A lire au boulot !

Une véritablement courte petite note, juste pour vous permettre de découvrir, si vous ne la connaissiez pas encore, cette décision de la Cour de Cassation…
Qui valide un licenciement, intervenu pour faute grave, excusez du peu, prononcé… Au motif, unique apparemment, que le salarié concerné était demeuré connecté au Ouaibe à  des fins personnelles pendant quarante et une heures en l’espace d’un mois (Ce qui si l’on y réfléchit un peu n’est pas énorme, pour vingt jours ouvrés ça représente seulement un peu plus de deux heures par jour !)…
Je me garderai bien de porter sur cet arrêt, forcément plein de sagesse vue la hauteur des magistrats desquels elle émane, mon habituel regard vert-critique-acerbe, mais je voulais tout de même vous en faire part1 à  toutes fins utiles, parce que mes stat’s sont formelles : on se connecte beaucoup chez moi, et ailleurs plus encore je suppose, aux heures non pas de pointe, mais pointées…
J’irai plus loin : j’ai très peu de connexions tôt le matin, et après vingt heures le soir… Et très peu également en cette période de vacances estivales, qui ont démarré, paraît-il…
J’ai quelques habitués, je ne parle évidemment pas ici des fonctionnaires et moins encore des « assimilées fonctionnaires », qui sont à  l’abri de ce genre d’avanies, que je tenais, simplement, à  prévenir, vu leur nombre de messages en ces lieux, et les horaires d’iceux..!!!
Me lire au travail peut donc constituer une faute grave2, et je m’en voudrais terriblement de vous faire virer : c’est pour ça, je fais court !
On vit, en tout cas, une époque formidable…

  1. On ne pourra pas dire que je fais de la retape pour ce blog ! []
  2. Quand j’y pense, que ce soit ou pas une faute est probablement discutable, n’est-ce pas mes secrétaires chéries et leurs cochonneries de sites de ventes de fringues et de parfums en tous genres à  prix cassés ??? Mais alors une faute « grave », au sens du droit social, là , j’avoue que c’est du lourd… []

49 Commentaires

  1. Babounette
    VOus m'avez fait peur , car je relis tout votre blog ... au travail Mais compte tennu du fait que je reste à  la disposition de mon employeur (après tout c'est de sa faute s'il ne me donne pas assez de travail), que le droit pénal est proche du droit du travail (euh cet argument est faible, très faible), que je n'ai signé aucune charte de quoique ce soit, que mon vrai employeur est la société d'intérim, je pense que la sanction applicable dans un premier lieu serait l'avertissement. Par la suite, si mon besoin de vicodin pardon de Mô pardon de m'informer continuait à  me faire trop de temps sur le Ouaibe alors je serais passible d'une sanction plus lourde. Sachant qu'il ne resterait alors plus que la mise à  pied (qui me laisserait le temps de finir votre blog avant la reprise du travail bien évidément) ou la rétrogradation (que je refuserais bien entendu), les employeurs ont plus recours au licenciement et tant qu'à  faire pour faute grave (pas d'indemnité - pas de préavis) Voilà  elle est pas belle la vie ?
  2. Bill
    Bonjour, Quelle décision ! Il ne reste plus aux employés qu'à  ressortir les livres et stylos. Dépoussiérer le fax et le téléphone et retourner à  La Poste... :P Un seul ordinateur dans l'entreprise celui du patron, ça c'est une solution. Bonne semaine. Rassurez vous je suis en vacances.
  3. Jalisco
    Intéressant... Ici, vu l'heure, on ne pourra pas m'accuser d'user le temps de mon employeur! :P Mais selon moi, il y a des éléments de fait qui rendent ce cas un peu particulier: - fonction professionnelle qui n'implique aucune recherche, - bureau où Mr X est le seul à  avoir accès, - 41h sur un mois, décembre de surcroît (riche en jours fériés et congés), ça revient tt de même à  25% du temps de travail "facial" de qqn qui est au 35h, non? Et donc ne bosser qu'à  75% de ses obligations, en utilisant de surcroît les ressources boulot pour des occupations persos, c'est ptêt pousser le bouchon un peu loin :| Là -dessus je pars en vacances quasi sans connexion, donc le prochain Môgnum ne sera pas pour moi (sauf s'il attend mon retour :) ). Bon vent à  tous!
