Histoire Noire II

II L’ENQUÊTE

Dalila est en état de choc, elle a une sorte de barre qui lui traverse le front, et elle sent bien qu'elle ne parvient pas à  réfléchir ; mais ça va, elle ne pleure plus, et se sent étrangement calme, maintenant. Elle n'est pas soulagée, mais elle ne ressent plus non plus de pression, pour la première fois depuis bien longtemps ...

Lorsqu'ils l'ont amenée ici, qu'ils lui ont expliqué qu'on était à  la Brigade des Mineurs, que ce qu'elle venait de dire aux "collègues" était grave, qu'il fallait qu'elle s'explique, qu'elle raconte, elle était dans un tel état d'agitation qu'elle avait vingt pensées contraires qui la traversaient toutes les secondes : elle devait se taire, elle devait dire sa vraie histoire, elle devait dire qu'elle venait de mentir, elle devait continuer à  mentir, elle devait parler, elle devait se taire, elle devait...

Christelle a été sympa, vraiment, surtout pour un flic : elle l'a calmée, lui a tout expliqué, a demandé tout de suite qu'on aille chercher ses parents (ça, elle aurait préféré que non, mais elle lui a expliqué que c'était obligatoire), qu'on voulait l'écouter, que ce n'était pas de sa faute, qu'elle n'avait pas à  s'en vouloir, que si quelqu'un venait de lui faire du mal il fallait le dire, que personne ne pouvait plus lui en faire. Dalila l'a écoutée, ça lui faisait du bien. Elle a vu arriver ses parents, sa mère en larmes et son père avec un visage terrible, dur, fermé, et ils l'ont prise dans leurs bras, sans rien dire - Christelle lui avait dit qu'elle leur demanderait de ne pas lui parler de tout ça, et elle avait tenu parole. Puis elle a expliqué qu'elle n'aurait pas à  raconter son histoire des tas de fois, qu'on pouvait la filmer, et que ça permettrait de la réentendre par la suite sans que Dalila ne soit à  nouveau obligée de dire ces trucs horribles ...

Elle lui a dit aussi que ça se voyait sur son visage, quelque chose de très grave venait de se passer, et puis il y avait la marque sur son front, et son état dans la rue, et on avait des tas de moyens de vérifier beaucoup : elle passerait un examen gynécologique, elle verrait une psychologue, on enquêterait "serré" sur le type, sur ses relations, et il fallait aussi qu'elle parle pour qu'il n'embête plus personne d'autre...

C'était si grave, pour tout le monde, c'était si important pour les adultes présents, il y avait tellement d'enjeux soudain ... Et la femme policier, ses collègues, ses parents maintenant, tout le monde la regardait, attendait qu'elle dise quelque chose, l'aimait, l'aimait enfin bien ... Elle s'est mise à  parler, presque d'une seule traite, devant la caméra comme Christelle, qui était derrière et lui posait une question de temps en temps, mais toujours gentiment, le lui avait annoncé.

Alors elle a dit. Celle qui n'était encore qu'une petite fille, encore secouée de longs hoquets, les yeux souvent baissés, a raconté ce qui venait de se passer, ce qui avait provoqué son arrivée ici : son prof de français venait d'abuser d'elle. Il l'avait convoquée après le cours, ce matin, ce qu'il ne fait jamais. Il avait attendu que les autres élèves partent, et avait fermé la porte. Il s'était approché, s'était assis sur le bureau, lui avait parlé gentiment, et avait commencé à  la caresser, le cou et les épaules d'abord. Elle n'osait rien dire au début, mais il avait voulu aller plus loin, il avait touché ses seins. Elle avait voulu crier et se débattre, mais il l'avait frappée, d'un revers de main, elle était tombée et il s'était jeté sur elle - elle était terrorisée. Au sol, il avait commencé à  la déshabiller, d'abord "par le bas", il l'immobilisait avec son poids, et à  partir de là  elle avait tellement peur qu'elle s'était laissée faire, elle expliquait que c'était comme si elle était "sortie de son corps" et avait vu la scène "d'en haut". Il avait mis ses doigts en elle, elle en était certaine, il avait sorti son sexe, elle ne savait pas s'il avait réussi à  la pénétrer, elle ne sentait plus rien, ne ressentait plus rien. Elle ne croyait pas qu'il avait éjaculé, ça avait duré longtemps, ça avait fait mal. Il n'avait rien dit, et il s'était arrêté enfin, au bout d'un long moment, s'était relevé sans la regarder, et s'était rajusté. Elle n'avait pas osé bouger, mais il avait fini par lui dire de s'en aller, rien d'autre. Elle s'était alors relevé à  son tour, précipitamment, avait ramassé ses affaires à  la volée et s'était enfuie. Elle ne voulait plus penser à  tout ça maintenant, oui elle avait tout dit, oui c'était la vérité, mais maintenant elle était fatiguée... Elle ne voulait plus jamais le revoir, et qu'on la laisse tranquille...

