Tais-toi quand tu parles !

Une magistrate indiquait, dans un message publié sur l'excellent site de mon excellent confrère Eolas (http://www.maitre-eolas.fr/, pour les quelques personnes qui reviendraient de l'Espace et n'auraient pas encore fréquenté ses pages), qu'à  force d'habitude, les magistrats devenaient capables d'écouter une plaidoirie et de faire autre chose en même temps, à  l'audience... (Il est vrai qu'il s'agissait d'une réponse à  un jeune avocat découragé du pénal...).

Les mutants, peut-être, et c'est une profession où il en existe beaucoup.

Mais sinon, non, je ne pense pas que ce soit vrai.

A l'audience, donc, tout récemment, je m'égosille à  démontrer, depuis déjà  trois ou quatre minutes, que la personne que je défends n'a en réalité détourné aucuns fonds, et que les dépenses effectuées sur le compte de l'association dont il était salarié au moment des faits l'ont aussi été pour le compte de cette association : aucun profit personnel, aucun dol pénal, relaxe.

A - l'unique - décharge de la Présidente, je suis très énervé par les poursuites, qui obligent mon client à  comparaître à  un banc d'infamie qu'il n'aurait jamais dû connaître, tout sauf un délinquant, ainsi que par les réquisitions (trois minutes pour conclure que puisque des chèques ont été émis sans autorisation, le délit est constitué, peu important l'intention !! Texto ! J'ai un peu répondu, je ne vous l'cache pas !!!), et suis donc parti le ton un poil trop haut et un peu trop fort, mais enfin rien d'inaudible je vous assure, et beaucoup de choses à  plaider notamment parce que je produis beaucoup de pièces qui ne figuraient pas à  la procédure.

Quatre minutes donc, et voilà  que ma Présidente et ses deux assesseurs entament un conciliabule, en se penchant les uns vers l'autre.

Je suis très gentil, mais je déteste ça, c'est impoli : pour les gens dans la salle, pour le pauvre type debout devant eux qu'ils sont en train de juger, et pour votre serviteur, qui ne provoque que très rarement d'incident, mais qui déteste se mettre en sueur comme un crétin devant un mur (essayez au détour d'une conversation privée de vous mettre à  parler à  voix basse avec quelqu'un d'autre devant votre interlocuteur, vous verrez, ça ne lui plaira pas), et ça arrive fréquemment. Quand c'est à  moi, je m'arrête net, et j'attends.

C'est donc ce que je fais ce jour là . Au moins 20 secondes, ce qui est très long. S'ensuit un dialogue captivant :

La Présidente, relevant finalement enfin la tête : " Mais nous vous écoutons, Maître"

Moi : "Non, je ne crois pas"

LP : " Je vous assure que si "

M : " Madame, vous pouvez me faire confiance sur un point, vu mes appendices auriculaires et leur taille : il est scientifiquement impossible, même lorsqu'on est ainsi doté, de parler et d'écouter en même temps - c'est en fait tout le principe d'un dialogue, par exemple, à  opposer à  un brouhaha... "

LP : " Maître ça suffit, on se passera de vos réflexions. Continuez "

M : " C'est que... Je me suis interrompu tellement longtemps avant que vous ne vous en aperceviez que je ne sais plus où j'en étais : peut-être pouvez-vous me dire..? "

LP : " J'ai dit que ça suffisait. Nous vous écoutons."

Je laisse tomber à  ce moment-là , et reprends, désormais persuadé qu'elle ne sait même pas ce que je suis en train de démontrer - ce qui, je vous le confirme, ne désénerve pas.

Dix minutes plus tard (de plaidoirie dans un silence religieux cette fois, faut reconnaître), les trois mêmes, mes juges, sont tous les trois en train d'écrire des trucs chacun de son côté !!

Re-silence total.

Levage de tête de la Présidente, qui ne dit rien et me regarde, alors j'en fais poliment autant, debout à  cinq mètres de leur estrade, à  côté de mon client assis qui n'ose pas regarder autre chose que le bout de ses godasses.

LP : " Oui ? Vous avez terminé ? "

M : " Au milieu d'une phrase, c'est pas mon genre !"

LP : " Qu'est ce que j'ai encore fait ? "

M : " Madame, s'il est scientifiquement prouvé qu'on ne peut pas parler et écouter en même temps, des études américaines ont également démontré qu'il est tout aussi impossible d'écrire et d'écouter en même temps..."