  4. Lisa
    En vacances ou pas, je vous lis... mais pas "du boulot", généralement plus confortablement de chez moi - et souvent tard le soir... Peut-être que ce document (guide de la Cnil pour employeurs et salariés - mars 2009 de mémoire) pourra éclairer un peu. Des précisions sur l'aspect légal ou du moins, certaines de ses conditions. Voir aussi le dossier "travail" sur ce même site - [/mode commentaire perso HS - devenu plus moche et moins "navigable" à  mon sens, il n'y a qu'ici les visiteurs sont traités avec autant d'égards -je ne "fayote" pas, je le jure - et je "lis" régulièrement plusieurs dizaines de blogs :D /fin du commentaire HS mais fallait que je le dise]. Pour répondre @Sunshine, il me semble qu'effacer l'historique et les cookies fera un peu de ménage sur le poste, mais sans doute pas grand chose pour les traces sur le serveur de connexion. Si un(e ?) des "pros" qui a le temps veut bien me répondre, et me corriger au besoin (enfin, doucement hein - corriger mes propos plus exactement !), gratitude et remerciements. Je partagerai volontiers le mô-gnum si je l'ai au... nième /prochain quand-combien ? Bonnes journées et plein de lectures nombreuses à  tous ! PS : le wikimô est sans lien ? ou encore un truc que je ne sais pas faire marcher ?
      1. Sunshyne972
        Suis foutue si j'arretes pas mais c'est pas ma faute a môoaaa j'suis née un ordi a la place d'un hochet moâ et pis en plus je fais ca uniquement quand je ne puis plus rien faire, genre qd même l'archivage est fini snif je suis perdue!!lol
  5. Oph
    J'ai la joie d'apprendre que ça fait au moins une raison pour laquelle je ne serai pas licenciée : j'ai l'accès minimum à  Internet au bureau, incluant les sites de mon employeur, deux ou trois services de type Pages Jaunes ou RATP, et surtout aucun blog. C'est un peu la louze quand on est développeur, d'ailleurs, car il m'arrive de devoir attendre d'être à  la maison pour faire certaines recherches qui me seraient utiles. Mais quelque chose me dit que quiconque voudrait se débarrasser de moi trouverait sans peine une raison juridiquement valable de le faire. Heureusement, on tient à  moi dans l'équipe. :D
  6. Bien que non-fonctionnaire et non-assimilé, je ne me sens pas particulièrement inquiet par cette mesure.Peut-être parce que je suis la personne qui, dans ma boite, serait chargé d'un tel contrôle si il devait avoir lieu... Mais à  ce propos, la question est intéressante : dans un contrôle de l'utilisation de l'internet par un salarié, qu'est-ce qui est "légal" et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Par exemple, si un jour mon patron m'impose de contrôler le nombre d'heure sur le net des autres employés, est-ce légal ? Et si je dois vérifier quels sites ils visitent ? Voir leurs conversations pour vérifier si ils parlent à  d'autres employés (msn est notre moyen de communication principal dans l'entreprise) ou à  des amis à  eux ?
    1. PiTRe
      Aux dernières nouvelles, un employeur peut contrôler les échanges par mail, autrement dit, combien de mail sont envoyés / reçus par une personne, et en regardant les adresses, savoir s'il s'agit d'échanges pros ou persos. En revanche, l'accès au contenu des mails est interdit en l'absence de la personne concernée (il doit y avoir quelques exceptions dans certains corps de métiers et surement aussi si la police ou la gendarmerie demande à  avoir accès aux mails et PC d'une personne dans le cadre d'une enquête). Par contre, soyons bien d'accord ... J'ai dit interdit, pas impossible hein !