Christelle la croyait sans réserve.

Elle avait entendu les parents juste après cette audition filmée de Dalila, qui étaient, évidemment, choqués, et qui avaient déposé plainte au nom de leur fille, en précisant simplement qu'ils la croyaient, qu'elle n'avait pas l'habitude de raconter des histoires, et aussi que ça faisait longtemps qu'ils se demandaient pourquoi Dalila n'avait pas de bons résultats en français, alors qu'ailleurs ça allait à  peu près...

Elle revient voir Dalila, et lui demande si on peut aller au CHR simplement faire un rapide examen gynécologique, et aussi pour examiner cette vilaine bosse sur son front, ce que Dalila accepte sans problème. Christelle lui explique que ses parents ont amené des vêtements de rechange à  sa demande, et qu'elle va récupérer ceux qu'elle porte, "pour les traces tu comprends ?", et Dalila se change et lui donne ses habits.

Christelle lui dit aussi qu'ils vont rencontrer une psychologue, et qu'elle peut lui dire tout ce qu'elle veut, ce qu'elle a sur le coeur, ce n'est pas pour l'embêter, c'est seulement pour prouver "médicalement" que Dalila n'est pas folle, qu'il n'y a pas de raisons de ne pas la croire. Dalila dit seulement qu'elle ne sait pas si elle pourra parler encore de "ça", mais qu'elle est d'accord - après, elle pourra repartir avec ses parents, Christelle l'a dit, et elle ne désire rien d'autre au monde que de se retrouver dans sa chambre.

Ils font l'aller-retour à  l'hôpital, c'est assez rapide, ils étaient attendus, la gynéco est une femme, ça se passe bien, même si elle note que Dalila est un peu raidie et a manifestement du mal à  la laisser l'examiner.

Un autre médecin, un interne, examine ensuite très rapidement la bosse qu'elle porte sur le front, puis Christelle et son collègue la ramènent avec ses parents au Central.

La psy est là , très gentille, et l'entretien se déroule très bien, une demi-heure environ, Dalila parvenant finalement, par bribes, à  reparler de ce qui lui est arrivé, et expliquant ensuite qu'elle n'a que ça dans la tête, qu'elle n'arrive plus à  penser, qu'elle se sent sale et moche, qu'elle s'en veut de n'avoir rien fait de plus, de n'avoir pas combattu...

Christelle lui explique qu'elle a fini de l'embêter, qu'ils peuvent y aller, qu'on les tiendra au courant. Elle félicite Dalila pour son courage, lui dit qu'elle n'a rien à  craindre, qu'elle n'y était pour rien, et même se penche au moment du départ et lui fait une grosse bise sur la joue : Dalila est émue, elle lui rend un sourire adorable et épuisé, son père passe un bras autour de ses épaules, ce qui n'est jamais arrivé avant, et ils rentrent chez eux...

___________

Jean-Marc n'a pas digéré l'incident de tout à  l'heure et s'en veut toujours : il est passé en salle des profs, et en a parlé à  quelques collègues, qui ont souri mais l'ont rassuré : dès demain, la petite aura tout oublié ... Il y a le "Père Goriot", aussi, leur doyen d'âge, qui lui a dit, comme si c'était la première fois, qu'ils ne sont pas assistantes sociales, qu'il n'avait pas à  vouloir porter tous les problèmes et la misère des "jeunes" sur ses épaules de prof, pas faites pour ça.

Il a demandé à  la ronde si l'un d'eux avait déjà  rencontré des problèmes avec Dalila, si quelqu'un savait si elle en rencontrait chez elle, et personne apparemment n'a jamais su ou remarqué quoi que ce soit, une élève lambda sans difficultés particulières ...

Il est rentré chez lui, et en a aussi parlé à  sa femme, qui l'a rassuré un peu de la même façon, et lui a redit au passage combien elle savait qu'il était un bon prof - elle est bien placée pour le savoir, elle a été son élève, autrefois. Ils ont fini par sourire, et elle par couper court : il verrait lundi, et signalerait la fragilité de la lycéenne, mais maintenant c'était le week-end, il fallait qu'il débranche...

