- Maître Mô - https://maitremo.fr -

Mô nu !

Je suis particulièrement désolé d’avoir employé la bassesse consistant à  titrer une brève de façon totalement accrocheuse1, mais le double objet de ces très petits mots m’interdisait d’en extraire mon titre, puisqu’il va s’agir, d’une part, de façon anecdotique, de souhaiter un bon anniversaire à  un ancien confrère, qui s’est totalement dévoyé depuis dans de lourdes fonctions bien éloignées de son serment originel, d’accord, mais enfin un confrère est un confrère, et d’autre part, de s’amuser à  parier sur la destinée judiciaire d’un autre confrère, actuel celui-là , après avoir juré que je me fichais totalement de l’affaire dans laquelle il est poursuivi, c’est vrai, mais je suis avocat, et ne suis donc pas à  une contradiction près…

Et puis, c’est la mode de faire parler de soi nu, le verbe suffisant désormais rarement aux gens pour qu’on s’intéresse à  eux, et je ne répugne pas  à  sacrifier à  la mode, quand elle me permet de rigoler à  peu de frais, contrairement à  plein de djeun’s de ma connaissance qui n’en riraient pas, jamais, même sous la torture, et n’ont pas exemple pas ri, ni des autres ni d’eux-mêmes, quand ladite mode a consisté soudain, pour les enfants de bobos, à  porter des pulls rayés horizontalement avec plein de lignes de couleurs criardes, les faisant ressembler à  des bonbons avariés, ni non plus, bien plus encore, lorsqu’elle a imposé de porter des caleçons propres dépassant sur la raie des fesses, au-dessus du haut de jeans trop petits dont le fondement se porte à  hauteur des genoux, donnant de dos, outre ce que l’on appelle « le sourire du plombier », la forte impression que le porteur de ladite déjection soudain ainsi portée aux nues a fait caca dans son falzar, et qui plus est que ce n’est pas récent -mais je m’égare…

La mode, donc, c’est aussi, actuellement, de cirer les godasses nécessairement onéreuses du Président, contre lequel je n’ai rien, pour lequel je n’ai rien, mais qui donc est un ancien confrère, sous l’impulsion duquel, pourtant, la Justice va bientôt connaitre une niéme réforme, mais surtout l’une des plus dégoûtantes de son histoire récente -avant je ne sais pas, j’étais comme l’escalope : pas né.

Sacrifions-y tout de suite, en souhaitant à  Monsieur Nicolas Sarkozy, dont le hasard a voulu qu’il soit par ailleurs partie civile dans l’affaire dans laquelle son confrère, le mien, est poursuivi, dont le délibéré tombe le jour de son anniversaire -soyons très clair, je ne crois pas un instant que ce soit fait exprès, je crois plutôt que les magistrats, en fixant cette date, ne savaient pas qu’il s’agissait de celle-là , à  défaut de quoi ils l’auraient immédiatement modifiée (lesdits magistrats étant probablement par ailleurs de ceux qui diraient à  un délinquant comparant devant eux et leur expliquant qu’il existe des hasards incroyables, c’est vrai, mais pas à  ce point-là , mais bref)- un excellent anniversaire2, avec ce petit cadeau, c’est toujours délicieusement bon et particulièrement adapté :

http://www.youtube.com/watch?v=k4SLSlSmW74

Remarquez bien que dans la série « délicieusement bon et particulièrement adapté », on peut y ajouter ce cadeau supplémentaire, et que celui qui ne connaît pas par cœur la moindre des répliques de ce film me jette la première grenade3 :

Allez, ajoutons-y pour faire le lot cette magnifique chanson4, dont cette fois je ne me permettrai jamais de juger du caractère adapté ou pas, y a des limites à  la rigolade, j’y tiens moi à  ce blog :

Voilà , ça c’est fait.

Et alors, justement, venons-en à  l’objet initial de cette brève, tout de même, sans aucun rapport avec le précédent, ça va sans dire : vous savez qu’un évènement mondial, dont l’énorme importance et les enjeux cruciaux, à  la fois pour les impétrants, mais pour tout le pays, et même l’Univers, font trembler le peuple d’impatience, et dont doivent dépendre la faim dans le monde, le sort des Haïtiens, la crise économique et l’éventuel retour de la grippe : à  DIX HEURES TRENTE, heure de Paris, ce matin, le délibéré Clearstream va modifier nos vies à  jamais…

Je suis avocat et j’adore le pénal, c’est vous dire si je suis joueur. Puisqu’on ne pourra pas y échapper, et qu’on ne va entendre parler que de ça pendant les dix jours à  venir (délai d’appel oblige), je voulais juste prendre les devants, et organiser rapidement, dans le peu de temps qu’il nous reste, un minuscule petit concours, dont je considère qu’il est ainsi à  la hauteur de l’évènement en question.

