Instinct maternel ?

Nous entrons tous les trois dans la salle d'audience, elle est déjà  là . Nous adresse un grand sourire, un peu intimidé, mais en nous regardant droit dans les yeux.

Je vois son avocate réprimer une grimace en nous voyant nous installer. Elle doit penser qu'elle a hérité d'une mauvaise composition, le Tribunal par lequel sa cliente sera jugée aujourd'hui en comparution immédiate étant constitué de trois juges par ailleurs parents d'enfants en bas âge. C'est d'ailleurs également le cas de la substitut qui soutiendra l'accusation.

La présidente vérifie l'identité de Jennifer, qui ressemble à  une adolescente, fluette, minuscule, mais a en réalité 25 ans. Qui a deux enfants, et va devoir répondre de violences habituelles commises sur la plus jeune d'entre eux, âgée de six mois, ainsi que de privation de soins. Elle est d'accord pour être jugée aujourd'hui, ne veut pas de délai, "aime autant en finir tout de suite".

On lui demande tout d'abord de nous parler d'elle-même, ce qu'elle fait de bonne grâce pour nous décrire, sourire hésitant aux lèvres et regard candide, une authentique vie de merde : elle n'a pas connu son père, qui a laissé tomber sa mère plusieurs mois avant sa naissance, et n'a jamais souhaité connaître leur enfant-accident. A dix ans, elle était régulièrement battue par sa mère, ne se rappelle d'ailleurs pas l'avoir vraiment aimée, encore moins avoir été aimée d'elle. Il lui semble avoir toujours attendu le moment où elle pourrait la quitter, et dès qu'elle en a eu l'occasion, à  peine sortie de l'enfance, elle est partie vivre avec un garçon plus vieux qu'elle, puis un autre, puis la rue, les petits vols pour manger, les squats, la chienne qu'elle avait prise avec elle pour se protéger. Les arnaques pour soutirer quelques euros aux personnes âgées qui se laissent avoir plus facilement que les autres. Le sentiment de ne pouvoir faire autrement, aucun employeur ne pouvant vouloir d'elle, sans compétence aucune, sans formation, même pas le bac. La découverte de l'héroïne, prévisible.

La rencontre avec Kevin, toxico comme elle, l'a tirée de la rue. Ils sont tombés amoureux, suffisamment pour ne jamais se quitter, arrêter l'héro (plus ou moins), se marier et faire très vite un enfant, Styvie, désiré, dorloté, "la plus belle chose de sa vie". Kevin la bat, occasionnellement, ou plus souvent lorsqu'il a un coup dans le nez, mais elle ne lui en veut pas. Elle n'a jamais déposé plainte contre lui, et même lorsque les coups portaient plus fort que d'habitude, avait tendance à  se soigner à  la maison plutôt qu'aller chercher les ennuis à  l'hôpital. Ils avaient justement réussi à  trouver une maison, presque un taudis, mais le leur, et à  y vivre tant bien que mal, essentiellement des allocs, du peu que la famille de Kevin leur donnait parfois pour les aider, de jobs occasionnels et des coups de main des copains qui dormaient fréquemment chez eux pour quelques jours ou quelques semaines. Jennifer avait même commencé à  se demander si elle ne pourrait pas obtenir une formation par le biais de l'AFPA ou autre, afin de travailler, enfin.

Et puis un jour, la catastrophe.

Styvie n'a que trois mois lorsque Jennifer tombe de nouveau enceinte. Elle ne s'en aperçoit que trop tard pour avorter, et se retrouve sans autre choix que de poursuivre cette grossesse non désirée, survenue elle ne sait trop comment ni quand - elle a ses règles trop rarement pour compter les jours, n'a de toute façon pas envie de se faire suivre. La seule chose qui l'intéresse, c'est de s'occuper de son fils et de son mari, pas de cette nouvelle vie à  venir. Elle traverse donc sa grossesse davantage qu'elle ne la vit, attendant essentiellement d'être débarrassée de ce fardeau.

Elle accouche d'un minuscule bébé d'à  peine plus de deux kilos, Samantha, et signe presque immédiatement une décharge pour quitter la maternité moins de 24 heures après la naissance, sans sa fille. "Le bébé, je n'avais pas envie de m'en occuper, il y avait plein de médecins pour ça, alors que mon mari et mon fils étaient tout seuls à  la maison. Je ne peux pas me passer d'eux."

Bizarrement, ce comportement maternel pour le moins atypique n'alerte pas suffisamment ceux qui en sont témoins pour les inciter à  signaler les faits au Parquet.  Les jeunes parents récupèrent leur fille, une semaine après sa naissance. Une assistante sociale sera désignée pour suivre le bébé dans le cadre de la PMI, si j'ai bien compris, mais l'enfant n'apparaîtra pas en danger avant son sixième mois. Au mois de février, une puéricultrice rend visite au couple et remarque quelques traces suspectes sur le visage et le cou du bébé, ainsi qu'une hygiène défaillante - ce dernier point concernant l'ensemble de la maisonnée. Elle relève également la prise de poids insuffisante de l'enfant, qui ne pèse pas quatre kilos. Elle prévient qu'une de ses collègues repassera dans la semaine, et quitte les lieux.

Quelques jours plus tard, la seconde puéricultrice signale après son passage ce qui lui a semblé être un hématome sur l'oreille de Samantha, et les services sociaux emmènent l'enfant à  l'hôpital, avec l'accord du jeune couple, afin qu'un pédiatre réalise un check-up complet. Le médecin découvre une quinzaine d'hématomes répartis sur tout le corps, de multiples rougeurs et griffures, ainsi que plusieurs traces de brûlures de cigarette. Il remarque que l'enfant, malgré son très jeune âge, semble paniquée lorsqu'on l'approche, se débat et tremble au moindre contact.

Kevin et Jennifer sont placés en garde à  vue, et elle reconnaît immédiatement ... tout. Les gendarmes sont les premiers à  remarquer la candeur et l'honnêteté avec lesquelles cette presque jeune fille leur raconte le calvaire traversé par son bébé durant ses six premiers mois de vie.

Depuis son arrivée au foyer de ses parents, Samantha passait ses nuits seule dans une chambre assez éloignée, tandis que son frère aîné dormait avec ses parents et la chienne que Jennifer avait gardée depuis ses années dans la rue. Détail sordide parmi des centaines d'autres : cette chambre était la seule à  ne pas être chauffée, les autres pièces disposant de radiateurs électriques, "mais elle, elle avait ses couvertures, quoi, donc on se disait que ça suffisait".

"Pourquoi avoir laissé votre nourrisson dormir seul dans sa chambre alors que tout le reste de la famille dormait dans la même pièce ?

- Parce que Styvie, je l'aime, c'est mon fils, il faut toujours que je sache qu'il va bien et qu'il est près de moi. Comme ça, s'il lui arrive quelque chose, un cauchemar ou qu'il est malade, je suis là .

- Et votre fille, vous ne vous en inquiétiez pas ? Vous n'aviez pas peur qu'il lui arrive quelque chose et de ne pas l'entendre, en pleine nuit ?

- Non, Madame. Elle allait toujours bien. Elle n'a pas vraiment été malade, depuis qu'elle est née.

- Si elle avait crié la nuit, vous l'auriez entendue ?

- Je crois ... Mais de toute façon, Samantha n'a jamais vraiment crié la nuit, elle faisait déjà  ses nuits à  l'hôpital.

- Comment le savez-vous, puisque vous êtes tout de suite sortie de l'hôpital ?

- Ils me l'avaient dit quand on l'a reprise ... Et puis j'ai bien vu qu'elle faisait de grosses nuits, dès qu'elle est arrivée à  la maison.

- Vous préférez Styvie, ou bien vous aimez vos deux enfants de la même façon ?

