- Maître Mô - https://maitremo.fr -

Oh, Mô micro !

Comme vous le savez, j’ai lancé une vaste consultation, mondiale, sur les gadgets et autres extensions et paramètres enjolivant, mais ralentissant, ce blog béni des Dieux, à  laquelle, et je les en remercie, maints lecteurs, y compris les plus discrets, ont bien voulu répondre en masse.1

Il y a encore à  réfléchir et à  faire, mais j’ai d’ores et déjà  modifié quelques petites choses : sur la page d’accueil, le bandeau mouvant du Serment de l’avocat est devenu fixe, les mots-clés (« tags ») ont été supprimés de la sidebar et sont désormais visibles uniquement sur une page dédiée ou dans le shelf, « Sous Mô », le truc déroulant cliquable en haut du blog, lequel s’orne maintenant d’une icône en forme de flèche bleue afin que nul n’en ignore…

J’ai supprimé la traduction automatique des articles, et supprimé aussi les « Mos d’ailleurs », flux des blogs appréciés, jugés inutiles et qui me souciaient la validation, ainsi, à  côté d’iceux articles, que le lien vers « Scoopéo », dont personne, moi y compris, n’avait jamais entendu parler, ainsi que fait un peu de style pour la couleur et le soulignement des dates…

Sur le fond, et la rapidité de chargement, il y a un vrai boulot à  effectuer, mais là , heu, disons que c’est temporairement mis de côté, il faut seulement que j’apprenne à  coder, c’est à  dire en gros à  parler japonais, l’affaire de quelques petites centaines d’heures de travail…

Surtout, en revanche, j’ai pu constater que nombre de lecteurs2 soit, se fichaient totalement de tous les gadgets et n’appréciaient que le contenu brut, soit ne me lisaient que via leurs agrégateurs RSS, et les ignoraient donc totalement, soit enfin ramaient avec un petit portable ou même un téléphone.

Pour ceux-là , et toute personne qui souhaiterait afficher instantanément le blog, mais un blog dépourvu de toute fioriture, qui ne conserve que les textes et les commentaires (même plus imbriqués !), donc dépouillé à  l’extrême, il existe désormais, à  côté justement de la flèche bleue signalant le shelf, en haut à  droite de la page d’accueil, ce qu’on appelle un switch, découvert et mis en place par mon cher et brillant ami Jessy : en cliquant sur la chose, vous avez maintenant la possibilité de changer de thème, passant de l’actuel, Unnamo, au thème archi-simplifié, Unnamo Mini, dont l’affichage est non seulement très rapide et simple, mais encore conçu pour s’adapter en largeur à  n’importe quel écran, fût-il celui d’un téléphone.

D’un simple clic sur le rectangle, là , donc, pour les presbytes3 :

Encore du code merveilleux...
Encore du code merveilleux...

Magie de la technologie, si vous vous déconnectez, c’est ce même thème qui apparaîtra lorsque vous vous connecterez de nouveau, jusqu’à  ce que vous décidiez de changer et de revenir au thème habituel.

Il ne sera pas dit que ce blog, aux destinées universelles, sera freiné par de ridicules problèmes d’affichage…

Ça fonctionne d’ores et déjà , même si le flux rss de bas de page n’est pas le bon, mais je modifierai, et si les « Petits Môs », justement, n’y apparaissent pas encore (cette catégorie d’articles s’affiche uniquement en sidebar sur le thème normal, et comme il n’y a pas de sidebar sur le thème simplifié, je l’ai provisoirement dans l’os, mais j’ajouterai un lien quand j’aurais trouvé comment !).

Vous ne direz pas que je ne vous écoute pas -et que je ne vous aime pas, parce que je les apprécie beaucoup, moi, mon thème habituel et ses pages et ses gadgets !4

Voilà , c’était l’aparté minuscule du jour, désolé de vous avoir dérangé pour ça mais je tenais à  ce que vous puissiez me lire même en téléphonant à  vos amours. Je retourne immédiatement bosser, car cette semaine est noire et les audiences omniprésentes, j’aurai plein de trucs à  vous raconter très vite après -enfin, rapidement -enfin, bientôt…

Ce n’est pas la seule raison, mais j’avoue que l’envie d’écrire et le temps passé ici ont bien failli, à  nouveau, mettre mon cabinet à  sac, même en dormant peu on ne peut pas tout faire, je suis un adepte des vases communicants, et là , le vase le plus bas est celui du boulot : je redresse, en force, et j’arrive !

  1. Et, au fait, petite note à  destination des moins de vingt ans : le titre de cette brève est issu d’une vieille pub pour une marque de lessive, où des singes étaient torturés pour en vanter les mérites -c’était le bon temps… []
  2. J’ai réellement été surpris, à  vue de nez largement plus d’un millier si j’en crois le nombre d’abonnés Feedburner, en y ajoutant les abonnés aux flux standards, je suis fier, et comme les RSSophiles ne viennent pas physiquement sur place mais lisent à  distance, mon compteur de visites est à  augmenter notablement en réalité, ça me tripote l’ego, c’est si bon… []
  3. A propos de ceux-ci, j’ai un peu augmenté la taille d’affichage de la police des petites notes, aussi; si elles demeurent difficiles à  lire, un petit coup de « ctrl+roulette souris » vous permettra de les afficher encore beaucoup plus grandes, sinon… []
  4. Dont la mise en place et la maintenance m’ont pris des centaines d’heures, qui m’auraient permis d’écrire, autrement utilisées, je sais bien, mais c’est comme ça ! []