    2. PiTRe
      Pour avoir déjà  travaillé sur le sujet ... Sites fréquentés : s'il existe un charte d'utilisation des moyens informatiques et d'Internet dans votre société, il doit être précisé dans cette charte que la navigation est filtrée et que des historiques sont conservés. (D'ailleurs, à  ce sujet ... une entreprise fournissant un accès au net à  ses employés est elle considéré comme un fournisseur d'accès ? Dans ce cas, il y a obligation de conserver les journaux de connexion pendant un an ou deux non ?). Identification des employés (indispensable pour dire : telle personne à  passer tant d'heures sur siteauchoix.com) : si l'identification est faite par le nom de l'employé (ou tout moyen permettant de l'identifier de façon unique) et que les journaux conservés contiennent cette information, il faut : 1° que les employés en soient avertis. 2° que la déclaration ait été faite à  la CNIL. MSM : conversation entre employés : il s'agit d'un moyen de travail, mais j'ai quand même un doute. Cela ne s'apparenterait il pas à  une écoute téléphonique ? Avec des amis : à  l'extérieur ? Vous laissez passer les flux msm vers l'extérieur chez vous ? :x
  7. Sunshyne972
    Bon ben j'espere que vous me defendre si ca devait m'arriver... en même temps dans mon secteur c'est un peu calme alors....donc a soluc' si on ne peut s'empecher de venir jetter un ti coup d'oeil sur votre blog c'est d'effacer l'historique, les cookies et autres non ?
    1. En fait, ça dépends de l'entreprise ; si on le souhaite il est possible simplement d'analyser toute l'activité sur le réseau, et donc aussi de savoir avec précision qui va sur quel(s) site(s) à  quelle heure ou qui dit quoi à  qui par mail / msn.
  8. thinklessridemore
    Cher Maître, Il me semble, si mes souvenirs sont bons, que cet arrêt avait effectivement sanctionné l’employé peu scrupuleux parce que le temps de connexion avait été fait au détriment de son travail. Donc considérons un chef d’entreprise peu prévoyant qui n’a soumis l’utilisation de l’Internet à  aucune restriction écrite (ce qui exclut une sanction pour la violation d'une règle établie par le chef d'entreprise), ainsi qu’un employé qui fait son travail correctement (on ne lui en demande pas plus après tout) et qui respecte systématiquement les délais qui lui sont impartis. Si ce dernier profite de ce qu’il travaille rapidement pour parfaire sa culture en lisant des blogs tels que le votreet que son employeur souhaite se débarrasser de cet employé pour ce motif, je pense que la réponse des juges serait tout à  fait différente. N’est-il pas ?
  9. salah
    Pour quantifier le temps passé en connexion au ouiabe ,il faut d’abord qu’il soit mesurable avec un instrument reconnu ,fiable et homologué .Je n’ai pas vu dans l’arrêt de la Cour de cassation la description de l’instrument qui a été pris en compte dans cette affaire ni les moyens pour obtenir le chiffre indiqué ? Car si la Cour indique qu’avec « une suite de gestes déterminés » on peut effacer l’historique d’une connexion ,elle ne dit rien sur l’instrument avec ou par lequel le relevé a été effectué . Sans préciser qu’avec d’autres gestes déterminés ,techniquement on peut préfigurer en écrivant à  posteriori le temps de connexion de son choix. Pour le numérique comme pour la magie avec « une suite de gestes déterminés » l'illusion opère !
  10. Talie
    Petite réponse pour petite note...je vous dois bien cela Maître Mô ! Comme vous parlez de vos secrétaires...les pauvres chéries :oops: Je ne doute pas que les seules connexions au Ouaibe qu'elles font lors de leur temps de travail ne sont que pour lire vos articles, même si les commentaires se font rares... Est-il utile de préciser que dans le cas où vos secrétaires laisseraient des commentaires, vous verriez un temps de connexion au Cabinet encore plus important ??!