- Je préfère Styvie, Madame, je vous le dis clairement. Lui je l'ai voulu, c'est mon fils, et je l'aimerai toujours. Samantha ... C'est un accident, voilà . C'est pour ça que je n'avais pas envie de la garder près de moi."

Sur question de ma part, Jennifer indique que Samantha réclamait environ quatre ou cinq biberons par jour, le premier à  9 heures, le dernier à  23 heures. Elle précise d'elle-même, comme d'ailleurs devant les enquêteurs, que n'ayant jamais eu plaisir à  nourrir son bébé ni à  la serrer contre elle, elle avait dès le premier mois pris coutume, pour le dernier repas du soir surtout, de lui "planter le biberon dans la bouche, en le calant avec une peluche, ou avec le bord du lit, ou une couverture" et de retourner se coucher. Elle nous assure qu'en général, Samantha se débrouillait pour boire ce dont elle avait besoin, et que de toute façon, elle avait peu d'appétit.

La vie s'est ainsi poursuivie pour Kevin, Jennifer, Styvie et Samantha, la dernière grandissant comme elle le peut, aux bons non-soins de sa mère en journée, pendant que Kevin effectue des missions d'intérim ou joue sur console avec ses potes, et bénéficiant tout de même des câlins de son père le soir. Kevin est le seul à  s'amuser avec sa fille ("Lui, il en était fou, de sa fille" nous dit Jennifer), à  la bercer, et à  la nourrir lorsqu'il y pense. Il dira aux gendarmes qu'il n'aurait jamais imaginé que Jennifer ne prenne pas soin de la petite comme elle l'avait fait pour Styvie.

Cependant, Kevin ne baigne jamais Samantha, ni ne la change. Ce sont des tâches qui ne lui plaisent pas trop, et qu'il estime incomber, après tout, à  son épouse au foyer plutôt qu'à  lui. C'est en tout cas ainsi qu'il explique ne pas avoir vu les marques.

Lorsqu'on demande à  Jennifer d'où viennent les multiples traces de violences découvertes sur le corps de son bébé, elle explique très simplement qu'un beau jour, énervée d'entendre Samantha pleurer et crier, elle est allée la voir dans sa chambre, furieuse, et l'a giflée. La petite fille s'est arrêtée, ou en tout cas a baissé d'un ton, tandis que sa mère y trouvait ... une sorte de soulagement, elle ne sait pas trop de quoi ...

A compter de ce jour, Jennifer reconnaît n'avoir pratiquement pas passé une journée sans frapper sa fille. Violemment.

"Parce qu'elle pleurait ?

- Oh non, pas forcément. Quand je la changeais, je la griffais, je la tapais. Des fois, j'y allais exprès, je faisais semblant d'aller voir comment elle allait, et je la frappais au ventre, dans le dos, je la pinçais ... Et après, j'étais mieux. Mais je faisais toujours attention de ne pas la frapper au visage, parce que je me disais bien que Kevin allait me battre s'il s'en apercevait.

- Et l'assistante, sociale, la puéricultrice ? Vous ne vous doutiez pas qu'elles s'apercevraient que cette enfant était maltraitée ?

- Ben non Madame, je n'y ai pas pensé."

Et de fait, jamais Jennifer n'a empêché les services sociaux d'accéder à  son enfant, ni n'a tenté de leur cacher ses conditions d'"éducation". Entre deux visites (peu fréquentes, il faut l'avouer), les coups reprenaient, subrepticement.

"Quel genre de coups ?

- Ca dépendait des fois, des coups de poing des fois, dans le ventre ... Le plus souvent, je la pinçais, ça c'était tous les jours. Elle pleurait un peu, mais au bout d'un certain temps, plus beaucoup.

- Vous l'avez brûlée avec des cigarettes ?

- NON ! Ca, je ne l'ai jamais fait !

- Comment expliquez-vous alors ces petites cicatrices rondes, si caractéristiques ?

- Je n'en sais rien, mais je ne l'ai jamais brûlée, je l'ai dit aux gendarmes. Ca doit être sa peau qui s'est irritée, elle a toujours des boutons et des infections, les bébés c'est comme ça, de toute façon ...

- Pourquoi faisiez-vous ça ?

- Au début, c'était quand elle m'énervait, et puis petit à  petit, c'était tout simplement quand j'étais énervée, ça me calmait. Et puis des fois, vers la fin, je me suis mise à  revoir ma mère à  moi, quand elle me frappait, j'avais l'impression de l'entendre qui m'encourageait, qui me disait : "Vas-y, elle l'a bien cherché, elle le mérite, tu as le droit, tu es sa mère !" et je ne pouvais plus m'arrêter ... Pourtant, je savais bien que ce n'était pas vrai, qu'on ne doit pas faire ça à  un bébé normalement, mais je ne pouvais pas m'en empêcher.

- Vous avez déjà  fait du mal à  Styvie comme vous en avez fait à  Samantha ?

- NON ! C'est mon fils, je l'aime, et lui, je ne lui ferai jamais de mal.

- Mais Samantha, c'est votre fille ?

- (haussement d'épaule) Oui.

- Et qu'est-ce que vous pensez de ce que vous lui avez fait ?

- C'est horrible, je le sais ... Mais je ne pouvais pas m'en empêcher, même si je savais que c'était pas bien, et pas juste, et que j'allais bien me faire attraper un jour ...

- Pourquoi lui avoir fait du mal à  elle, et pas à  lui ?

- Madame, je l'ai toujours dit, ils sont tous les deux mes enfants, mais je le préfère lui, largement. Et je ne pourrai jamais le faire souffrir, lui. D'ailleurs, un jour, il m'a vue en train de frapper sa soeur, et je l'ai vu qui me voyait, planté là  avec de grands yeux, et quand j'ai réalisé ce qu'il devait penser de moi, je me suis arrêtée tout de suite et je n'ai plus touché à  Samantha de la journée."

Styvie a bien entendu été examiné, à  son tour, par un médecin, qui n'a relevé aucune trace de quelque violence que ce soit. Son état de santé est normal, son niveau d'éveil aussi.

Intrigué, au cours de sa garde à  vue, par la franchise de Jennifer quant aux faits gravissimes qu'elle reconnaissait, le parquetier de permanence a ordonné une expertise psychiatrique avant son défèrement. L'expert a relevé divers troubles du comportement, comme on pouvait s'y attendre, ainsi qu'une grande confiance en autrui, qui la pousse à  s'exprimer avec cette candeur pour le moins désarmante, sans qu'il semble lui venir à  l'esprit de dissimuler une partie des faits pour apparaître sous un jour plus favorable. Il l'a jugée entièrement responsable de ses actes.

Son casier judiciaire est vierge de toute condamnation. Et les vols dont elle nous a parlé tout à  l'heure ? "Je ne me suis jamais fait prendre" nous dit-elle simplement.

Les deux enfants ont fait l'objet d'une ordonnance de placement provisoire dès le placement en garde à  vue de leurs parents, et seront suivis désormais par un juge des enfants. Cela inquiète un peu Jennifer, qui nous demande, lorsqu'on lui donne une dernière fois la parole, quand elle pourra revoir Styvie, et s'il va retourner vivre bientôt avec son père, qui est dans la salle. La présidente lui répond que ce n'est pas forcément à  l'ordre du jour, que le juge des enfants va devoir travailler avec Kevin pour voir si le petit garçon peut retourner en toute sécurité vivre auprès de lui, et qu'il est possible, eu égard à  la décision que nous allons prendre, qu'elle ne revoie pas son fils avant plusieurs mois.

De grosses larmes tombent sans bruit des yeux de Jennifer.

L'avocate du Conseil général, qui a été nommé administrateur ad hoc de Samantha, plaide très brièvement, rappelant, bien évidemment, la souffrance quotidienne qu'a vécue l'enfant durant les six premiers mois de sa vie. Elle demande un renvoi sur intérêts civils avec désignation d'un expert aux fins de déterminer l'ensemble des préjudices subis par le bébé des mains de sa mère.

