Plainte

"JE VAIS LA MASSACRER. JE VAIS LA DÉFIGURER."

Laurence est figée devant le SMS, elle n'arrive pas à penser, elle sent la sueur qui lui inonde le dos, elle n'a qu'un mot en tête pour l'instant, écrit avec des pierres et qui écrase tous les autres : elle a peur. Elle est terrorisée.

Le problème est qu'elle le connaît, Igor, oh oui, elle ne le connaît que trop, après ces vingt ans, et après l'accélération qu'elle a constatée toute cette année, surtout ces derniers mois : ce n'est pas une menace en l'air. Il est en rage, à nouveau. Il va le faire. Il va s'en prendre à Nathalie, il va lui faire du mal ...

Elle panique, regarde autour d'elle, ne sait pas quoi faire. Prévenir Nathalie, et sa sœur, oui, mais comment ? Et de toute façon, quoi, après ? Les trois femmes n'ont qu'un endroit où aller, leur maison, le "foyer conjugal". Où Igor les attend, comme tous les jours, probablement déjà armé de sa rallonge électrique habituelle, celle qu'il tient, pliée en deux, pour la fouetter, elle, son épouse adorée, lorsqu'il en ressent le besoin. Lire la suite

Un papa, une maman, trois garçons, quatre placements

Des clichés qui circulent sur les fonctions de juge des enfants, il y en a plein, y compris parmi les magistrats d'ailleurs : annoncez à un collègue que vous devenez JE, et vous avez, oh, une chance sur trois, je dirais, de le voir répliquer "Ah ? Tu vas faire du social, maintenant ?" - sauf, bien sûr, s'il est lui-même ou a été JE1 . Idem pour les amis avocats, qui m'ont parfois demandé si ce n'était pas ennuyeux de ne plus vraiment faire de droit et de passer ses journées à entendre les gens se lamenter. Lire la suite

  1. De son plein gré, évidemment. Certains collègues l'ont été temporairement, contraints et forcés par des raisons généralement géographiques ou parce qu'ils occupaient un poste de juge placé, et en ont gardé des souvenirs douloureux, mais n'allons pas tout compliquer. []

Ils disent tous ça…

Je serai bref, exceptionnellement, et tape ceci à la volée, sous le coup de la colère, principalement dirigée contre moi-même pour l'instant, plongé que je suis dans un dossier criminel qui n'est pas encore jugé, mais est en attente d'audiencement, ce qui signifie que l'instruction en est terminée : on m'a demandé il y a quelques jours seulement de prendre la défense de l'accusé, je n'étais malheureusement pas à ses côtés auparavant.

Cette affaire concerne des faits de viols, assez anciens, commis par ascendant sur mineure de quinze ans, et aurait pu en avoir les tristement banales caractéristiques "habituelles", même si je répugne à employer ce terme, ressemblant beaucoup à tant d'autres de ces authentiques ou supposés faits incestueux qui remplissent les cours d'assises... Lire la suite

Also available in : English

Rien n’est jamais juste.

[Avertissement : ce récit peut être dur.]

Barbara "pousse" une avant-dernière fois, de toutes ses forces, elle est rouge brique, elle serre la main de Xavier à la lui broyer, elle l'entend vaguement qui lui parle, au milieu des encouragements des sages-femmes, "Allez ma Chérie, allez, elle est là, on voit sa tête, elle est là, bravo ma Chérie, c'est bien..."

Elle a eu mal, les contractions initiales ; puis ils ont posé la péridurale, assez vite et avec succès, et ça s'est calmé, jusqu'à il y a dix minutes, où elle a bien senti que cette fois-ci, on y était : elle allait mettre au monde leur petite fille ! Elle a respiré, poussé, bloqué, bien tout fait, comme les séances de préparation à l'accouchement lui avaient appris - elle s'était appliquée, studieuse et impatiente, parce cette grossesse, ils l'attendaient depuis combien ? Six ans ? Hors de question de se rater, ils avaient tout fait pour que tout se passe le mieux possible, Barbara, même si elle n'avait que trente-deux ans, avait bénéficié d'attentions médicales toutes particulières, tout irait bien : ils l'avaient tellement voulue, cette petite fille qui allait naître... Lire la suite

Also available in : English

Histoire Noire V

"S'en aller"... Non, vraiment, il n'allait pas en être question, ni cette nuit, ni demain, apparemment - on était d'ailleurs sans doute déjà demain, il n'avait plus de montre...

Jean-Marc avait fini par réussir à s'endormir, si on peut considérer que sombrer dans des rêves peuplés de cauchemars, en se sentant crasseux et profondément blessé, seul, sur une sorte de planche de bois épais scellée au mur, et en grelottant tant de fatigue nerveuse que de froid, puisse ressembler en quoi que ce soit à "s'endormir"...

Ils l'avaient réveillé, d'autres policiers que Christelle, au bout de deux ou trois heures de ce "repos", pour lui faire signer des papiers concernant le déroulement de sa garde à vue, apparemment - l'avocat, Maître Mussipont, lui avait bien dit de tout lire soigneusement avant de signer, mais il ne l'avait pas fait, trop abruti de fatigue et de peur ; et ce n'était que de la paperasse, avait indiqué l'un des flics, assez sympa - qui lui avait aussi dit qu'il avait "de la chance", il y avait relativement peu de monde, cette nuit-là, il avait une cellule pour lui tout seul. Bien de la chance, oui... Lire la suite

Aiguillage

8 heures 30, Louise enfile son blouson en jean et se prépare à  sortir. Elle ne sait pas encore ce qu'elle va faire de sa journée - probablement marcher sans but dans le froid de décembre, explorer les ruelles de sa presque nouvelle ville, dans laquelle elle a emménagé il y a trois mois seulement. Elle va peut-être chercher aussi un petit boulot, qui l'occupera quelques heures ou quelques jours, mais ce n'est pas pour cela qu'elle sort tôt : elle aime être matinale, elle aime marcher, elle déteste rester enfermée.

Elle sort de son minuscule appartement, jette un dernier regard à  l'intérieur et referme simplement la porte derrière elle, sans la verrouiller. Il n'y a strictement rien à  voler dans son deux pièces. Rien d'intéressant. Lire la suite

Also available in : English