Ce qu'il a fait.

Il a joué avec les enfants, rentrés à  leur tour, ils ont mangé assez joyeusement - ils vont à  la mer demain s'il fait beau, puis il les a couchés, l'incident presque oublié, les problèmes laissés à  l'extérieur, tout heureux d'être là  avec les siens, comme tous les soirs.

Jusqu'à  ce que la sonnerie de l'entrée le fasse sursauter, vers 22 heures, alors qu'il commençait à  clignoter des yeux, affalé devant la télé, à  côté de sa femme endormie.

Il est allé ouvrir, en fronçant les sourcils, et s'est retrouvé nez-à -nez avec un couple, la femme tendant vers lui une carte barrée de tricolore : "Monsieur Caron ? Christelle Denisel, lieutenant de police. Est-ce qu'on peut vous parler..?".

Immédiatement inquiet, il leur ouvre la porte : "Heu... Oui, bien sûr, entrez".

Il ne sait pas encore que c'est la dernière porte qu'il ouvre avant longtemps.

[Lire le début] [Lire la suite...]

20 réactions

dont les 20 dernières sont :
My Homepage | Delphine | Maître Mô | lucis | Maître Mô | Ftou | Maître Mô | Ftou | Maître Mô | Maître Mô | walken | Charlot | Maître Mô | mona | tinotino | Maître Mô | auchaud | panoptique | Mussipont | Maître Mô |

  1. 15 réactions

    Je le savait que ça se passerait mal, je le savait...vous êtes intervenu dans cette affaire?

  2. 3646 réactions

    Oui : vous allez voir... Mais, comme vous êtes manifestement impatient, et que vous faites partie de mon "top 3", je viens de décider qu'il s'agira pour les besoins de la cause de "Maître Mussipont" - ça va vous gâcher la suite, mais tant pis !

  3. 15 réactions

    Oh mais quel honneur vous me faites! C'est bien la première fois que je vais pénétrer dans une affaire criminelle !

  4. 19 réactions

    J'accroche terriblement à  cette histoire. La pauvre petite, on l'empeche d'accuser son oncle, il faut bien qu'elle accuse quelqun...
    Je n'ai pas la télé chez moi, et j'en suis très content. mais finalement, à  défaut de pouvoir suivre une série télévisée, je suis une sorte de roman, "blog-orisé". Qelle plus-value...

  5. 1 réactions

    la suiiiiiiiite ! c est bien ces petites nouvelles ....

  6. 3646 réactions

    @ Tous : la suite vient, c'est promis...

  7. 721 réactions

    Je viens juste de prendre connaissance de cette histoire et je commence déjà  à  réagir. J'envisage une suite de très mauvaise augure pour ce professeur. Néanmoins, à  la lecture de votre billet, je m'interroge car vous dites que les policiers se sont présentés chez lui vers 22 heures. Je ne connais pas les suites, mais d'ores et déjà , il me semble que c'est en-dehors des horaires légales (6h/21h sauf pour certaines infractions dont ne fait pas partie celle-visée par votre récit).

    En tout cas, on ne rappellera jamais assez que dans ce genre d'affaires, il faut garder toute sa retenue, la parole donnée n'ayant pas forcément preuve de vérité absolue. Je comprend la réaction de la petite fille, ce n'est jmais simple de s'exprimer sur ces sujets.

  8. 1 réactions

    La suiiiiite, c'est intenable!! Je trouve Jean-Marc très attachant dans votre récit (faut dire qu'il me rappelle un de mes propres profs de français...)Et puis c'est rédigé d'une façon telle que l'ensemble est très plaisant à  lire, halletant en vérité. Seulement à  la fin, on se rappelle que le billet est bel et bien classé dans la rubrique "histoire vraie"... Retour du boomerang, assez violent. Je comprends parfaitement la détresse de Dalila, et encore je trouve qu'en disant cela je fais preuve d'une grande prétention; comment comprendre quand on n'a pas vécu... l'innommable?Pour autant, ce qui me reste une fois la lecture achevée, c'est l'image terrible de ce père de famille interloqué, ouvrant la porte aux policiers venus l'interroger.
    J'ai moi-même vu mon père être confronté injustement à  la justice (cruelle oxymore), cela s'est clos heureusement, mais j'ai pu néanmoins saisir tout le potentiel de destruction et de douleur d'une telle confrontation.
    J'attends la suite avec impatience... et avec pessimisme.