Le Parquet prend ensuite la parole, rappelle chaque fait, chaque coup, chaque biberon abandonné à  portée de ce bébé de deux mois sans que l'on se préoccupe de savoir s'il le finit, s'il ne s'est pas étranglé en déglutissant mal, chaque hématome relevé par le pédiatre. L'hygiène désastreuse, les chairs du cou rongées par une mycose, les traces qui ne peuvent correspondre qu'à  des brûlures de cigarette, la maigreur. La peur d'être touchée, d'être approchée, même. Le fait qu'au cours de trois jours ayant séparé son examen médical du défèrement de sa mère, Samantha a grossi de 300 grammes, démontrant ainsi son état de malnutrition antérieur.

La gorge nouée, le Parquet requiert quatre ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

Son avocate défend ensuite Jennifer, axant sa plaidoirie sur la pauvre vie qui a été la sienne jusqu'à  sa rencontre avec Kevin, son jeune âge, sa panique lors de la grossesse non désirée, son absence totale de repères éducatifs, les violences qu'elle a elle-même subies de sa mère et n'a fait que reproduire.

La parole est enfin donnée à  Jennifer, qui nous demande, avec un sourire plein d'espoir, de ne pas l'empêcher trop longtemps de voir son fils et son mari "même si je sais bien que vous allez me mettre en prison, c'est normal vu ce que j'ai fait, il faut que je paye."

A l'issue du délibéré, elle est condamnée à  une peine de quatre ans d'emprisonnement, dont deux avec sursis assorti d'une mise à  l'épreuve pendant trois ans, comprenant notamment une obligation de soins, le tout avec mandat de dépôt.

Jennifer ouvre de grands yeux pleins de larmes, hoche la tête, nous dit "Je comprends, merci", sourit une dernière fois et quitte la salle entre trois gendarmes, envoyant au passage un baiser à  son mari.

[EDIT : je viens d'avoir des nouvelles de Samantha, qui va bien, et voit son père deux fois par mois. Par ailleurs, je ne l'ai mentionné qu'en commentaire et non dans le texte, mais le Tribunal a prononcé à  l'encontre de Jennifer la déchéance de son autorité parentale sur Samantha.]

Bio Marie

Marie est à pister sur les réseaux Twitter et Facebook

Marie publie aussi ici désormais - et eux, ils ont réussi à lui soutirer une petite biographie, ce que je n'avais pas obtenu en cinq ans, bouhouhouh... Lire la bio de Marie

Infos article

NetMôrks

Si ça vous dit, vous pouvez partager cet article avec le monde entier...

  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin
  • Viadeo
  • technorati
  • Delicious
  • Digg
  • Reddit
  • Stumble
  • Google
  • Myspace
  • Mail

Pour refuser de sauver la planète et imprimer cet article, que vous pourrez ainsi finir de lire à l'audience ou n'importe où : Imprimer ou PDF

Si vous détestez les PDF, comme moi, où que ce service externe est indisponible, ou que vous voulez faire plus simple et plus condensé, sans les liens, vous pouvez : Imprimer cet article Imprimer cet article

Emô

Si vous détestez les commentaires, ou êtes trop timide pour en laisser un, vous pouvez en revanche utiliser un Mô tout fait ici... Après cette lecture, vous êtes plutôt :

(18%) (4%) (0%) (21%) (57%)
28 votes

Articles relatifs

Ne ratez plus rien, abonnez-vous ! par Mail ou par Flux RSS.

124 réactions

dont les 20 dernières sont :
une fois | Le Pingouin Fou | Zerline | Fassbinder | OVIOF | Jmemêledetout | Béo | Annab | Annab | Marie | Jmemêledetout | dan | Marie | LElfe | Marie | Marie | Marie | Marie | Marie | XavXav |

  1. 21 réactions

    Questions à  Marie :

    1/ Quelle peine maximum risquait Jennifer en correctionnelle ? 5 ans (Article 222-14) car ITT < 8 jours ?
    Maitre Mô trouve la peine prononcée sévère pour une personne ayant tout avoué si candidement. Mais bon, la particulière vulnérabilité de la victime a dû beaucoup jour.

    2/ Aurez-vous, avez-vous des nouvelles de Samantha ?

    3/ Que va-t-il arriver au père ?
    Qu'il ne voit pas les traces sur le corps car il ne va pas s'abaisser à  laver / changer sa petite fille par machisme passe encore...
    Mais qu'il ne s’étonne pas que la petite dorme dans une pièce sans chauffage alors que lui,

    "Lui, il en était fou, de sa fille"

    , cela dénote un sens particulier de l'amour d'un père pour son enfant.

    Ce qui m'a choqué le plus dans ce récit c'est que de façon constante, Jennifer semble dénier le statut d'être humain à  sa fille.
    Si elle aime alors elle va choyer, si elle n'aime pas, alors elle va maltraiter.
    J'espère pour son jules qu'elle va toujours l'aimer, sinon il risque direct le bouillon de onze heures !

    1. 943 réactions

      Alors, dans l'ordre :

      1/ L'ITT de Samantha était de quinze jours : dix ans, donc.

      2/ J'ai eu de ses nouvelles quelques semaines après : elle était encore en observation à  l'hôpital (elle y est restée plus d'un mois), mais sa santé était excellente, sa prise de poids considérable, et elle commençait dès les premiers jours à  prendre confiance en ceux qui la soignaient, manifestant notamment un certain plaisir à  être baignée.

      3/ Kevin (dont il m'avait aussi semblé pour le moins curieux qu'il ne note pas la situation de la chambre, ni ne retrouve jamais le biberon laissé toute la nuit dans le petit lit, entre autres) a été poursuivi et condamné pour les violences exercées sur Jennifer. Il a dès le début sollicité un permis pour voir sa femme au parloir, et attend impatiemment sa sortie.

      1. 1 réactions

        Tant mieux pour Samantha, on ne peut que lui souhaiter que du bonheur après cela. :(

      2. 47 réactions

        J'ai une question qui va paraitre très terre-à -terre par rapport à  toute cette affaire, mais comment peut-on déterminer une ITT pour un nourrisson ? (si ITT veux bien dire Interruption Temporaire de Travail) :x

        1. 8 réactions

          Pour évaluer le préjudice corporel, les médecins experts utilisent la notion juridique d’incapacité totale de travail (ITT).

          Il s’agit de la période pendant laquelle la victime est dans l’incapacité d’effectuer les actes de la vie courante (manger, dormir, se laver, s'habiller, faire ses courses, se déplacer, se rendre au travail).
          Elle ne correspond en aucun cas à  un arrêt de travail (il est donc possible de déterminer une ITT pour un enfant, une personne âgée ou un chômeur). Il y a incapacité aux occupations quotidiennes.
          Elle est nécessaire pour l’évaluation des préjudices de la victime au plan judiciaire.

          (source : http://www.avocatpenal.com/incapacite-temporaire-travail-itt.php)

          En clair, il s'agit d'évaluer le préjudice subi, que la victime travaille ou non, qu'elle soit déjà  autonome ou non (Samantha est de toute façon incapable de s'habiller, manger seule etc. du fait de son âge).

      3. 292 réactions

        Puis-je émettre une supposition en ce qui concerne Kevin ?

        Peut-être a-t-il remarqué que sa femme maltraitait la petite. En tout cas, il n'a pas pu ne pas remarquer qu'elle la traitait différemment de son frère. Qu'elle l'aimait moins, voire qu'elle ne l'aimait pas. Mais outre qu' appeler les flics ou les services sociaux n'est facile pour personne, et sans doute encore moins pour un (ex ?) toxicomane passablement violent que pour vouzémoi, il y a de fortes chances qu'il ait pensé ce qu'une majorité de personnes pensent quand une mère n'aime pas son enfant : ça viendra avec le temps, elle finira par s'habituer à  Samantha, parce que c'est une maman (et même une bonne maman), et qu'une maman, ça aime son enfant. Ca ne peut pas ne pas aimer son enfant. C'est la voix du sang. L'instinct maternel.