LP : " Je n'écrivais pas ! "

M : " Pas seule, Madame le Président, puisque tous les membres de ce Tribunal étaient en train d'écrire il y a quelques secondes, ce qui inéluctablement me donnait le sentiment de ne plaider que pour Madame le greffier, qui m'écoutait je crois, mais malheureusement ne décidera pas de la culpabilité de Monsieur... "

LP : " Nous vous écoutions, que vous le croyiez ou non, et je n'ai pas à  subir votre susceptibilité... [pris d'une inspiration subite, et le moi profond oscillant toujours dans ces cas rares d'incidents détestables entre l'outrage et l'ironie, je me suis retourné, penché sur mon pupitre et mis à  écrire quelque chose sur la première feuille venue]... Maître ! Je ne vous dérange pas ? "

M : [je relève la tête, petit sourire sardonique mais modeste à  la commissure des lèvres] Je vous écoutais, Madame le Président..."

LP : [Après un temps, où elle ouvre la bouche pour dire quelque chose mais où rien ne vient -là  elle est gênée, enfin, yark-yark...] " Poursuivez, finissons-en "

M : " C'est le mot. Je disais donc... "

Mon client n'a pas été relaxé, mais les réquisitions ont été divisées par deux. J'ai fait appel, il n'a pas à  être condamné, pour peu qu'on prête trois minutes d'attention à  un dossier évidemment tordu - ce que le Procureur m'a confirmé après l'audience, autre usage de Prétoire détestable, qui toujours se solde par un " Vous auriez peut-être pu le dire avant, et pendant... ".

Et je maintiens que tout ceci était de la dernière impolitesse, et qu'il n'est pas possible d'écouter et de parler ou lire en même temps : essayez, vous verrez, ça passe nécessairement par le même endroit, parfois curieux et semblant inexploré : le cerveau.

14 réactions

dont les 14 dernières sont :
Qsmb | Marie | Maître Mô | Marie | Maître Mô | Marie | Maître Mô | Marie | Tendance | Marie | Maître Mô | Marie | Maître Mô | DMonodBroca |

  1. 438 réactions

    Excellent récit !
    On s'y croirait.
    J'aimerais avoir votre calme et votre esprit de répartie...

    1. 3621 réactions

      Merci ! (A la vérité, ce n'est pas toujours le cas... :twisted: )

  2. 87 réactions

    Ne croyez pas que je plaide pour ma chapelle (à  une époque pas si lointaine, je détestais que les juges bavardent pendant que j'étais en train de requérir, ça leur faisait rater plein de choses intéressantes) mais à  propos de la seconde phase de votre affaire, est-il envisageable qu'un ou plusieurs membres de ce tribunal aient pris des notes sur le contenu de votre plaidoirie ? Parce que ça, c'est à  la fois possible et fréquent, quand même, non ?

    1. 3621 réactions

      Parfois, je trouve que c'était le bon temps, mes articles à  trois commentaires... :D

      Non, par honnêteté intellectuelle, je n'aurais pas répercuté l'histoire si ça avait été le cas : d'où on plaide, à  Lille, et je fais partie des avocats qui s'approchent du comptoir par moments, on voit très bien ce qu'il y a dessus, devant les trois magistrats... Et je vous confirme que non seulement ils n'écoutaient pas, mais en plus ils ne notaient rien, alors même d'ailleurs qu'une partie des explications était technique et reprenait les cotes du dossier...

      Et non, je ne trouve pas ça très fréquent, personnellement, peut-être à  part devant la Chambre Economique et Financière, à  cause de la technicité des explications, et en général de la multiplicité des pièces et des faits distincts...

      C'est la faute, aussi, à  cette pseudo collégialité où en réalité un seul magistrat a lu le dossier, les autres pas, faisant en général confiance au premier... Je dis toujours aux élèves-avocats que l'un de nos premiers boulots est de parvenir à  ce qu'un assesseur puisse avoir l'envie de dire au Président en délibéré un truc du genre : "Tiens, quand-même, tu peux me passer le dossier, l'avocat disait qu'à  la cote 49 il y avait..." -je préfère ne pas penser au nombre de fois où l'on n'y arrive pas...