  9. 3646 réactions

    @ Tinotino et @ Mona : la suite arrive, c'est juré. Mais soyez pessimiste, oui, elle ne peut pas se finir bien...
    Tinotino, vous avez raison sur l'horaire, en cas de contrainte, pour résumer... Mais rien en revanche n'interdit une visite consentie, sans opposition de la personne concernée.

    A suivre donc, j'espère vraiment écrire la fin au moins l'épisode suivant avant 2009...

    1. 7 réactions

      2009 arrive, le suspense est insoutenable !

      1. 3646 réactions

        Walken,
        Je déteste me dédire, mais... Je vais avoir quelques jours un peu un tout petit un minuscule retard, je m'accorde quelques jours encore, alors que nous sommes le dernier de 2008...
        Je vous promets de publier la suite au plus vite, c'est ma première bonne résolution 2009 !!

  10. 34 réactions

    Damoiselle, damoiseau, maître Mô,
    je ne m'épancherai pas sur la beauté de récit, cette simple phrase suffit.
    Je tiens simplement à  faire remarquer ceci : vous dites maître 'un peu de pessimisme, cette histoire ne peut pas, bien terminer". Dans ce cas laissez moi m'offusquer ! Vous n'auriez, à  mon sens, pas du la commencer ainsi. Vous présentez l'histoire de la fillette , celle du professeur pour nous raconter leur destin commun. Vous nous mettez dans un conditionnement tel que ces deux êtres sont victimes et ce irrévocablement.
    Ce n'est pas comme lorsque vous avez pris la défense de votre ami, narration durant laquelle interviennent vos sentiments humains et votre croyance. Ici, l'homme vous était étranger, vous ne pouvez donc pas avoir de sympathie pour lui et j'imagine que le doute a plané quand à  sa culpabilité...
    Voilà  donc mon propos plus concis : la justice semble par moment étrange et injuste, elle le rend coupable. Pourquoi êtes vous certain de son innocence ? Mon intervention ne porte en fait pas là  dessus mais plutôt sur ceci : votre homme (décrit par vos mots) ne subit pas forcément une fatalité .
    Je m'excuse du cafouillage de mon explication, j'ai extrêmement de mal à  exprimer mon idée.
    Dites moi que vous avez compris ....
    Dans le cas contraire je respire un grand coup, trouve de nouveaux mots et recommence.

    Dernière question : pourquoi avoir décidé de morceler le récit ?

    1. 3646 réactions

      Charlot, merci !
      Je crois que je vous comprends, oui ( :eek: ), mais encore un tout petit peu de patience : la suite vous répondra je pense...
      Sinon, je n'ai pas décidé de raconter cette histoire en plusieurs épisodes, ça s'est imposé : le récit en est long, son écriture ne peut pas être, hum, disons aussi spontanée que pour d'autres textes, tant pour la cohérence que parce que c'est parti sur un style un peu différent du mien propre, qui m'oblige donc à  me concentrer un peu plus.
      Enfin, je l'avoue, c'est une de ses histoires dans lesquelles j'ai du mal à  m'immerger à  nouveau, tout bêtement. Mais ça vient, c'est juré !

  11. 8 réactions

    Le resultat de l'analyse par la gynecologue ne figure pas dans le recit, n'etait il pas connu a ce moment du recit?

    1. 3646 réactions

      Bien vu : si, le résultat est connu, même si le rapport papier n'est pas forcément établi immédiatement, le praticien l'a au moins indiqué verbalement aux enquêteurs. On en parlera peut-être plus tard, de ce résultat, ou peut-être qu'il ne sera pas signifiant... Et vous devrez vivre avec cette question taraudante : est-ce que j'ai oublié de le mentionner, ou bien est-ce que je n'en ai volontairement pas encore parlé, héhé... :lol:

      1. 8 réactions

        Quel que soit le résultat, sa déclaration (Il avait mis ses doigts en elle, elle en était certaine, il avait sorti son sexe, elle ne savait pas s’il avait réussi à  la pénétrer, elle ne sentait plus rien, ne ressentais plus rien.) la "couvre" si le résultat est négatif (ce qui est le plus probable, a moins que de gros elements nous manquent). Enfin je posais cette question car si le resultat est negatif cela devrai commence a pose une question a l'enqueteur (nonobstant la remarque precedente), si le resultat est positif, on comprend beaucoup mieux l'entetement du lieutenant de police.