      4. 84 réactions

        Difficile de dire quoi que ce soit sur la mère, et je n'aurais pas aimé être à  votre place, Marie!
        Mais sur Kevin, par contre, qq questions:
        - l'a-ton poursuivi pour non-assistance à  personne en danger ou n'a-t-il jamais été inquiété?
        - qu'il ne baigne jamais et ne change jamais son enfant, j'ai du mal mais soit.
        Par contre, n'a-t-il pas remarqué les réactions de stress du bébé? Ou celui-ci réagissait-il différemment vis-à -vis de son père?
        - a-t-il été la voir à  l'hôpital?

        Et une question générale: dans ce genre de cas de maltraitance, on peut condamner le parent "délinquant" à  un suivi psychologique, mais jamais son conjoint qui n'a rien vu (sauf dans le cadre du suivi social)... N'est-ce pas un peu frustrant?
        Ici dans le cas de Kevin, j'imagine qu'il a pu être possible de passer par ses délits de violence vis-à -vis de Jennifer... mais j'imagine que ça ne doit pas toujours être le cas.

        1. 943 réactions

          Kevin n'a pas été poursuivi pour non-assistance, mais a été condamné pour violences volontaires aggravées sur Jennifer (à  du sursis avec mise à  l'épreuve avec obligation de soins, bien vu). Sur les réactions de l'enfant, il a dit aux enquêteurs n'avoir rien remarqué ... Il a depuis rencontré sa fille placée, de façon médiatisée.

        2. 292 réactions

          Je vais jouer l'avocat du "diable (?)". Enfin, de Kevin.
          - Des papas qui considèrent que "c'est à  la maman" de changer et de baigner le bébé, il y en a des tonnes. C'est peut-être une attitude "has been", mais elle perdure. J'en connais quelques uns de l'âge de Kevin, qui agissent et réagissent comme leurs pères (mon ex-mari n'a jamais baigné ni changé les enfants) et leurs grand-pères (mon père non plus).
          - Jennifer reconnaît elle-même qu'elle faisait tout pour que son mari ne remarque pas qu'elle maltraitait leur petite fille (par peur qu'il la frappe. Ca veut dire qu'elle pensait - ou savait - qu'il la frapperait s'il avait appris qu'elle battait Samantha. Donc que Samantha comptait pour lui, même s'il n'était pas le père idéal).
          - Le conjoint peut "ne pas voir". La maman de Jade (et elle n'est pas seule dans le cas) n'a pas vu non plus que son compagnon violait sa fille. Peut-on l'accuser de "non assistance à  personne en danger" pour autant ?
          - Jusqu'à  nouvel ordre, ce n'est pas Kevin qui martyrisait Samantha. C'est Jennifer. Elle a de nombreuses circonstances atténuantes, mais c'est elle, et non son mari, la coupable.

          1. 2 réactions

            Le souci c'est qu'à  partir du moment où on estime que les deux parents ont une responsabilité égale pour permettre à  leur enfant d'être en bonne santé, je ne vois pas comment on peut dédouaner le père aussi facilement. A moins de penser que c'est en priorité le rôle de la mère. Cela n'enlève rien à  la responsabilité de la mère dans cette histoire mais si le père avait eu une attitude différente cela aurait changé la vie de Samantha. Que plein d'hommes aient une vision machiste de la répartition des rôles ne devrait pas avoir pour conséquence que la justice estime que le père n'a pas à  avoir d'attitude protectrice et préventive vis-à -vis de son enfant (même si la justice est rendue par des êtres humains donc perméables à  l'organisation sexiste de la société). Selon moi il y a eu non assistance caractérisée de sa part.

            1. 292 réactions

              Si Kevin... avec des "si", vous savez...
              Le père de Samantha n'était visiblement pas un père exemplaire, pas plus qu'un mari exemplaire. Peut-être peut-on considérer comme "machiste" qu'il ne change pas les couches de la petite (il ne changeait pas celles du gamin non plus), mais jusqu'à  nouvel ordre, ne pas changer les couches d'un bébé ne fait de personne un père indigne. Les pères dont je parlais plus haut sont peut-être "macho" et démodés, mais pas indignes.
              Jennifer savait que son mari ne s'occupait pas de la toilette de leur fille, et elle jouait là  dessus pour lui cacher la maltraitance. Lui cacher. Jennifer est peut-être naïve, elle n'est pas pour autant idiote : elle savait qu'il prendrait mal le fait qu'elle maltraite Samantha.

              Il y a quelque chose qui me gêne dans cette volonté d'impliquer le père à  tout prix, dans cette affaire-ci comme dans celle qui est jugée actuellement aux assises de Mons. Comme si une femme, à  fortiori une mère, ne pouvait être seule responsable (avec des circonstances atténuantes, vu son propre passé d'enfant martyr) des souffrances infligées à  un enfant, comme si le père devait d'office avoir sa part de responsabilité "juridique". Il a une responsabilité, certes, mais elle est, me semble-t-il, de n' "avoir pas vu" (peut-être parce qu'il se voilait la face), pas de "n'avoir pas agi".

              1. 84 réactions

                En ce qui me concerne, il ne s'agit pas d'une volonté de l'impliquer à  tout prix, mais d'une interrogation, parce que la frontière entre l'aveuglement "explicable" et la non-assistance à  personne en danger est tout sauf évidente (à  mon humble avis...).
                Même sans changer les couches ou baigner son bébé, même si la mère fait tout pour cacher la maltraitance, un bébé qui tremble et tressaille quand on l'approche (et il la câlinait, dit Marie), une chambre non chauffée en hiver, ça peut susciter des questions, non?

                Cela ne retire rien à  la faute de Jennifer, mais ce n'est pas non plus parce qu'une mère indigne le cache que le papa ne verra nécessairement rien...

                1. 231 réactions

                  Je ne prétends pas répondre à  tout mais un élément cependant : sans être pénaliste, je vois une différence de taille entre entre "l’aveuglement explicable" et la "non-assistance à  personne en danger" (laquelle n'existe plus, d'ailleurs, elle a changé de nom, non?) : l'aveuglement, précisément.
                  Il me semble que la non-assistance à  personne en danger consiste à  laisser faire alors que l'on connaît le danger. On n'a juste pas envie - ou peur - de se mouiller mais on voit bien qu'autrui a besoin de secours.
                  Quelqu'un qui est aveuglé (et non qui "s'aveugle", ça sous-entendrait qu'il ne veut pas voir), qui ne voit rien alors que ça devrait lui sauter aux yeux mais aussi parce qu'il a quelques raisons de ne pas percevoir le danger, n'a pas fait le CHOIX, INTENTIONNEL, de laisser filer.
                  Je suis eprsonnellement très attachée au caractère intentionnel de l'infraction, et il me semble que pour ce type d'infractions il est encore requis.

