En hommes probes et libres

[Déclaration d'amour publiée dans la Gazette du Palais du 14 juin 2016, que j'édite à nouveau ici au sortir d'un dur procès criminel...]

 

C’est la plus belle juridiction de France.

La plus difficile, aussi.

Et c’est là qu’on y trouve le plus la vérité.

Tout devrait toujours s’y juger comme on y juge. L’on a failli en 2010 en supprimer les jurés ; on a partiellement réussi en 2012 en en tuant trois - il semble donc que l’on juge mieux avec moins de cerveaux…

En 2009, on a même osé penser y appliquer la procédure de "plaider coupable", cette non-justice déjà offensante pour les délits.

La justice est pauvre et on n’y affecte jamais de nouveaux moyens ; on y cherche au contraire de nouvelles économies, au mépris très souvent du seul critère essentiel : la seule bonne justice est celle qui juge bien. J’ai peur pour les assises, j’ai peur pour les jurés, je veux demander qu’elles demeurent, au-dessus de tout.

C’est là qu’un président solennel lit à six "Hommes libres", en déta­chant chaque mot, les deux textes les plus beaux et les plus denses de notre Code de procédure pénale, l’article 304 pour leur faire prêter serment, puis bien plus tard l’article 353, ultime, splendide et terrible "instruction" avant qu’ils ne partent décider ensemble du reste de la vie d’un autre... Homme.

J’y ai vu un monstre ayant dévasté ses semblables en massacrant leurs enfants soudain fondre en larmes et, un instant, redevenir un homme implorant son pardon.

J’y ai vu deux jeunes filles prendre leur père dans leurs bras et remercier les jurés de l’avoir condamné mais de ne pas l’avoir trop condamné.

J’y ai vu un homme dé­tenu depuis six années redevenir libre, définitivement, devant les hommes et femmes en larmes qui venaient de l’acquitter.

J’y ai vu un gamin de sept ans bouleverser les neufs adultes chargés de juger son violeur, en leur disant plein d’une fierté inouïe "ça y est, je crois que je n’ai plus peur".

J’y ai vu une jurée se lever, dire "c’est trop", et tomber rudement au sol, pendant qu’un homme presque fou essayait de dire ses crimes.

J’y ai vu un garçon s’extirper de sa folie et revenir parmi nous, j’y ai vu ses victimes accepter que ce soit vrai.

Tous les praticiens des assises y ont vu mille de ces scènes, creusées de douleurs, de larmes, d’impossible compréhension - mais d’invrai­semblables soulagements aussi, de rédemption, de fierté, de pardon...

Creusées dans le cœur-même de l’humanité.

L’avocat y entendra aussi, quelquefois, ce mot incroyable, "acquitté", sans lequel il ne saura jamais comme le cœur peut exploser en étrei­gnant l’Homme que l’on vient de défendre.

J’y ai souffert, pleuré, dégueulé, j’y ai creusé dans les tréfonds de ce que je suis simplement pour oser m’y lever, y parvenir physiquement, j’ai vu des jurés en souffrance, des présidents et juges épuisés... J’ai vu et vois à chaque fois - j’écris ceci alors que je m’y trouve - comme il est difficile de bien rendre la justice, comme ça heurte le ventre, comme ça retourne l’âme, quelle énergie terrible nous y mettons tous.

Mais j’y ai vu, presque toujours, ce que c’est de bien juger.

Réformateurs, ne touchez, plus jamais, aux assises.

Articles proches

14 Commentaires

  1. Lolotte

    "Et bien" fut ma réaction à la lecture de votre déclaration de Foi.
    Avec une profondeur abyssale habitée par une violence nécessaire vous écrivez ce qu'est la justice, la recherche du juste, et la rendre... L'expérience éthique absolue. Les Assises ce moment où tout est extrême mais où l'on se doit de ne jamais lâcher du regard l'Homme.
    Merci pour le partage ( quelle écriture!)

  2. La fée des dents

    Merci de me montrer une justice de gens intègres et tenaces qui se battent pour les autres....
    Merci
    Je ne suis absolument pas juriste mais heureuse de vous suivre et de lire vos tranches de vie...

  3. KETELERS

    c'est toujours un plaisir de te lire mon ami! il faut que tu penses à écrire un nouveau livre. la lecture était plaisante mais un peu courte à mon goût. la bise et à très bientôt pour un repas qui ne sera pas virtuel.

  4. PiTRe

    Ah ben mince alors, je vais devoir (moi ?!) être la voix du râleur ? Mais c'est le monde à l'envers ...

    Faites attention à ce que vous souhaitez, maître ... "Ne touchez plus, plus jamais, aux Assises" est la porte ouverte à la sclérose, voire à la lutte des corporatismes si, d'aventure, un réformateur voulait faire des propositions visant à améliorer le système. "Ne dénaturez plus les Assises" aurait été tellement mieux, non ?

    Votre texte est un magnifique plaidoyer à cette instance, à son rôle de catharsis, aussi bien pour les victimes que pour les accusés. N'ouvrez pas la porte à un immobilisme qui pourrait, au final, être pire !

    PS : content de vous revoir :)

  5. massenet

    Cent fois d'accord avec cette déclaration d'amour pour une juridiction où le plus bouleversant peut se produire, et où l'humain re trouve sa place;
    Bravo pour ces mots et j'espère à bientôt, pour défendre encore et toujours

  6. Evaluna

    Merci pour ce texte qui colle parfaitement à mon état d'esprit et mes interrogations de jurée d'assises récemment libérée de cette tâche...pleine de doutes et de questions...
    Oui,je ressens encore "comme il est difficile de bien rendre la justice, comme ça heurte le ventre, comme ça retourne l’âme, quelle énergie terrible nous y mettons tous."

  7. Shane

    Comme ça fait du bien de vous lire !!!
    Pour en avoir vécu 2, le procès et l'appel, en une année,
    Nous n'en sortons pas indemne, mais quel partage d'émotions
    Je me suis énervée contre le procureur, contre les avocats, les accusés,
    J'ai été bouleversé quand j'ai témoigné,
    J'ai pleuré quand il est sorti libre,
    J'ai admiré les victimes car elles ont écouté et lui ont donné l'espoir d'être pardonné un jour,
    et je remercie pour l'éternité son avocat, mille mercis Benoit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green