        Quoi qu'il en soit votre prose est un delice, je decouvre chaque jour un peu plus (en remontant dans les archives) et ne peux que vous encourager a continuer sur cette voie.

        PS Les emoticones sont... mortelles :arrow:

        1. 3646 réactions

          Patience, Ftou, patience - et n'oubliez pas que Dalila a réellement été victime de quelqu'un, en tout cas...
          Merci, sinon !
          (Pour les smileys, j'ai bien ramé pour adapter leur taille à  ce blog; les originaux sont savoureux, plus grands et détaillés, à  voir sur le site de l'auteur, le lien est dans ma sous-page "adresses utiles" !)

  12. 1 réactions

    le recit nous tient en haleine vite vite la suite ....lorsque l on est entre les mains de la police ilest
    bien compliqué de prouver son innocence et vos conseils si judicieux, soient ils , difficile à  mettre en application.
    lorsque nous sommes arretés pour un simple contrôle de carte grise et permis de conduire ,nous transpirons déjà  , le geste est mal assuré, alors que nous sommes en régle et n avons commis aucune infraction alors dans la situation de jean marc .
    quels sont les recours contre les OPJ lorsqu ils ne respectent pas la procédure lors d une interpellation puis d une garde à  vue puis que l avocat n est pas présent la 1ere heure.?
    continuez à  nous tenir ...par vos récits et toutes ces "diatribes" intérésantes sur l autorité judiciaire nous assistons à  la même casse de la protection sociale maladie + vieillesse mais aussi de l industrie machine outils automobile armements navals

    1. 3646 réactions

      Merci Lucis !
      (Vous avez vu que le troisième épisode est sorti, hein ?)
      Les recours sont de deux ordres, sinon : la plainte, mais il faut des preuves; et la nullité de la procédure, mais il faut de preuves; et comme à  ce stade les preuves et leur administration sont gérées par les policiers, c'est à  dire ceux contre qui l'on voudrait agir, je vous confirme que ce n'est pas simple...
      Reste à  tenir bon, à  se dire que ça ne va pas durer si longtemps, et à  ne pas se mettre dans son tort en répondant de façon claire et courtoise... Tout un travail, effectivement, là  aussi, parce qu'à  faire dans un contexte de crainte et d'humiliation, forcément, même si tout se passe légalement...

      1. 1 réactions

        Bonsoir,

        Et la suite? ;-))

        Bien à vous, et merci pour cet excellent blog !

        J'ai tout dévoré ce jour!

Trackbacks/Pingbacks:

  1. Histoire Noire | Maître Mô - [...] quand elle le pourra, par un avocat au Barreau de Lille « Un…
  2. Histoire Noire III | Maître Mô - [...] le début] [A suivre...] (Article lu 2 fois) Histoires vraies Réfs: enquête, policier, [...]
  3. My Homepage - ... [Trackback] [...] Find More Informations here: maitremo.fr/histoire-noire-ii/ [...]
Recommandations

Fin des commentaires, et Humbles recommandations - Mô-de d'emploi

  • Les commentaires sont "imbriqués", ce qui ne signifie pas qu'ils s'accouplent, mais que l'on peut y répondre directement, la réponse s'affichant alors non plus ici, mais sous le commentaire concerné ci-dessus...
  • Les articles de ce blog, contrairement aux décisions de justice, peuvent être commentés en tous sens, en vous remerciant simplement par avance de bien vouloir faire des phrases et non pas des sms...
  • La barre d'outils ci-dessous vous permet quelques petites mises en forme, et même de vous corriger durant quelques minutes après envoi.
  • Si vous n'avez pas encore votre représentation personnalisée sur le Web, vous pouvez l'enregistrer trés facilement sur Gravatar , selon une procédure, évidemment gratuite, trés rapide et simple : c'est plus joli d'avoir à côté de vos MÔ´s l'avatar que vous vous serez choisi vous-même, plutôt que l'austère et symbolique avocat noir qui s'affichera à  défaut...
  • Merci de n'insérer que deux liens au maximum dans le texte de votre commentaire et deux mots maximum pour votre pseudo : il serait, au-delà, irrémédiablement et automatiquement détruit en tant que spam...
  • Enfin, n'oubliez pas de cocher la case qui certifie que vous êtes humain.
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

    Markup Controls Gras Italique Souligné Barré
    Insérer un lien Insérer une citation entre les guillemets Insérer une info-bulle entre les guillemets Insérerez entre les guillemets l'expression littérale de votre acronyme Insérer un code
    Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green