Diffam’nation : mais non…

Mon confrère soupçonné d’avoir diffamé Madame le Ministre de la Justice a vu aujourd’hui les poursuites pénales engagées à  son encontre être déclarées irrecevables…

On l’avait espéré, on trouvait ça normal, à  vrai dire on pensait que cette histoire n’en était pas une, et qu’elle se devait de ne procurer de honte qu’à  ceux qui avaient crus devoir la provoquer, et certainement pas à  l’avocat auteur des propos soudainement et spécialement incriminés…

Ouf, voilà , c’est enfin fait, et sur le fondement le plus évident, m’avait-il semblé ici il y a quelques jours.

Comme quoi je ne profère pas que des stupidités, soit dit en passant.1

Y compris lorsque j’indiquais que le prononcé de la décision constituerait une occasion en or, une de plus, pour les journalistes, de rappeler les faits en eux-même, ainsi pourvus, à  deux reprises supplémentaires, de la plus belle des publicités, puisque parée des mille feux de la honte de poursuites pénales déclarées non pas mal fondées, ce qui, déjà , eut été joyeux, mais irrecevables, ce qui est franchement jouissif.

Un regret, cependant : aucune possibilité pour notre confrère injustement poursuivi de réclamer à  la partie poursuivante quelqu’indemnisation que ce soit, qui par exemple aurait parfaitement pu s’établir, au hasard, à  une somme de 2000 €: les textes permettant ce type de condamnation ne le font qu’à  l’encontre de plaignants privés, et non, comme ici, du Parquet…

Un regret, et une question lancinante : offrira-t-on à  cette affaire trois nouvelles occasions de publicité à  large rendement, en interjetant appel de la décision, puis le jour de l’audience devant la Cour, puis lors du prononcé de la décision finale ?

Les paris sont ouverts, j’attends vos votes…

Un à  zéro en faveur d’un appel du dit Parquet, selon moi : comme écrit précédemment, la honte ne tue plus depuis longtemps, même réitérée…

  1. Et démonstration brillante s’il en était besoin de ce que les magistrats ne sont nullement « aux ordres » … Enfin, pas tous et pas toujours ! []

Un Commentaire

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Pour ceux dont les yeux auraient trop de mal avec le formulaire de base, cliquez sur l'icône qui affichera votre commentaire en plein écran, avec une lisibilité nettement plus importante.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Commenter

(Nom ou pseudo et adresse mail nécessaires, merci. Votre adresse ne sera pas publiée.)

Cliquez pour utiliser les smileys :

Vous notifier les futurs commentaires de cet article par email ? Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.