    1. Bien, bien, bien... Je vois que la gentillesse et un salaire exorbitant, sans parler évidemment de tous les avantages en nature, n'empêchent nullement les insolences gratuites : j'en prend acte... Ta petite camarade de jeu est en vacances la semaine prochaine... Tu seras seule... A TRÈS bientôt, secrétaire adorée... :lol:
  11. CIP12
    Bon j'avais tenté de poster un premier commentaire mais il semblerait que cela n'ait pas fonctionné... Peut être est ce parce que je suis sur mon lieu de travail. Alors petite question pratique. Il est 13h40, j'ai repris le travail depuis presque une heure. La charte des temps officielle indique que le service est ouvert à  partir de 14 heures. Suis en train de commettre une faute grave? Est ce le temps de travail officiel qui est pris en compte? Ou le temps de travail effectif? Ou alors je n'ai rien compris et je suis en faute grave à  partir du moment où je me connecte sur mon lieu de travail?!? Edit : bon avant que quelqu'un ne me fasse remarquer la différence entre ce que j'écris et l'heure où je poste, je tiens juste à  préciser que j'ai subi 3 fois de suite un bug dans l'envoi du commentaire... Ceci dit, je rejoins Marie, la fréquentation de ce blog est pour moi qu'un outil de travail supplémentaire...
  12. Marie
    Fielleusement visée par vos allégations, une fois de plus, je ne me sens pas inquiète : l'arrêt de l'honorable juridiction fait état de connexions à  des fins non professionnelles, ce qui ne correspond nullement à  ma fréquentation de ces lieux, à  laquelle seules me poussent des raisons ultra professionnelles, vous vous en doutez ! Bon, pour PiTRe, en revanche, ça risque d'être un peu plus compliqué à  faire passer ... :mrgreen:
    1. PiTRe
      C'est gentil de te faire du soucis pour moi :) Mais en même temps ... Nous sommes en gros 20000 à  passer par le même proxy, il y a des filtres qui nous empêchent d'aller sur des sites considérés comme non productifs ou contraires à  la morale, mais jusqu'à  présent, le site du Maître est toujours autorisé :) Et si quelqu'un s'amuse à  lire les logs pour voir qui fait quoi, bonne chance ! :P Et puis, si quelqu'un me fait une remarque ... Entre le Maître, ton Maître (niarf ! :) ) et Velourine, si je trouve pas un avocat pour me conseiller, je n'aurais pas de chance ! :P Après, d'un point de vue juridique ... De plus en plus, les entreprises font signer aux personnes ayant accès à  un internet une charte de bonne conduite, qui stipule ce genre de chose. Il est souvent admis une navigation personnelle si la durée reste raisonnable. Par contre, pour répondre à  CIP, oui, un employeur pourrait trouver que, même si tu te connectes durant ton heure de pause, une connexion quotidienne d'une heure est contraire à  cet usage raisonné, au prétexte que tu détournes les moyens mis à  ta disposition pour usage personnel. Un exemple ubusesque d'application à  la lettre d'une charte : Dans ma précédente entreprise, nous avions des pupitreurs qui faisaient les postes en 24/24 7/7. Mais les tâches de nuit et de dimanche relevaient plus de la supervision et du contrôle que du travail actif, ce qui faisait qu'ils avaient beaucoup de temps libre. L'entreprise a préféré leur payer une télé dans leur salle plutôt que de les autoriser à  utiliser l'accès internet à  des fins personnelles durant leur temps de travail.
      1. Marie
        Tiens, maintenant que tu le dis, je pense qu'on doit être au moins autant à  passer par le même proxy, chez nous. Bon, OK, je ne me ferai plus de souci pour toi à  ce propos. Sinon, serait-ce ridicule de te demander ce qu'est un pupitreur ? (un puPiTReur ?...)
        1. PiTRe
          Un pupitreur est une personne qui effectue des tâches de supervision et d'exploitation sur des systèmes informatiques. Ca peut contenir, par exemple, vérifier les sauvegardes et changer les bandes, vérifier que les traitements tournent bien, faire des contrôles périodiques pour s'assurer que tout est opérationnel ... Bon, c'est peut être un peu réducteur mais l'idée est la. Et aucun ridicule, pour une fois que c'est moi qui emploie un mot abscons :)
      2. Oui, j'avais entendu parler de ce genre de chose, Kafka est aujourd'hui numérique... Ceci étant, l'arrêt pose d'autres questions : quid d'une connection Internet illimitée, comme partout ou presque maintenant, et d'un navigateur que le Monsieur considéré aurait laissé "ouverte" tout en faisant autre chose -pour d'autres raisons, c'est très souvent mon propre cas avec quelques sites... Bon, sinon, pas certain que votre argument tienne : je suis à  peu près certain que la personne était "ciblée" par son employeur, genre dénonciation, et c'est comme tout : quand on sait ce qu'on cherche, on le trouve beaucoup plus rapidement... Mais enfin, contre un peu d'argent, je vous défendrai avec plaisir, au cas où...