Là  où j’en arrive enfin au titre utilisé ici, que je pense vous deviez commencer à  perdre de vue, c’est que je n’ai plus un rond, et que donc pour une fois, au grand dam de la Maison Nicolas, qui risque du coup le dépôt de bilan, et de tous ses livreurs en France, le gagnant ne se verra pas livrer un magnum  de Ruinart, mon banquier vient parfois rôder sur ce blog et me l’a (momentanément) interdit…

Du coup, j’ai pensé mettre en jeu une photographie de Maître Mô à  poil5

Je sais, ça ne donne pas obligatoirement envie de concourir, notamment aux garçons6, mais je suis désolé, faute de m’y être pris à  temps, c’est tout ce que j’ai trouvé -et puis, malgré tout, essayez de pensez qu’au plan de l’Histoire du Ouaibe, ça peut devenir une pièce culte, un jour…

Par ailleurs, je sais très bien que ce n’est pas très beau, de faire des paris idiots sur une décision judiciaire quelle qu’elle soit, je veux dire, même aussi grotesquement inutile que celle-là … C’est vrai. Mais je m’en fous. Et puis ils nous ont tellement ramoné le bulbe avec cette affaire, et vont tellement le faire encore, tous, que j’estimais que… Qu’« ils le valent bien ».

Or donc, grand concours, ouvert jusqu’à  ce que la teneur du délibéré soit connue, c’est à  dire dans un peu moins de deux heures en principe, vite vite : la personne qui répondra correctement, ou le plus près possible7 aux questions suivantes sera proclamée vainqueur ici même, et recevra un peu plus tard son, euh, trophée :

– Quelle sera la décision concernant mon confrère De Villepin ?

– Y aura-t-il appel, et si oui, ce quelle que soit cette décision ?

Deux questions subsidiaires, pour départager les éventuels ex-aequo, et auxquelles il pourra être répondu plus tard, le temps nous manque pour des recherches poussées :

– La peine pourrait-elle, en tout état de cause, comporter une peine d’inéligibilité ?

– Et en tout état de cause, même si elle n’en comporte pas, Monsieur De Villepin, s’il était condamné, peut-il quand-même se présenter aux Élections Présidentielles ?

Voilà , c’est complètement idiot, je sais bien -mais ça méritait, je reconnais finalement.

Comme je ne suis pas du genre à  me défiler, et qu’un peu de naïveté ne fait jamais de mal, de bon matin, je joue moi-même, mais pour le plaisir8 -et, aussi, parce que plus que jamais, et sans trop connaitre l’affaire comme un pénaliste devrait la connaitre s’il veut ouvrir la bouche à  ce sujet, mais passons, je trouve qu’il faut croire encore à  quelques trucs judiciaires, faute de quoi la dégénérescence nous guette :

moi je dis qu’il sera relaxé, et qu’il n’y aura pas d’appel.

Oh, allez, quoi, ce n’est qu’un jeu !

  1. Enfin, j’espère !!! En tout cas pour les filles… []
  2. Preuve que je ne suis pas rancunier, un avocat pénaliste ne pouvant pas se permettre de l’être, il l’a trop souvent dans l’os… []
  3. Il faut passer au ralenti le visage de l’immense Monsieur Bernard Blier, surtout tôt le matin : la journée est ensuite définitivement joyeuse et sauvée ! []
  4. Ce n’est pas ironique, j’aime mieux la version studio, mais elle est géniale quand-même je trouve -hors contexte… []
  5. Rien qu’en l’écrivant, ça me consterne ! []
  6. Le fait de dire ça relève d’une vantardise invraisemblable par rapport aux filles, je sais, je sais… []
  7. quantum de la peine pour ceux qui penseront que condamnation il y aura []
  8. J’ai déjà  plein de photos de moi à  poil, elles sont affichées dans mon bureau, c’est ce qui fidélise ma clientèle []