      1. 87 réactions

        Alors pensez plutôt au nombre de fois où vous y arrivez, parce que de mon côté (et je n'ai jamais l'impression que ma juridiction soit exemplaire, en quelque matière que ce soit, hélas), lorsque je siège en correctionnelle collégiale, il arrive souvent (en fait, presque toujours) que l'on reprenne les dossiers pour revoir certaines cotes. Justement parce que le mode opératoire de la collégialité revient à  faire en sorte que seul le président ait lu la procédure.
        Quant au reste de l'histoire, si ces magistrats se permettaient, à  votre vue, de faire une grille de loto, c'est qu'ils étaient des gougnafiers, voilà  tout. J'en ai vu une, quand j'étais auditrice, qui consultait attentivement un catalogue de graines et plantes pendant la plaidoirie de la défense en CI. 1/4 d'heure après, elle "plaidait" vigoureusement auprès de ses collègues une peine de 18 mois d'emprisonnement ...

        1. 37 réactions

          Ben quoi, les délinquants, c'est que de la mauvaise graine :D
          Alors....

          1. 87 réactions

            J'ose à  peine ajouter que c'était une affaire de trafic de cannabis ... :D

            1. 3621 réactions

              Vous rigolez, vous rigolez, mais on en revient à  ce que je dis toujours : vos fonctions, et la fonction de juger, sont de très hautes fonctions, sérieusement. Tant qu'on a affaire à  des magistrats qui s'en souviennent et les exercent de même, tout va bien... Mais malheur si elles sont confiées à  des gens, hum, disons, possédant les défauts du commun : fainéantise, avis tous faits, paresse intellectuelle... Ce qui vaut pour les avocats aussi, évidemment, un cran en dessous peut-être.

              On peut réformer tout ce qu'on veut dans tous les sens, ce problème là  demeurera aussi longtemps qu'il y aura des hommes pour juger d'autres hommes -et des femmes aussi, encore plus !!!

              1. 87 réactions

                On est bien d'accord, et sans rire (juré !), les fonctions de magistrat sont à  haute nuisibilité.

                Sur le "et des femmes aussi, encore plus !", je ne suis en revanche pas sûre de vous suivre ...

                1. 3621 réactions

                  Et voilà , on ne peut jamais rigoler, avec vous ! :D

                  1. 1101 réactions

                    Vous savez bien que je suis culturellement susceptible ! :mrgreen:

                    1. 3621 réactions

                      Mais... Vous êtes déjà  levée, vous ? Qu'est-ce qui se passe, il y a entretien d'évaluation, aujourd'hui ? :mrgreen:

                    2. 1101 réactions

                      Non, mais j'ai une brochette d'alcooliques qui s'apprêtent à  défiler devant moi toute la matinée.
                      Et puis une histoire de dent qui pousse aussi ...
                      D'où mes horaires d'avocat !

  3. 190 réactions

    Ouah ! :x
    J'ignorais qu'un avocat pouvait tenir tête de façon aussi... ouverte au tribunal. Vous n'avez pas peur de vous mettre le(s) juge(s) à  dos ? (question relativement inutile j'en conviens, puisque, de fait, il semble que non).
    D'ailleurs, je me rends compte en l'écrivant de l'ineptie de mon propos : maître Mô, avoir peur !?! Qui croirait de telles balivernes !

    En tout cas, j'adore quand vous nous rapporter des audiences vues par la défense et donc de l"'intérieur" (un peu comme Marie, mais en moins bien forcément... :P Nonnnnnnn, c'est pas vrai maître !). En l'occurrence, c'est aussi drôle qu'instructif (et là  encore, c'est une remarque superfétatoire puisque assez peu constructive - ne nous mentons pas - mais il paraît que "rien n'est plus nécessaire que le superflu").

    Conclusion : oui, c'est un commentaire pour ne rien dire, faites pas gaffe, je continue les semailles de com' à  retardement.

Trackbacks/Pingbacks:

  1. Lecture d'été | Maître Mô - [...] Tais-toi quand tu parles ! (Maître Mô) [...]
Recommandations

Fin des commentaires, et Humbles recommandations - Mô-de d'emploi

  • Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement, la réponse s'affichant alors non plus ici, mais sous le commentaire concerné ci-dessus...
  • Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
  • La barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, et même de vous corriger durant quelques minutes après envoi.
  • Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
  • Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et deux mots maximum pour votre pseudo : il serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
  • Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain.
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
    Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
    Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green