            2. 231 réactions

              Je vous trouve un peu rapide, si vous le permettez. Les obligations de soin des parents sont égales mais non collectives et la responsabilité qu'ils prennent en y manquant est individuelle.
              Visiblement, dans leur famille, s'occuper des enfants est le rôle de la mère. Mais attention sur ce point : ne pas rendre le père responsable des manquements de la mère ne veut pas dire que l'on valide cette répartition. Simplement, c'était leur choix, encore souverain (Dieu merci!), et la seule personne qui a pris l'initiative de maltraiter l'enfant est bien la mère, si leurs dires sont vrais.
              Si Kevin pensait que Jennifer savait ce qu'il fallait faire pour les enfants, ce que la bonne santé de Styvie pouvait lui laisser penser, sans doute pensait-il qu'elle prendrait les bonnes décisions.
              Certes, il est coupable d'avoir maltraité Jennifer, ce qui n'a pas dû arranger le comportement de cette dernière même s'ils s'aiment. Si celui qui vous aime vous bat, comment traiter celui qui l'on n'aime pas? Son bébé par exemple? Et comment, dans ces conditions, dialoguer?
              Il aurait dû également remarquer l'absence de chauffage de la chambre. Quant au biberon, le matin, peut-être est-ce Jennifer qui s'occupait de sortir les enfants du lit?
              Mais si la répartition des tâches était celle qu'elle semble avoir été (tout d'un côté, rien de l'autre), alors lui n'a apparemment pas cherché à  maltraiter l'enfant et il ne devrait pas prendre une part du fardeau judiciaire par une simple pétition de principe ou au nom de la morale.
              Je note enfin qu'il ne s'agit pas de reprocher à  la mère de mal s'être occupée de l'enfant, auquel cas votre remarque sur la co-responsabilité serait pertinente. On lui reproche des actes positifs et individuels de maltraitance, dont il est avéré qu'elle les cachait à  son mari.

              1. 2 réactions

                C'est la raison pour laquelle je pense qu'ils n'ont évidemment pas la même responsabilité mais je persiste à  dire qu'il n'a pas protégé sa fille et qu'il y avait des signes qui pouvaient lui faire comprendre qu'elle n'était pas convenablement traitée. Et cela n'a RIEN à  voir avec la morale !! Dans un couple j'estime que forcément chaque conjoint a une responsabilité pour protéger son enfant (y compris de l'autre conjoint) mais je ne m'appuie pas sur la loi effectivement que je ne connais pas. La famille est quand même un des milieux les plus violents dans notre société.
                Et comment fait-on la différence entre quelqu'un qui n'a fait que "ne pas voir" et quelqu'un qui "n'a pas agi"?

                1. 36 réactions

                  "il y avait des signes qui pouvaient lui faire comprendre qu’elle n’était pas convenablement traitée."

                  Mais il ne l'a pas compris. C'est de l'ignorance, de la bêtise à  la limite, mais il ne serait pas décent de condamner quelqu'un pour ça.

                  "comment fait-on la différence entre quelqu’un qui n’a fait que "ne pas voir" et quelqu’un qui "n’a pas agi"?"

                  La présomption d'innocence - en l'absence de preuve du contraire on doit estimer qu'il ne savait pas. Dans le cas présent, l'ingénue Jennifer le dédouane. Pourquoi ne pas la croire?

                  1. 292 réactions

                    "il y avait des signes qui pouvaient lui faire comprendre qu’elle n’était pas convenablement traitée."

                    Mais il ne l’a pas compris. C’est de l’ignorance, de la bêtise à  la limite, mais il ne serait pas décent de condamner quelqu’un pour ça

                    C'est très souvent, comme je l'ai dit plus haut, "se voiler la face". Se voiler inconsciemment, involontairement la face. Kevin est probablement incapable de concevoir mentalement que sa gentille Jenny, celle qui s'occupe si bien de leur Styvie, maltraite Samantha. Ce genre de "réaction" (ou de non-réaction), je l'ai rencontré plusieurs fois dans ma vie : la mère qui ne voit pas - qui ne voit réellement pas - que son petit garçon est violé par son beau-père, les parents qui ne se rendent pas compte - qui ne se rendent réellement pas compte - que leur fils si sage (!) se pique à  l'hérouïne sous le toit familial, ou que leur fille "si sérieuse" a déjà  subi plusieurs avortements. Je ne parle pas là  de gens indifférents (même si je leur ai souvent reproché de l'être, ils ne l'étaient pas), de tox paumés et immatures à  la Kevin, mais de personnes qui aurait pu être, qui étaient souvent, présentés comme des parents exemplaires, et qui étaient persuadés de l'être.

  2. 7 réactions

    La vache. Première fois que j'arrive pas à  lire un post en entier du premier coup... c'est pourtant pas la noirceur qui manque sur ce blog.
    Le coup de la gosse qui panique et tremble au moindre contact, je crois que c'est ça qui m'a achevé, finalement plus que la description des violences. J'ai pensé à  mon bébé d'un an, si rieur et si ouvert et je l'ai imaginé dans cet état....
    Bonne chance à  toi petite, tu vas en avoir besoin.

    1. 943 réactions

      Je vous comprends ... C'était aussi l'un des éléments qui m'avaient le plus marquée, et pour tout dire, la procédure comprenait un volumineux album photos, où l'on voyait le regard terrorisé de ce minuscule bébé envers celui qui le manipulait. Jamais je n'aurais cru pouvoir lire une telle expression de panique sur le visage d'un nourrisson.
      A côté, les images d'hématomes et de blessures diverses étaient presque anodines ...

  3. 3 réactions

    Ce récit est terrible.
    Terrible de souffrance pour la petite Samantha qui démarre dans la vie avec six mois de violence, sans compter ceux qu'elle a subis dans le ventre de sa mère.
    Je crois qu'il n'y a rien de plus horrible qu'une mère qui dit pincer sa fille parce que cela la soulage de ses propres maux.

    Mais c'est également terrible pour la mère, malgré tout.
    Elle qui n'a rien connu d'autre que la violence et qui se retrouve face à  un enfant dont elle ne voulait pas.
    Et elle ne sait pas quoi faire, elle n'en veut pas mais c'est la sienne donc que faire d'autre?
    Personne ne lui a appris, ne lui a montré, personne ne l'a aimé sauf son petit garçon.

    C'est triste. Il n'y a pas d'autre mot.

    La triste vie de Samantha n'excuse pas les violences sur sa fille mais elle en explique l'origine.

    La peine est effectivement sévère mais juger n'est pas chose aisée.
    J'ai fait avocate, je n'aurais pas pu être magistrate.

    1. 292 réactions

      Il me semble que son mari aussi l'aime. Mal, mais il l'aime.

  4. 8 réactions

    Voilà  bien un cas pour lequel la naissance sous X aurait été parfaitement valable.

    1. 943 réactions

      A condition que Jennifer l'ait souhaité. Et que Kevin l'ait approuvée, ce que rien ne permet de supposer.

      1. 6 réactions

        Bonjour.
        Lorsque vous dites qu'il serait nécessaire que Kévin approuve la naissance sous X, voulez-vous dire que son accord serait obligatoire ? J'avais cru comprendre qu'une femme, même mariée, pouvait accoucher sous X sans l'accord du père. Peut-être vouliez-vous simplement dire qu'il fallait qu'il l'approuvât au sens où il aurait pu s'étonner que sa compagne parte accoucher et revienne sans l'enfant et lui fasse payer les conséquences de cet abandon ?

        1. 292 réactions

          - Coucou, chéri !
          - Mais où étais-tu passée ? Je t'attends depuis des heures... Mais... tu as maigri...
          - J'étais à  la maternité.
          - Et le bébé ? Il est où, notre bébé ?
          - J'en voulais pas. Je l'ai donné à  l'adoption. Peu importe ton avis. Peu importe si tu l'aimais. J'avais le droit.
          - .....

          Il va dire quoi, Kevin (ou Pierre-Antoine, d'ailleurs, mais, bizarrement, personne n'imagine Bénédicte faire ce coup-là  à  Pierre-Antoine) ? Viens dans mes bras, que je t'embrasse ?

          1. 3 réactions

            @ lambertine
            Vous me faites rire ! Et j'en ai honte !

          2. 943 réactions

            Entièrement d'accord avec vous ! :lol:

        2. 943 réactions

          Je n'ai pas personnellement pratiqué l'accouchement sous X, mais j'imagine que si Kevin, qui a assisté à  la naissance de Samantha, avait alors appris que sa femme souhaitait accoucher sous X, rien ne l'aurait empêché, lui, de reconnaître l'enfant. Et de la ramener au foyer. C'est en ce sens que j'évoquais l'approbation de Kevin comme une condition d'aboutissement d'un projet d'accouchement sous X concernant Samantha.
          Mais sur le fond, une femme mariée peut effectivement accoucher sous X, rien ne l'en empêche.

