- Maître Mô - https://maitremo.fr -

L’Avocat Général avoue implicitement…

Ca se passe dans la même affaire que dans la brève précédente, ils sont trois, et la situation d’un autre gamin pose un problème à  la Cour : il possède un casier judiciaire qui, malgré son jeune âge, est largement plus fourni que son camarade, puisque porteur de dix-sept mentions (!), la valeur comme chacun sait n’attendant point le nombres des années…

Oui mais voilà  : est-il pour autant en état de récidive légale ?

La Cour n’en sait rien, le jugement, il est vrai prononcé par une juridiction du Nord avec vue sur mer connue pour l’opacité de certaines de ses décisions correctionnelles, étant totalement embrouillé sur ce point, l’appelant, entre ses deux gendarmes, bien incapable de dire clairement la date de sa dernière condamnation, le casier judiciaire un peu ancien et ne faisant donc pas apparaître les dernières décisions rendues à  son encontre, et partiellement mal photocopié…1

La question est d’importance : pour qu’une peine-plancher s’applique, il faut que l’état de récidive légale soit constaté, c’est à  dire en substance qu’une autre condamnation, pour des faits juridiquement similaires, soit intervenue moins de cinq années avant la commission des nouveaux faits : si ce n’est pas le cas, la juridiction est libre comme l’air dans l’appréciation du quantum et des modalités d’exécution de la peine; si c’est le cas, les minima légaux vomitifs dont je vous parlais juste avant s’appliquent, et dans son cas, nous parlons de trois ans automatiques !

Bref, personne2 n’y comprend rien, ça discute, ça vérifie, on demande un casier judiciaire plus récent qu’on n’obtient pas, et comme l’audience est chargée et que bon après tout l’absence éventuelle de peine-plancher n’empêche pas de condamner, on clôt les débats.

L’Avocat Général se voit donc donner la parole pour ses réquisitions, et elle3 commence par l’évidence, le seul mode de preuve auquel personne n’avait songé jusqu’alors, une démonstration implacable de ce que le droit est toujours empreint de rigueur et d’humanité, tout particulièrement lorsque l’on va demander une privation de liberté, et encore plus spécialement lorsqu’on s’apprête à  requérir trois années d’emprisonnement ferme…

Elle dit :

« Madame le Président, on me dira ce qu’on voudra, mais pour en terminer avec cette question de la récidive légale, avec dix-sept condamnations au casier, il est évident qu’il doit bien y en avoir une de moins de cinq ans dans le tas ».

Elle n’y reviendra pas, c’est ainsi acquis, et requerra quelques instants plus tard trois ans fermes.

Authentique, au mot près.

  1. Je sais bien, vous vous dites que n’importe qui renverrait l’examen de cette affaire à  une date ultérieure pour vérifier… Mais nous sommes à  la Cour, malheureux, on ne renvoie pas, c’est laid pour les statistiques… []
  2. Je n’ai pas su si son avocat le savait et se la fermait doucement, ou bien s’il ne savait pas lui non plus… []
  3. Eh oui : je dois à  la vérité de dire que c’était une femme… Aucun rapport évidemment, n’allez pas me faire dire des choses que je ne pense pas, ou alors pas souvent… []