        1. PiTRe
          Dans le cas d'un navigateur ouvert sur un site mais non actif (le navigateur hein, pas le site ni le maître des lieux qui poste de temps à  autre :lol: ), il n'y a pas de trace (ou très peu) dans les logs donc ce sera difficile d'affirmer "Vous avez passé 3 heures sur le site de legifrance" alors que vous avez fait une connexion à  9h et rechargé la page à  midi. Mais effectivement, quand on cherche, on trouve et il n'est jamais très dur de faire dire ce que l'on veut à  des logs ... Pour l'argent, pas de soucis : 150 chèques de 10€à  déposer tous les mois, ca ira pour commencer ? :P
              1. PiTRe
                - Commentaire n° 1.1.2.1.1.1.1
                Mais combien ça coute une procédure prudhommale ? :x Bon, c'est pas grave, je continuerai sur un rythme de 10€/ mois .... Par contre, je vous préviens, ma fille n'est pas héritière de mes dettes :)
              1. Marie
                - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1
                A titre de provision, je dirais trop ! A titre définitif, hum, je préfère laisser les professionnels te répondre, mais je ne crois pas avoir déjà  accordé 1500 euros d'article 700 au CPH ...
                  1. Marie
                    - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.1.1
                    Moi, je veux bien, mais ça va m'obliger à  employer un autre mot affreux : frais irrépétibles. L'article 700 du code de procédure civile prévoit que "le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à  défaut, la partie perdante à  payer à  l'autre partie la somme qu'il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l'équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d'office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu'il n'y a pas lieu à  cette condamnation." Pour schématiser : Sachant que les dépens comprennent divers frais tarifés (rémunération des experts, par exemple) comprenant notamment les droits de plaidoirie des avocats (jamais compris ce que c'était exactement), l'article 700 recouvre le surplus des frais. Par exemple, si tu gagnes ton procès, tu peux, sur justificatifs évidemment, demander la condamnation de la partie perdante à  t'indemniser de tes frais de déplacement. On considère aussi généralement, quand un avocat a défendu le "gagnant", qu'il a été payé pour ça, et on augmente d'autant l'indemnité de l'article 700.
                    1. PiTRe
                      - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.1.1.1
                      Effectivement, c'est pas beau comme mot ... Bon, ceci dit, si j'ai bien compris ton explication, il faut que je m'arrange avec mon avocat (si je gagne bien sur ...) pour qu'il me facture un minimum, me fasse des justificatifs du maximum et on partage la plus-value ? :) Ah, au fait ... Si j'ai bien tout suivi, la plaidoirie de l'avocat, c'est ce moment que tu adores tant quand il t'explique pendant 45 minutes que son client n'a pas fait exprès de conduire bourré, sans permis et de rentrer dans le mur du commissariat à  l'arrivée, et que franchement, il n'y a aucune raison que tu sois sévère avec son pauvre client :lol:
                    2. Marie
                      - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.1.1.2
                      La plaidoirie, c'est exactement ça ! Bon, pour chipoter, je dirai que les audiences auxquelles tu fais allusion entraînent l'application de l'article 475-1 du CPP plutôt que celle de l'article 700, mais ça revient au même. Attention, il y en a de bonnes, des plaidoiries. Même quand elles ne comprennent pas l'exposé des aventures de la mouche qui rencontre une vitre ! Mais il faut bien reconnaître que ... enfin, qu'elles ne le sont pas toutes, allez, je resterai agréable à  mon hôte et à  ses confrères qui hantent ces lieux (je suis de bonne humeur, je viens de terminer un horrible jugement en matière financière, qui pour la première fois me laisse la sensation bizarre de n'avoir quasiment rien compris à  ce que j'ai écrit). Pour la facturation et la plus-value, tu as tout compris. Tu es prêt à  devenir avocat ! :P Un détail quand même : les avocats ne versent JAMAIS aux débats leurs factures. J'ignore pourquoi.