  5. 1 réactions

    Il ne lui a pas été demandé pourquoi elle ne l'a pas abandonnée à  la naissance?
    Puisqu'elle part de l'hôpital sans elle, elle aurait pu simplement ne pas revenir.
    Comment savoir

    1. 6 réactions

      Pourquoi on ne lui a pas pas proposé d'accouché sous X, peut-être simplement parce que personne ne lui a dit ou expliqué. Je ne jette pas la pierre au personnel hospitalier qui a parfois fort à  faire. Et malgré l'adage "nul n'est censé ignorer la Loi", comment la mère avec le peu d'éducation qu'elle avait et son vécu personnel aurait pu savoir que ce dispositif existait ?

      1. 943 réactions

        Je ne suis pas sûre que Jennifer ait eu une réelle volonté d'abandon ... mais je suis absolument certaine que l'idée n'a jamais effleuré Kevin. Bien qu'il ait reconnu le caractère accidentel de la conception de Samantha, il a apparemment été très heureux de cette grossesse et de cette naissance - il aurait probablement pu se préoccuper davantage des sentiments de Jennifer, mais peut-être lui a-t-elle caché son rejet de ce bébé, pour lui faire plaisir (elle est follement amoureuse de son mari), ou peut-être a-t-il estimé que l'amour viendrait à  Jennifer, qu'elle s'attacherait finalement ... Dans ces conditions, comment aurait-il été possible de songer à  un accouchement sous X ?

      2. 292 réactions

        Mais pourquoi lui aurait-on proposé d'accoucher sous X, à  cette jeune femme ? Parce qu'elle était pauvre et que son bébé n'avait pas été "programmé" ? Comment le personnel de l'hôpital aurait-il pu savoir qu'elle maltraiterait sa fille ? Les médecins, les infirmiers ne sont pas voyants.
        Elle a été indifférente après la naissance, et aurait dû être psychologiquement suivie, c'est certain. Cela aurait pu éviter beaucoup de dégâts, et pas seulement en ce qui concerne Samantha. Mais socialement, elle était suivie. Et c'est ce suivi même qui a permis le "sauvetage" de la petite fille. Quid si ses parents avaient été des bourgeois bien sous tous rapports, sobres, instruits, avec un travail stable ? Peut être la "chance" de cette petite fille mal-aimée a-t-elle été de naître dans une famille "connue des services sociaux", et non avec une cuillère d'argent dans la bouche...

        1. 11 réactions

          Bonjour,

          "Peut être la "chance" de cette petite fille mal-aimée a-t-elle été de naître dans une famille "connue des services sociaux", et non avec une cuillère d’argent dans la bouche"

          C'est ce que je me suis dit aussi.

          La maltraitance dans les familles "bien-sous-tous-rapports" a ceci de terrible qu'elle demeure camouflée et perdure.

        2. 190 réactions

          Au mieux peut-on espérer que si elle était née dans une famille bourgeoise la mère s'en serait "débarrassée" en l'envoyant dans je ne sais qu'elle pension suisse (ou pas).
          Par contre, quand vous dîtes pourquoi lui aurait-on proposé d’accoucher sous X, à  cette jeune femme ? Parce qu’elle était pauvre et que son bébé n’avait pas été "programmé. Euh non, parce qu'elle ne voulait pas ce bébé et qu'elle n'y était pas attachée, c'est tout.
          Pour le reste, entièrement d'accord avec vous sur l'absence de talent divinatoire du personnel hospitalier.

          1. 292 réactions

            Nous, nous savons qu'elle ne voulait pas de ce bébé. Mais l'a-t-elle dit aux médecins, sage-femmes etc..? Et il y a un océan d'écart entre "ne pas vouloir" du bébé et même ne pas l'aimer à  la naissance, et soit le maltraiter, soit l'abandonner.

            Quant à  la "pension" (suisse ou pas), elle est plus un moyen d'éviter que les "gosses de riches" se mêlent au peuple que de se débarrasser de leur présence. De plus, la pension, ce n'est pas quand l'enfant a six mois qu'on peut l'y envoyer, mais bien plus tard (en général, à  l'âge du collège). Un enfant martyr a tout le temps d'être détruit avant de pouvoir y trouver sa place.

  6. 4 réactions

    Merci Marie pour ce témoignage poignant et enrichissant.
    Et merci aussi pour vos réponses aux différents commentaires, qui représentent une valeur ajoutée non négligeable à  l'article.
    Je vous souhaite une bonne continuation, et du courage en attendant de vous relire impatiemment ( puisque cher Mô semble nous délaisser :( ^^

    )

    1. 943 réactions

      Merci !
      Pas d'inquiétude, Mô travaille à  son retour - moi, je comble en l'attendant ... :lol:

      1. 4 réactions

        Si c'est comme ça que vous comblez les choses ( le blog de Mô ), vous devez sans aucun doute comblez les personnes à  merveille ! ( heureux mari ? ) :P
        Allons, abat la modestie, J'attends ( et je ne suis pas le seul ) vos billets de la même façon que j'attends ceux de Mô. C'est à  dire impatiemment. Vous illuminez clairement notre quotidien du web ! C'est d'ailleurs, la force de ce blog, de ne pas être dépendant entièrement aux aléas ( naturels ) de la seule vie de Maitre Mô.
        Donc Merci encore, et n'ayez pas peur d'assumer votre ( nouveau ? ) statut sur ce blog ^^
        Et n'hésitez pas à  donner des nouvelles de la petite, au cas où vous en auriez.
        ++

        1. 943 réactions

          :? :? :? Maître Tî est un homme heureux ... je l'espère, du moins !

  7. 5 réactions

    Bonsoir,

    Souhaite du fond du coeur une meilleure vie à  la petite et à  son p'tit frérot...
    Sur le reste, concernant la mère, la Justice est passée, no comment.

    @Marie

    Merci pour le billet.:)

  8. 36 réactions

    "Elle doit penser qu’elle a hérité d’une mauvaise composition, le Tribunal par lequel sa cliente sera jugée aujourd’hui en comparution immédiate étant constitué de trois juges par ailleurs parents d’enfants en bas âge."

    J'aurais tendance à  penser le contraire - il me semble que ceux qui jugent le plus sévèrement le comportement des parents (et donc la maltraitance) sont justement ceux qui n'en sont pas. Les autres savent à  quel point c'est dûr, de s'occuper d'un enfant.

    1. 7 réactions

      Pas forcément... j'ai réagit aussi fortement à  la description de la peur de Samantha (voir mon com ci-dessus) parce que j'imaginais mon bébé à  sa place. Si je n'avais pas eu d'enfant, je l'aurais perçu de manière plus abstraite.

      1. 36 réactions

        Je pense justement que c'est en jugeant les choses de manière abstraite, en se basant sur des grands principes éducatifs qui tomberont dès l'arrivée du premier bébé, qu'on est le plus sévère, car on juge sans comprendre et sans savoir. Après tout, voir votre bébé à  la place de Samantha, n'est-ce pas aussi vous imaginer à  la place de la mère? Voilà  une chose que ceux qui n'ont pas d'enfants ne peuvent simplement pas faire.

        1. 231 réactions

          Une nuance tout de même.
          Si votre raisonnement est exact (et il est assez séduisant), on juge à  partir de grands principes abstraits lorsque l'on n'a pas d'enfant.

          Mais n'est-ce pas le rôle du juge? Juger en toute impartialité, c'est selon moi éviter de s'identifier aux parties. L'impartialité présuppose l'objectivité. Faut-il avoir tué pour juger un meurtrier convenablement? Non, l'empathie au point décrit par QIAH, c'est le règne du subjectif et ça me paraît abolir tout objectivité, comme elle le ressent et vous le décrit.

