De l’air ! Pur !

Une très brève petite note pour que nous ne restions pas sur les marasmes humains et politiques des autres, ni sur de la colère, ou que nous sortions des nôtres : quelques outils de véritables respirations pour ce week-end !

D'abord, voilà  que sort une bande dessinée dont je trouve que la couverture, à  elle seule, dont je pique très illégalement un bout du dessin, mais c'est pour la bonne cause, est magnifique et tendre, belle, et douce, et un peu effrayante... Lire la suite

Oh, Mô micro !

Comme vous le savez, j'ai lancé une vaste consultation, mondiale, sur les gadgets et autres extensions et paramètres enjolivant, mais ralentissant, ce blog béni des Dieux, à  laquelle, et je les en remercie, maints lecteurs, y compris les plus discrets, ont bien voulu répondre en masse.1 Lire la suite

  1. Et, au fait, petite note à  destination des moins de vingt ans : le titre de cette brève est issu d'une vieille pub pour une marque de lessive, où des singes étaient torturés pour en vanter les mérites -c'était le bon temps... []

Mô tempora ! Mô mores ! Mô bloguis !

Vous aurez tous reconnu, sous ce titre prétendument érudit, la fameuse citation d'un type dont on se demande comment il est devenu célèbre, alors qu'il n'a de compte ni sur Twitter, ni sur Facebook, un certain Cicéron, qui s'exclamait ainsi, en ouvrant ses mails en pierre et son navigatus en bois un beau matin à  Rome il y a quelques années, "Bon sang mais c'est pas vrai mais dans quelle époque on vit ?"1 ...
Et bien ce fut la mienne également2, d'exclamation, à  la lecture de certains récents commentaires sur ce blog, en constatant que deux de mes commentateurs les plus fidèles s'étaient soudain mis en tête, à  peu près en même temps, de créer à  leur tour leurs propres "espaces d'expression libre individuels" -pour les jeunes qui se seraient perdus ici, cette périphrase signifie "blogs". Lire la suite

  1. C'est une traduction libre, mais fidèle []
  2. On a des tas de points communs, Cicéron et moi []

Une consoeur très crâne…

Il y a un bout de temps, j'avais totalement dérapé, en faisant tout un article sur le site de cette consœur, sur un ton, heu... Disons, en y mettant un petit peu de cet humour maladroit et timide qui fait ma réputation mondiale...
En me relisant, et dans la mesure où autant Gilbert Collard, par exemple, peut se cogner totalement du fait que je souries de lui ici, et possède en tout état de cause les épaules pour affronter l'affront, autant la consœur concernée, que je ne connais pas, peut-être pas, j'avais tout effacé, en me vilipendant de mes sarcasmes faciles et bien peu confraternels...
Seulement voilà , ce site, que j'avais depuis oublié, m'agresse à  nouveau par hasard à  l'occasion d'une recherche... J'y ai du coup à  nouveau jeté un œil, et quand-même, quand-même, certaines mentions, ce décor, la personne même de ma consœur, le crâne, aussi1, et ces merveilleux petits dessins symboliques si explicites -et le piano, et la rubrique "presse" ... Lire la suite

  1. D'où le titre, attention, n'allez pas croire un instant à  un sms : il faut entendre le mot "crâne" au sens de "téméraire", non je dis ça pour les ados, toujours un peu perdus ici... []

Même pas mal !

J'ai vaguement honte, la vidéo ne s'appelle pas "super connard" pour rien, mais j'avoue que j'ai franchement rigolé, alors bon, c'est l'été, il pleut à  seaux, j'ai des piles monstrueuses de dossiers à  traiter impérativement avant la fin de la semaine : c'est bon, rire...
Il faudra que je vous raconte un jour toutes les scènettes que mon formidable ami d'enfance Hugo Renard et moi-même avons mises au point et jouées, il y a des années de ça... Lire la suite

France Inmôs !

Mes amis, soit ont vient de me monter un bateau, soit sur France Info, aujourd'hui même, il se dit du bien d'un blog qui m'est cher, je ne sais pas si vous connaissez, un truc comme "Mettre Tôt" ou je ne sais quoi..!
Je sais que c'est possible, dans la mesure où cette excellente radio parle régulièrement de blogs...
En même temps, nous sortions d'un restaurant assez délicieux avec une terrasse ventée mais ensoleillée de la sandwicherie, Madame Mô et moi-même, pas plus tard qu'il y a une heure, quand soudain, crissement de pneus et voie suraiguë, dont je reconnaîtrais la détentrice entre mille pour avoir travaillé cinq ans avec elle : Minimô1, au volant de la Jaguar XK8 que je lui ai payée l'année dernière pour fêter son départ du cabinet, nous apostrophe dans la rue, et me hurle qu'à  l'instant même, "on dit du bien de toi sur France Info, non, le blog je veux dire, géniiiiiial1, bravo !", et redémarre dans un nouveau crissement de pneu... Lire la suite

  1. c'est une fille []

A lire au boulot !

Une véritablement courte petite note, juste pour vous permettre de découvrir, si vous ne la connaissiez pas encore, cette décision de la Cour de Cassation...
Qui valide un licenciement, intervenu pour faute grave, excusez du peu, prononcé... Au motif, unique apparemment, que le salarié concerné était demeuré connecté au Ouaibe à  des fins personnelles pendant quarante et une heures en l'espace d'un mois (Ce qui si l'on y réfléchit un peu n'est pas énorme, pour vingt jours ouvrés ça représente seulement un peu plus de deux heures par jour !)... Lire la suite