profit…

Petites violences entre époux

A l’appel de son dossier, Michel s’avance à  la barre. La presque quarantaine, souriant, bien habillé, respectueux dans son attitude, il paraît assez sûr de lui, et finalement plutôt moins incommodé de se retrouver à  la barre que les autres prévenus du jour. Je pense savoir pourquoi. Il m’écoute vérifier son identité, précisant d’emblée que l’adresse figurant au dossier est provisoirement celle de son épouse Adeline, puisqu’il a été placé sous contrôle judiciaire il y a six semaines, à  l’issue de son défèrement devant le Procureur. Il vit depuis lors en foyer, respecte son obligation de pointage et a suivi…

Denis

[ Avertissement : l’affaire que j’ai hésité à , puis voulu, vous raconter ici, a été la plus dure de ma carrière. Elle m’a obnubilé de nombreux mois, à  l’époque, et littéralement possédé pendant les dix-huit jours qu’a duré le procès, à  l’issue duquel j’avais perdu huit kilos… J’ai souffert, encore, près de trois semaines, pour parvenir à  l’écrire, et je suppose donc, non, je sais, qu’elle sera extrêmement dure à  lire, bien plus encore que l’histoire de Noël, pour laquelle on m’a parfois reproché de ne pas avoir prévenu mes lecteurs -ce que je fais donc cette fois : certains…

Instinct maternel ?

Nous entrons tous les trois dans la salle d’audience, elle est déjà  là . Nous adresse un grand sourire, un peu intimidé, mais en nous regardant droit dans les yeux. Je vois son avocate réprimer une grimace en nous voyant nous installer. Elle doit penser qu’elle a hérité d’une mauvaise composition, le Tribunal par lequel sa cliente sera jugée aujourd’hui en comparution immédiate étant constitué de trois juges par ailleurs parents d’enfants en bas âge. C’est d’ailleurs également le cas de la substitut qui soutiendra l’accusation. La présidente vérifie l’identité de Jennifer, qui ressemble à  une adolescente, fluette, minuscule, mais a…

Aziz peut-il être libre ?

Ils ne se connaissent pas, mais vont se rencontrer ce jour-là  d’autant plus vite et facilement qu’ils ont le même âge, la trentaine, vivent tous les deux dans la précarité la plus extrême, sans travail ni domicile fixe, dormant dans la rue ou les foyers quand ça peut, et passant leur journée dehors, soit à  ne rien faire, seuls ou en compagnie de gens qui leur ressemblent, soit à  rechercher n’importe quoi qui puisse se convertir en nourriture, soit à  boire car ils ont ce point commun aussi qu’ils boivent, dès que possible, un peu pour le froid, un peu…

Accident

[ Pour tenter de me faire pardonner des histoires dures que je raconte parfois ici, en voici une autre, pourtant très dure elle aussi, mais d’une tout autre nature, et sans doute plus facile à  lire1 … Encore que. C’est en tout cas aussi ce que peut permettre la Justice des Hommes, parfois. ] Je suis intervenu dans cette affaire alors que j’étais tout jeune collaborateur, au sein d’un cabinet pratiquant plutôt le droit des affaires, et qui avait notamment comme cliente une chaîne très connue de magasins, c’est à  ce titre que l’un des avocats associés qui étaient mes…

Noël

Ce type, c’est un vampire. Oui, je suis tout jeune avocat, oui, des comme lui, je veux en défendre, le plus possible et toute ma vie, et oui, je suis plus que sensible, on peut même dire hypersensible, à  la misère du monde en général, et à  celle de mes clients en particulier. Mais enfin, il n’en reste pas moins que Noël, il ressemble à  un monstre, un comme auraient pu en enfanter Frankenstein et Nosferatu, s’il leur était venu la mauvaise idée de copuler. Jeune, on est enclin à  attraper au vol les idées plutôt que d’attendre de se…