          Or, être objectif n'est pas nécessairement être trop sévère : dans les grands principes qui doivent guider le jugement, il existe aussi la prise en considération de la personne et de son contexte. L'écoute est une qualité pimordiale, elle induit la capacité à  se représenter la situation de la personne sans se mettre soi-même à  sa place.
          Juger à  l'aune de "nos personnes dans la même situation", ça me paraît mauvais. Et ça laisse la porte ouverte aux jugements les plus divers en fonction de l'image que l'on se fait de soi et en fonction de ses qualités personnelles.
          On n'est pas soi-même la mesure, le standard de l'homme raisonnable ou du citoyen normal respectueux des lois.

          En outre, raisonner de la sorte conduit à  être miséricordieux lorsque vos principes vous guident dans cette voie. Nombre de mères, au contraire, réagissent en vouant aux gémonies celle qui a touché ainsi à  son enfant. D'ailleurs, ayant vécu les difficultés de la maternité, elles n'ont pas maltraité... pourquoi excuser celle qui l'a fait de manière véritablement brutale et extrême?
          Lorsqu'on voit les réactions des assocs de victimes ou de l'opinion publique aux crimes odieux, on peut douter de votre conclusion sur la magnanimité de la personne qui réagit avec ses tripes plutôt qu'avec la loi seule.
          D'ailleurs, j'en veux pour preuve le comportement des codétenues de mères incarcérées pour avoir maltraité leurs enfants. Les difficultés, la galère, la violence, elles connaissent, mais ça elles ne pardonnent pas.

    2. 8 réactions

      J'avoue avoir toujours eu de la compassion pour ces femmes qui n'arrivent pas à  être mères (V.Courjault, Jennifer, ces hérouïnes de faits divers qui "emmènent leurs enfants avec elles" lorsque la dépression les plonge dans les envies de suicides...)

      J'attends mon premier bébé pour dans 2 mois, et j'ai le sentiment que la compassion est toujours là , peut-être amplifiée parce que je sais à  quel point une grossesse peut être vécue de façon ambivalente, à  quel point le poids des responsabilités vous tombe dessus, à  quel point une grossesse, même idéale sur le plan de la santé, et désirée, est fatigante et pesante parfois.

      Je fais partie des privilégiés, si je n'arrivais pas à  établir de contact avec mon bébé, je consulterais, j'ai un compagnon qui est prêt à  être père et qui est attentif, un entourage bienveillant...

      Elles font quoi, celles qui n'ont pas tout ça, quand tout n'est pas rose et qu'elles traînent des casseroles ?

      1. 9 réactions

        J'ai accouché (difficilement) d'un tout petit de 5 mois maintenant. La joie infinie que nous ressentons mon mari et moi, n'a en rien diminué ma compassion pour les femmes dont vous parlez.
        J'aurais toujours beaucoup beaucoup beaucoup de compassion pour Véronique Courjeault, Jennifer, leurs famille (autres enfants et maris, grands oubliés de l'histoire, souvent) et leurs enfants. L'amour est un coup de chance et n'est pas automatique. L'instinct n'est qu'une vaste fumisterie destiné a faire plaisir au femme qui le ressente (moi par exemple) et culpabiliser celle qui ne le ressente pas. Et quand ça "ne marche pas" on fait quoi ?

        A nous (femmes et hommes) de savoir être solidaires de ces femmes là .

  9. 163 réactions

    Qu'en est-il des brulures de cigarettes ? (étaient-ce bien des brulures ?) Jennifer ment-elle ? Et sinon qui les a infligées à  ce bébé.

    Même si je suis seule dans ce cas sur ce blog, je n'arrive pas à  trouver la peine trop lourde :?

    1. 7 réactions

      Vous n'êtes sûrement pas la seule....
      C'est difficile, mais il faut garder une vue d'ensemble: quoiqu'il arrive, Jennifer sera toujours la mère de Samantha (au moins d'un point de vue psychologique, même si ce n'est plus vrai du pont de vue légal). Quoiqu'il arrive, Jennifer aura une vie après la prison. Quoiqu'il arrive, Jennifer sera toujours la mère de Styvie. Une peine adaptée doit prendre en compte ces 3 éléments, quelle que soit l'horreur des faits.

      1. 4 réactions

        Mais si bien sûr , elle reste la mère d'un point de vue légal !!

        1. 84 réactions

          Certes, mais une mère dépourvue de l'autorité parentale, et donc avec des droits considérablement réduits sur ses enfants...

          1. 4 réactions

            @jalisco
            Ben non , je ne vois nulle part qu'elle soit déchue de l'autorité parentale ,et pas non plus question de tutelle , ni d'incapacité de la mère .
            Le tribunal (ou le J.E.) ont apparemment statué sur le droit de garde , ce qui est un peu différent .

            1. 7 réactions

              si si, l'autorité parentale retirée c'est dans le commentaire 4.2 de Marie. Mais en même temps, ce n'est pas que pour ça que j'avais mis "même si ce n’est plus vrai du point de vue légal" dans mon com, je voulais dire que quoiqu'il arrive du point de vue judiciaire, Jennifer restera toujours à  un certain niveau la mère de Samantha.

              1. 4 réactions

                Pardon , j'avais zappé ça .
                Donc sacré boulot à  faire pour préparer la sortie de détention , foultitude d'intervenants sociaux et judiciaires ( pas toujours d'accord ) autour de cette famille .Lourde , très lourde prise en charge .
                Plusieurs générations qui se sont succédées pour arriver à  cette misère , il en faudra peut-être plusieurs pour réparer .
                Il y a aussi heureusement de merveilleuses familles d'accueil qu'on oublie un peu et qui aident à  reconstruire .
                Je suis à  la retraite , bien content d'avoir pris un peu de distance avec cette douleur et cette misère qui ne m'a pas laissé indemne , et ma part de masochisme à  suivre ce blog ...
                Merci Marie , de nous retourner les tripes comme ça , on ne risque pas de s'endormir .

    2. 943 réactions

      D'après les médecins, c'était bien de brûlures de cigarettes qu'il s'agissait. Et je vous confirme que les marques ressemblaient à  toutes les traces de brûlures de cigarettes que j'ai pu voir dans ma carrière.
      A titre personnel, je pense que c'en était. Et que leur auteur a été condamné à  ce titre, notamment.

      1. 231 réactions

        C'est effrayant...
        Je ne sais pas si c'est positif : elle ment, donc il y a une part d'horreur qui est moins évidente pour elle que le reste, et qui peut-être laissera place au remords,
        ou négatif : rien de tout ça, mais elle sait juste (objectivement, comme elle savait que ce n'était pas bien tout en continuant) que c'est trop mal vu, et que ça ne passerait vraiment pas. Et il ne reste que l'horreur du geste, qui va au-delà  du besoin pathologique et irrépressible de punching ball (que je ressens à  la lecture de votre récit et qui, même s'il n'excuse rien, ressemble sur ce point à  une addiction) pour se transformer en cruauté.

  10. 2 réactions

    En fait, si Maître Mô ne publie pas en ce moment, c'est qu'il est en train de rédiger l'intégralité de la fin de l'Histoire Noire, et qu'il veut nous en faire la surprise.

    Non ?

    Bah, j'aurai essayé...

    1. 943 réactions

      Vous avez gagné ! Publication le 1er avril, bien sûr ...

