Auto Mô bile !

Cher Monsieur, J’allais, de guerre lasse, abandonner les réclamations que j’ai à  formuler à  l’encontre de votre concession, ensuite du dépôt de mon véhicule XXXX pour révision et réparation, un avocat gérant suffisamment de paperasses pour ne pas s’en ajouter dans la vie privée, même lorsque c’est légitime Mais, au moment même où je recouvrais mon amertume du voile de la fatalité, voilà  que je recevais votre formulaire de “questionnaire de satisfaction”, ce qui dans mon cas ressemble fort à  une tarte à  la crème en pleine face : je vous avoue que l’ironie de ce mot, “satisfaction”, veux-je dire,…

Môs croisés

Presque rien, pour vous distraire ce weekend, juste une petite récréation intellectuelle que je me suis accordée en glandant comme un malheureux, attendant mon tour à  l’audience pendant qu’un confrère long et chiant comme la pluie, manifestement fiscaliste (ou autre spécialité éminemment respectable)  plaidait, avec la passion qu’une vache met probablement à  brouter, un long, très très long dossier, auquel personne ne comprenait rien je pense, notamment pas le Tribunal, qui a mon avis faisait lui aussi autre chose de son côté : j’ai commis une grille de mots croisés – je n’ai pas fait des mots croisés, j’en ai…

Madame Mô et pas les enfants d’abord !

Amis, vous êtes habitués à  ce que le vendredi, et ici le samedi car hier je bouclais à  l’arrache et n’ai point eu le temps de publier, soit l’occasion de minuscules articles tous plus inutiles les uns que les autres, écrits d’un seul jet dans une ambiance pré-détente palpable rien qu’au choix des images, vidéos, et même mots, qui souvent les accompagnent… Parce que bien sûr, vendredi c’est raviolis, certes, mais c’est aussi en général une sorte de sortie de guerre, la fin du combat et, non pas l’armistice, mais une trêve, infiniment trop courte, lors de laquelle on retrouve…

LourdissiMô !

Une fois n’est pas coutume1, je souhaite solliciter très directement et expressément les lecteurs de ce blogs, les habitués et les moins, les bavards et les silencieux, en demandant à  ces derniers de s’exceptionnellement désilencier, au sujet de l’agencement général d’icelui. Vous avez sans doute dû constater que ce site magnifique est en effet truffé de petits ou de grands trucs rigolos dans tous les sens -et je pense que c’est l’un des rares endroits du Ouaibe quotidiennement visité par plusieurs millions de lectrices, et même quelques hommes aussi, qui soit à  ce point gavé d’extensions et de fonctionnalités en…

Môgnum !

Allez, c’est reparti, ce n’est pas parce que le boulot est tellement dense ces temps-ci, et les découverts bancaires tellement atomiques pourtant, et que par voie de conséquence je publie peu, voire pas, qu’il faut se laisser aller ! Or donc, comme un petit coup d’œil “Sous Mô” (c’est une image, calmons-nous…), en cliquant sur le bouton en haut à  droite de la page d’accueil, vous l’apprendra, nous approchons rapidement désormais des 100.000 (cent-mille) visiteurs uniques1, ainsi qu’il me l’a gentiment été fait observer par un lecteur assoiffé, un de plus, dans les commentaires de OM ou Mô aime pas…

Plein les urnes.

Aucune des souvent invraisemblables listes de candidats aux élections européennes ne proposant de mise sous tutelle immédiate de ma banque, avec répartition des excédents au profit des clients au prorata de leurs découverts, ce qui aurait fait de moi un millionnaire, je ne suis pas bien certain de voter dimanche… Ce qui ne m’interdit pas ce me semble de tenter en catastrophe de réparer, modestement vous me connaissez, une injustice criante, découverte dans ce même cadre surprenant des dites élections.

Tribute to mon Confrère Collard !

N’allez pas, mais alors pas un instant, vous méprendre : il est absolument hors de question qu’un avocat pénaliste de renommée nationale (moi) rende un quelconque hommage à  un autre avocat pénaliste, fut-il un peu connu lui aussi (Gilbert Collard). Mais je me creusais justement sur la manière la plus rigolotte de faire à  mes aimés lecteurs un petit cadeau de Noël ou de Nouvelle Année un peu digne, un peu en rapport avec mon beau sapin métier… Et là , je crois qu’on m’a fourni du lourd, du très lourd !