Fin de fièvre du vendredi.

Allez, encore une dure semaine de bouclée (ou à  peu près), commencée avec une fièvre atomique et de la morve plein les deux narines, et de la tremblotte dans tous les membres, et qui se termine dans un état commençant à  être plus normal, une seule narine qui coule encore, pour faire joli en rendez-vous, un petit trente-neuf non pas de taille, mais de fébrilité (je remercie le labo qui commercialise l’Advil) et quelques dossiers de perdus, mais l’immense majorité gagnée de façon écrasante, comme d’habitude1 … Trois petits trucs gentillets pour le weekend, de trois très différents degrés. Vous…

Le Grand Mal…

Vous en avez déjà  entendu parler, de cet homme, souvenez-vous, l’agresseur présumé d’un petit garçon, Enis, victime de cet horrible monstre récidiviste -qui est depuis forcément devenu une énorme verrue à  la face de l’Humanité, Francis Evrard… Vous en entendrez parler toute la semaine prochaine, son procès s’ouvre lundi 26 octobre devant la Cour d’Assises du Nord. J’ai l’honneur d’avoir pu poser quelques questions à  son avocat, lequel, entre autres qualités, possède celle d’être réellement l’avocat des gens qu’il défend. Et qui se souvient, toujours commencer par ça, que ce sont des gens, justement : eux, nous, un homme. Nous,…

Léger Mô nique !

Je suis désolé du caractère évidemment grossier du titre titre de cette brève, qui évidemment n’a pour but que de commettre le jeu de mots le plus mauvais possible du vendredi… Simplement pour vous signaler que j’ai pondu un petit truc sur un infinitésimal bout de la fameuse réforme Léger, la suppression du secret de l’instruction vis-à -vis de tous les intervenants à  la procédure… Sauf évidemment devinez qui ?

Mais qui sera Flipper ?

Je sais bien que la plupart des gens normaux, comprenez ceux qui ne se baladent pas d’une part, à  Lille, et d’autre part, systématiquement en robe noire avec un lapin mort et son enfant-lapin mort également pendus dans le dos, et un filtre à  café pendu sous le menton, comprenez donc tout le monde à  part les avocats au Barreau de Lille, n’en a pas obligatoirement grand chose à  faire, mais j’avais quand-même envie d’en parler, alors voilà  : bientôt, lesdits avocats vont élire leur futur nouveau Bâtonnier, que l’on nomme dans un premier temps, exactement comme en royauté, le…

Petite fille…

Jade a maintenant sept ans. C’est une jolie petite fille, avec d’immenses yeux bleus. Elle vit cette année 2000 avec toute la joie des gamines de son âge, et ne regrette qu’une chose : ne pas voir son père plus souvent. Ses parents se sont séparés il y a deux ans, elle vit chez sa mère, qu’elle adore, mais son père, qu’elle revoit les week-ends et les vacances, lui manque. Mais ses parents lui ont bien expliqué, elle n’est pas malheureuse, elle a compris que c’était comme ça, et tout le reste va bien : son petit frère Ilan, quatorze…

Sauvés !

Dans 1,6 %, je vous disais il y a quelques jours mon dégout pour la récupération d’un drame, et aussi que les politiques de tous poils allaient sauter dessus à  pieds joints et les sabots crottés, ça avait déjà  commencé… Et ça continue, ah s’il y a une chose qu’on ne peut pas enlever au Gouvernement actuel, c’est sa rapidité, et on atteint très vite des sommets insoupçonnés… Tinotino, qui se tient évidemment scrupuleusement informée des nouveautés proposées par son ministre, c’est bien normal, vient de me faire parvenir ce lien, où Monsieur Serge Portelli, magistrat et représentant syndical, s’effondre…

Clearstream on s’en fout !

Voilà , et pour une fois, ce titre dit tout, pas la peine d’en faire des tonnes, nos amis journalistes et commentateurs et concierges et dames-pipi1 et, bien entendu, last but not least, politiques, s’en chargent parfaitement, avec moult détails, reléguant allègrement catastrophes naturelles (tsunami) ou humaine (Iran) au second plan. Seulement voilà , comme tout avocat qui se respecte, il m’est assez difficile de considérer avoir tout dit en quatre mots… Comment dit-on désormais, « Techniciennes d’urine » ? [↩]

De l’air ! Pur !

Une très brève petite note pour que nous ne restions pas sur les marasmes humains et politiques des autres, ni sur de la colère, ou que nous sortions des nôtres : quelques outils de véritables respirations pour ce week-end ! D’abord, voilà  que sort une bande dessinée dont je trouve que la couverture, à  elle seule, dont je pique très illégalement un bout du dessin, mais c’est pour la bonne cause, est magnifique et tendre, belle, et douce, et un peu effrayante…