                1. - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.2
                  JAMAIS un magistrat n'a accordé un article 700 (vous expliquerez ce terme, il y a encore trois lecteurs qui travaillent ne sont pas en vacances sur ce blog !) couvrant réellement les honoraires d'un avocat, devant AUCUNE juridiction ! Marie, quand j'encaisse 1500 €, j'en donne immédiatement 20% à  l'Etat, ça s'appelle la TVA, reste 1254 €, en vous épargnant les centimes. Si on admet que je vais y passer en tout une dizaine d'heures, ce qui est un minimum absolu en y intégrant les temps d'audience, de rendez-vous, de prenage de choux, de rédaction de conclusions et de courriers, de recherches, etc, on peut admettre que j'y passe un jour franc de travail; 20 jours francs mensuels en moyenne, soit 240 annuels : je peux donc considérer qu'un 240éme de la totalité de mes charges de fonctionnement (papier, cartouches d'encre, imprimante, salaires, prêt immo, etc...) et de mes charges personnelles (nous ce n'est pas prélevé à  la source, c'est nous qu'on paye, donc à  déduire URSSAF, Retraite, Sécu et tout le toutim...)... Et encore, en réalité ce sera bien plus que dix heures, et bien plus de tout, notamment de frais, les procédures prud'hommales nécessitant pas mal de pièces, notamment, mais enfin bref, c'est pour l'idée... Donc, si l'on considère que mon chiffre annuel est de 265 000 €, pour arrondir, tandis que mon bénéfice est de 68 000 €, la différence étant mes charges, soit 197 000 €(je fais un peu de bien à  mon pays, par moments... Et à  ma banque itou !), la fraction de charges consacrées à  notre dossier est de (197 000 / 240 = ) 821 €environ... 1 254 €- 821 = 433 €. Vous me direz, c'est de l'argent. Je vous réponds : non. Parce qu'il faut maintenant, et là  nous en sommes au même point vous et moi, payer les impôts sur ce somptueux bénéfice, allez, un septième pour vous être agréable, soit un bénéf net final sur ce dossier d'environ 371 €. Voilà . On est très, très taxés, même si au global il serait indécent de me plaindre de ce que je gagne (encore que, après tout... ), on est scandaleusement assujettis à  la TVA, et le résultat est qu'un avocat demandant une somme X gagne en réalité exactement 25 % de X... Ouf, pardon, c'était long, mais c'est vrai, ça m'a toujours consterné ces articles 700 qui ressemblent à  des aumônes, et remboursent très peu le client... Un prud'hommes complet, c'est au minimum 2500 €, sinon je ne bouffe pas -en théorie, parce qu'en pratique, certains dossiers "payent" d'autres dossiers, fort heureusement... Vous imaginez, si l'on devait ou pouvait appliquer ce calcul littéralement, par exemple à  une instruction judiciaire complète, plusieurs dizaines d'heures au minimum, plusieurs journées d'audience au final... On le fait dès qu'on peut, d'ailleurs ! :P
                  1. Marie
                    - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.2.1
                    Je sais bien que vous le faites ... :D Et vous pensez bien que je n'ignore rien des taxes qui s'appliquent à  votre estimable profession ! Si vous essayez de me convaincre que, financièrement du moins (bon, en fait, il y a plein d'autres aspects, mais je ne m'étendrai pas dessus), vous exercez un métier de c..., je vous rejoins tout à  fait, et vous invite de nouveau (ainsi que Tî) à  sauter la barrière pour venir vous égailler dans ce merveilleux paradis où l'on peut faire du droit tranquillement tandis que les cotisations sont prélevées à  la source ! Une remarque quand même : peut-être que si vous communiquiez le montant de vos honoraires aux juridictions, les articles 700 se rapprocheraient un peu plus des sommes réellement déboursées par vos clients ? Ou bien y a-t-il un obstacle à  celà  ?
                    1. - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.2.1.1
                      ça m'arrive de les verser aux débats, avec l'accord du client, mais en principe oui, il existe un obstacle : le secret professionnel, dont même lui ne peut théoriquement pas nous relever...
