Billet d’humeur

Jusque là , je jouais les visiteurs invisibles, me contentant de jeter un oeil derrière ma lucarne et soupesant l’atmosphère régnant au gré des articles parus…
Une fois ne sera pas coutume je l’espère, je tente un billet de mauvaise humeur, voire d’étonnement proche de l’indignation.
Il me semblait avoir appris dans mes très anciennes années que l’avocat était un « Conseil » auprès de ses clients et un « auxiliaire » auprès de la Justice. Autrement dit, dans les deux cas, sa noble mission est d’apporter parfois, voire souvent, aide et assistance avisées à  de pauvres êtres perdus dans le monde ténébreux de la Justice.
Et qu’apprends-je ???? On m’aurait menti…(c’est le cas de le dire)…
C’est l’histoire d’un couple qui s’aime follement depuis 10 ans. Ils vivent heureux entre leur travail et quelques amis.
Jusqu’au jour où une aventure extra-conjugale s’immisce, et la brèche s’agrandit. Déjà , quelques rancoeurs et disputes ont surgi le jour où elle lui a révélé. Il lui a pardonné pourtant, enfin il a cru qu’il pouvait, mais c’est tellement difficile…
Alors le couple devient vacillant, irascible, compliqué. E t c’est le drame – enfin, presque: à  l’issue d’une sortie, elle tente de le blesser gravement, voire de le tuer.
J’abrège sciemment l’histoire – même d’un point de vue humain, elle aurait pu vous paraître riche d’enseignement – car tel n’est pas mon propos ici.
Cette femme doit en tout cas rendre des comptes à  la Justice, telle est la loi, même si son mari ne souhaite pas sur le coup porter plainte contre elle. En attendant la décision de Justice, elle a interdiction formelle de le rencontrer de quelque manière que ce soit. Pour protéger son mari d’une part, pour que la totale vérité sur ce qui s’est passé apparaisse d’autre part…
Las ! L’amour l’a emporté (et je ne m’en offusque pas, bien au contraire, mais encore une fois, tel n’est pas mon propos)…
Deux mois après, le mari avoue, en baissant les yeux, qu’il voit sa femme quotidiennement, que s’ils ne vivent pas à  nouveau ensemble, c’est presque comme au premier jour, et qu’ils souhaitent ardemment pouvoir le faire très bientôt…
Et de confesser tout cela en précisant toutes les deux phrases: « On m’a conseillé de ne pas le dire ».
Alors, je pose la question. Aux professionnels et à  tous les autres : un avocat doit-il conseiller à  son client de mentir sur une situation de fait, alors que celui-ci viole ouvertement son contrôle judiciaire ? (je ne fais évidemment pas allusion à  un mensonge sur le fond, c’est à  dire mentir sur le déroulement d’une bagarre ou la présence de tel ou tel individu, après tout on sait bien que chacun, parfois, se défend comme il peut…).
C’est une question bien générale, dont la réponse dans ce cas d’espèce me semble évidemment : non.
Pourquoi ? Parce que :
– primo, c’est prendre l’interlocuteur pour un imbécile;
-secundo, il serait bien bête d’être le seul à  ne plus pouvoir dormir, si cette femme finissait par tuer vraiment son mari, alors qu’il pourrait partager cette culpabilité avec celui qui aurait autorisé le couple à  se revoir…

8 Commentaires

  1. Cyril
    Vous faites rentrer les remplaçants ? Bonne tactique pour soulager votre labeur, Mo. Vous êtes le Raymond Domenech du blog judiciaire ! Que dis-je, le Aymé Jacquet de la chronique avocationnaire (c'est bien ça l'adjectif d'avocat ?). Bienvenue à  Princesse malgré tout, même virtuellement il va vous falloir pas mal de courage pour supporter MoMo. Pour mon compte, pourrais-je tenir la rubrique "Mes amis sont tous magistrats" ?  
  2. A votre disposition mon cher Cyril, plus on est de fous... Je vous serais toutefois reconnaissant de bien vouloir conserver à  l'avenir un ton courtois et gracieux dans vos commentaires - je publie par principe tout ce que je reçois, mais il y a tout de même des limites (m'assimiler, de près ou de loin, à  quoi que ce soit se rapportant au football en étant une)... Ceci étant, vous êtes pardonné pour cette fois : qu'attendre d'autre de quelqu'un qui n'a que des amis magistrats ?

  3. Cyril
    Le Claude Makelele de la modération : très souriant en apparence, mais capable des tacles les plus assassins. D'autre part, quand je dis que mes amis sont tous magistrats, il fallait comprendre "ils travaillent dans la justice". Et quand je dis "dans la justice", cela signifie que leur point commun est de franchir tous les jours la porte d'un tribunal. Donc pas uniquement magistrat. J'ai une épouse substitut, mais aussi des potes avocats, une copine juge des enfants, 2 juges d'instruction. (On dirait ces listes de jouets qu'on fait enfant pour impressionner les copains : J'ai le Big Jim pompier, le Big Jim plongeur, etc). Je tenterai donc d'être modestement le Jean-Henri Fabre de ce microcosme et je tenterai de loin en loin de vous faire part de mes découvertes. Allez : à  ma loupe ! J'y retourne.  Où en étais-je déjà  ? Ah oui : Tentons pour commencer d'établir le lien entre dégoût pour le football et psychopathologie chez l'avocat français situé en zone polaire.

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
- Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain, les machines à spam ne savent toujours pas le faire, ces imbéciles.
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green