      1. 163 réactions

        Comme le 1er Avril 2009 ? :mrgreen:

        1. 943 réactions

          Exactement. ;)

  11. 11 réactions

    je n'ai pas tout lu des commentaires, mais vu le titre je ne peux m'empêcher de conseiller la lecture du livre "les instincts maternels" de sarah blaffer hrdy
    qui apporte un éclairage intéressant sur ce sujet

    j'avoue que pour moi Jennifer s'est retrouvée "coincée" : pas les moyens (soutien, suivi psy, etc...) d'analyser ce qu'elle avait vécu enfant et ce qu'elle risquait de projeter sur un enfant, et surtout sur une fille non désirée
    pas les moyens non plus (du fait de son mari en particulier) d'abandonner sa fille et de la confier à  quelqu'un moins abimée qu'elle même

  12. 4 réactions

    En lisant ce récit tragique, je me dis qu'il faut être en acier trempé pour faire vos métiers Marie et Maître Mô. Que ce soit d'un côté de la barrière ou de l'autre. Peut-être encore plus difficile de juger que de défendre des cas comme celui-ci.

    Et je me demande pourquoi certains sont armés à  la naissance pour résister à  la reproduction de schémas familiaux et d'autres pas. La conscience, la lucidité, sont forcément les outils pour ne pas reproduire, mais d'où viennent donc celles-ci... et pourquoi sont-elles distribuées de manière aussi aléatoire.

    Bien sûr je n'attends pas de réponse à  cela, c'était juste une réflexion qui me taraude depuis longtemps.

    1. 8 réactions

      Je crois qu'il y a d'une part ce que vous avez évoqué vous-même : la lucidité, la conscience de ce qu'on a subi et risque de reproduire.

      Je vois d'autres facteurs :

      - Certaines mères, mêmes monstrueuses, aiment cependant leur enfant, d'une certaine façon. Elles vont réussir à  le lui montrer, parfois. Ce qui, sans "compenser", rattrape un peu les dégâts

      - Certains enfants mal aimés et/ou maltraités vont faire des rencontres. Pas forcément des gens qui savent ce qu'ils vivent, mais qui les aideront (prof sympa qui leur ouvrira des "fenêtres" sur un avenir possible, voisine aimante qui jouera les mamies de substitution...). D'autres n'en feront pas.

      ...

      2 histoires d'enfants mal aimés ne sont jamais identiques, 2 mères violentes et méchantes ne sont pas pareilles... Chaque cas est particulier.

      Ensuite, je pense qu'il y a aussi une capacité de résilience, une capacité à  penser son propre avenir, à  se dire que tout n'est joué, qu'on a toujours une chance... et que cette capacité est propre à  chacun.

      1. 4 réactions

        Merci Béo pour cette réponse.

        Même si mon questionnement intérieur reste ouvert par rapport à  cela. La capacité de résilience dépend justement d'un éventuel entourage.

        Et je pensais à  des cas quasi idendiques, par exemple des enfants de même famille, ayant subi les mêmes choses.

        Et lorsqu'il n'y a pas d'entourage du tout, pour compenser ceci ou cela et donc une résilience à  laquelle je ne crois pas trop, comme vous dites, cette capacité à  s'extraire d'une situation donnée, ou d'un schéma reproducteur est propre à  chacun. C'est justement ça que je voudrais comprendre, qu'est-ce qui fait que...

        Cela m'aurait intéressé d'avoir un résultat de recherche génétique là -dessus. Les émotions, leur gestion, étant tellement dépendantes de la capacité des neuro-transmetteurs à  se mettre en mouvement ou pas...

        Qu'est-ce qui fait qu'une victime va se dire : Non, pour rien au monde, je ne voudrais ressembler à  ces gens là  ?

        Est-ce de l'ordre purement neuro-biologique ? Est-ce de l'ordre de ce que l'on appelle l'âme ? Deux âmes différentes, pour autant que l'on admette que cela existe, auront forcément des réactions différentes, de par leur vécu au delà  du temps. Ceci pourrait-il être mesurable sur le plan génétique ?

        Que de questions qui ne trouveront pas de réponse avant que je ne quitte cette planète ;)

        La seule chose qui est sûre pour moi, c'est que j'aurais été incapable de juger cette affaire, ni de la défendre. Et je trouve assez courageux, dans une société où ma foi, le Tribunal est un passage obligatoire, de prendre le risque d'émettre un jugement ou de défendre des cas, qui vont inévitablement faire se poser la question une vie durant : Ai-je bien fait ou pas ?

        J'en viendrais presque à  regretter les anciens "tribunaux" africains, où tout le village était présent en cas de conflit, où tout le monde avait le droit de participer, où la victime ou le coupable pouvait donner son point de vue et où le verdict était très rarement de l'exclusion, ou alors temporaire et où tout le monde avait pardonné une fois le verdict posé. La résilience c'est aussi cela, c'est une résilience collective, ce n'est pas unidirectionnel.

        Aujourd'hui, les personnes jugées, restent des personnes jugées à  vie.

        1. 1 réactions

          Et comment savoir si elle ne se charge pas pour proteger son copain boxeur ? les brulures de cigarettes qu'elle nie ont bien ete faites par quelqu'un ? comment a t-il été disculpé ?...

  13. 1 réactions

    Bonsoir Maître Mô,

    C'est pas trop du jeu, là  ! :((
    On attend depuis des mois la fin d'histoires noires, si vous avez trop de travail je comprends Maître, mais alors vous avez qu'à  dire à  Marie de l'écrire comme ça on vous "embêtera" plus ! :idea:

    PS : je vous ai vu à  la télé dans "La France a peur", vous êtes sexy comme avocat, le mien aussi il est trop beau mais lui c'est un ange alors... ! :))

  14. 1 réactions

    Bonjour

    Cette histoire est triste et touchante à  la fois, merci de l'avoir racontée.

    Les services sociaux n'auraient-ils pas dû enquêter plus tôt, et faire en sorte de placer ce bébé non aimé ?

    On devrait pourtant savoir que l'amour est nécessaire à  un bébé, et qu'il n'est pas automatique. La conduite de la mère à  la maternité aurait dû alerter. Pour moi, la société est plus responsable que la mère, qui vit dans un tel contexte que oui, je pense qu'elle ne peut s'empêcher de maltraiter, et qu'elle n'est pas non plus capable de demander de l'aide (en a-t-elle jamais reçu ?)

  15. 2 réactions

    Terrible. J'ai visualisé cette petite fille, ce petit bébé, j'ai inconsciemment plaqué le visage de ma fille de 13 mois sur elle. Mon sang s'est glacé.

    Définitivement non, je n'aurais jamais pu faire votre métier (heu, sacerdoce plutôt non?). Jouer la balance (de Roberval s'entend, pas le délateur ;) ) entre les éléments à charge et à décharge, dans un cas comme celui-là, brr... j'en ai des frissons que de l'imaginer.

    Et, comme d'autres, le truc qui m'interpelle quand même profondément, c'est que personne n'ai "tiqué" suite à l'attitude de Jennifer à la maternité: j'accouche, j'me barre et je reviens une semaine après récupérer mon enfant... :x D'ailleurs je ne pensais même pas cela possible.

    Encore bravo pour vos billets, Marie (même si je commente douze mille ans après :D ).

  16. 3 réactions

    Je travaille en planning familial, notamment en pratiquant des IVG. Parfois, je trouve le motif un peu "light". Mais comme je trouve que la femme est souveraine, je la mets juste face à son choix et l'accompagne dans celui-ci, quelqu'il soit.
    (même pour des grossesses découvertes tardivement, où nous renvoyons à l'étranger)
    Ce billet me conforte dans l'importance de cette possibilité.

Trackbacks/Pingbacks:

  1. Instinct maternel - [...] (avertissement : dur à  lire) : Horrible, la vérité toute crue, sur l'instinct maternel : Instinct maternel ?…
Recommandations

Fin des commentaires, et Humbles recommandations - Mô-de d'emploi

  • Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement, la réponse s'affichant alors non plus ici, mais sous le commentaire concerné ci-dessus...
  • Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
  • La barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, et même de vous corriger durant quelques minutes après envoi.
  • Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
  • Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et deux mots maximum pour votre pseudo : il serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
  • Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain.
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
    Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
    Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green