                    2. PiTRe
                      - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.2.1.2
                      Vos émoluments sont couverts par le secret professionnel ? Comment se fait-ce ? Je veux dire, en quoi le fait de savoir que vous avez touché (chiffres bidons hein !) 10k€ou 1€pour une affaire peut trahir en quoi que ce soit le secret de l'affaire ?
                  2. Res Vilis
                    - Commentaire n° 1.1.2.1.1.2.1.2.2
                    :twisted: Ce genre de calcul... ben ils le donnent pas aux élèves de première année de droit qui veulent exercer la profession d'avocat. À quasiment deux mois du CRFPA, je me trouve à  la croisée de plusieurs chemins... 1) passer (et m'efforcer de réussir) cet examen (sic) et former une société secrète qui aura pour but de rayer Bercy de la carte (après avoir méticuleusement délesté toutes les administrations publiques de leurs fournitures de bureau) 2) ester sans espoir contre les universités de droit et leurs professeurs sur le fondement du dol (pendant des années vous nous avez fait croire qu'en devenant avocats nous roulerions tous en grosse allemande ou en italienne racée) 3) faire un autre calcul: Sachant qu'une année de droit coûte près d'un millier d'euros (si l'on compte tous les frais universitaires); qu'il faut au moins quatre années de droit pour présenter un examen (re-sic) qui ouvre droit à  payer l'école d'avocats (un peu moins de trois milliers d'euros) à  la fin de laquelle il n'est pas sûr que l'impétrant obtienne une bonne place. Sachant également que sur l'ensemble du chiffre d'affaire engrangé par ledit avocat, seulement 25% lui reviennent effectivement pour vivre; qu'un fusil d'assaut de fabrication russe coûte entre 1500 et 2500€et qu'un fourgon blindé en contient au moins le décuple, quel est le meilleur choix que peut faire un étudiant titulaire d'une maîtrise de droit pour toucher l'ensemble d'une somme durement gagnée? En d'autres termes, peut-on pousser les citoyens à  l'honnêteté en les considérant allègrement comme des agrumes?
    2. Et Dieu sait que je fais du bien à  la Profession !!! Dans le fond, le téléphone et l'ordi du bureau sont les "biens sociaux" de la République, oui ? D'ailleurs, on parle bien de "la société"... Si il était démontré qu'un dirigeant d'une bonne vieille boîte de BTP passait tous ses appels téléphoniques et ses mails depuis son ordi de travail, au bureau... Est-ce que ce ne serait pas qualifiable d'abus de biens sociaux, par, hum, mettons... Une jeune parquetière éco-fi un peu agacée..? :mrgreen:
      1. Marie
        Encore faudrait-il démontrer qu'il passe effectivement ses mails et appels téléphoniques à  l'aide de son matériel de bureau. (ce qui n'est le cas de personne ici, je pense) Mais c'est vrai que vous faites du bien à  la Profession !

Fin des commentaires


SI VOUS SOUHAITEZ COMMENTER, PETIT MÔ :
- Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement (via le lien "Répondre" affiché sous chacun d'entre eux), votre réponse s'affichant alors non plus ici, mais juste sous le commentaire concerné.
- Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de respecter vos contradicteurs (j'ai rarement eu à modérer en ces jolies pages et je souhaite que ça continue...) et de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
- La maison ne reculant devant rien pour le confort de ses commentateurs, la barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, vous pouvez utiliser mes smileys d'avocat il suffit de cliquer dessus, et vous pourrez par ailleurs vous corriger durant quelques minutes après envoi en éditant votre prose si besoin.
- Pour ceux dont les yeux auraient trop de mal avec le formulaire de base, cliquez sur l'icône qui affichera votre commentaire en plein écran, avec une lisibilité nettement plus importante.
- Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar, valable ici comme ailleurs, que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
- Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et de n'utiliser que deux mots maximum pour votre pseudo : votre texte serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
Voilà, je ne vous retiens plus ; au plaisir de vous lire, critique ou pas évidemment.

Commenter

(Nom ou pseudo et adresse mail nécessaires, merci. Votre adresse ne sera pas publiée.)

Cliquez pour utiliser les smileys :

Vous notifier les futurs commentaires de cet article par email ? Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.