Présumé innocent

Ce blog, d’ores et déjà  peu nerveux en matière de rythme de publication, va carrément devenir amorphe pendant ce mois d’avril, je vais en être très loin, et manquer de temps plus encore que d’habitude… C’est la défense d’un homme qui en sera la cause, un homme pris dans l’histoire que je veux vous raconter maintenant… Sur ce rocher, situé face à  l’aîle des Pins, en Nouvelle Calédonie, on a retrouvé il y a plusieurs années le corps d’une jeune touriste japonaise, sans doute tuée à  coups de pierres, et qu’on avait tenté d’y brûler avant de l’abandonner là . Deux…

J'ai peur, en fait, de me retrouver seul…

Je suis très, mais alors vraiment, très en colère, une véritable haine face à  un gâchis monumental, qui a failli coûter une vie, et va peut-être en coûter une autre… Les malades mentaux et la justice n’ont, décidément, définitivement rien à  faire ensemble. Un dossier, pour prouver que j’ai le droit de vous le dire; un homme, pour mesurer ce fait à  l’aune de ce qu’on est -d’autres hommes…

Suivant votre conscience…

Ce titre est tiré de l’article 304 du Code de Procédure Pénale, qui contient le serment que prête tout juré de Cour d’Assises, en France : « Le président adresse aux jurés, debout et découverts, le discours suivant : « Vous jurez et promettez d’examiner avec l’attention la plus scrupuleuse les charges qui seront portées contre X…, de ne trahir ni les intérêts de l’accusé, ni ceux de la société qui l’accuse, ni ceux de la victime ; de ne communiquer avec personne jusqu’après votre déclaration ; de n’écouter ni la haine ou la méchanceté, ni la crainte ou l’affection ; de…

Histoire noire III

III GARDE A VUE Jean-Marc est, littéralement, vidé, liquéfié, anéanti. Il y a quatre heures, il somnolait devant sa télé avec sa femme. Maintenant il se les gèle sur un banc en bois, dans une cellule, avec deux pochards et un jeune type qui vend de la drogue; il n’a plus ni lacets, ni ceinture, ni aucun objet d’aucune sorte, même pas sa montre, il n’a que son alliance. Il a faim, il a froid, il a mal. Et il a peur.

Broyée ?

Sophie m’a écrit il y a quelques jours, sans fausse pudeur, en me livrant, presque brutalement, mais avec un humanisme incroyable, que je crois elle peut revendiquer, les difficultés énormes que l’on traverse en étant une « victime », et aussi toute la complexité et l’ambiguïté de ce « rôle », qu’elle aurait donné beaucoup je pense pour ne jamais avoir à  tenir… Je ne la connais pas, mais elle m’écrivait à  cœur grand ouvert, et je lui ai demandé si elle m’autorisait à  publier ce qu’elle ressent de son histoire à  elle : c’est l’objet de ce texte, qu’elle a largement écrit. Et…