Oph, t’as l’Mô !

Dessins de Oph

Je sais parfaitement que nous ne sommes malheureusement pas encore vendredi, et qu'il siérait, "en semaine on reste à  la peine", que je vous entretinsse1 d'un tas de trucs passionnants, comme la réforme des retraites (mais il se trouve que je suis pour la suppression totale d'icelles, position indéfendable publiquement 2 ), la condamnation de Monsieur Kerviel (dont mon illustrissime et (déjà ) ressuscité confrère Eolas nous a expliqué les termes avec son brio habituel, et notamment l'aspect partage de responsabilités impossible3 . Mais, je ne sais pas vous, moi je suis avec les banques comme elles sont avec mes comptes : tendu. Et donc, je me pose une lancinante question : si je comprends que la banque concernée ait soumis à  la sagesse du Tribunal les justificatifs des pertes prétendument imputables à  l'impétrant, pourquoi personne à  ma connaissance n'a-t-il chiffré aussi les gains, que je suppute4 avoir été faramineux, générés pour la banque par les mêmes prises de positions ? Non, parce qu'une banque n'a manifestement aucun système d'alerte valable lorsqu'elle gagne de l'argent, mais je suis le vivant témoin de ce qu'elle en possède en revanche des dizaines dès qu'elle en perd, ou croit qu'elle risquerait de pouvoir en perdre...? (Attention, je place pour une fois la coupure de texte ici, parce que je fais ce que je veux !) Lire la suite

  1. Oui, subjonctif imparfait, mais j'hésite... Décidément, je crois que je régresse... []
  2. sous peine de voir des gens en colère avec des t-shirts rouges me taper avec leur panonceaux, ils s'en sont déjà  pris à  ma bagnole la dernière fois, sous le prétexte simpliste qu'en ayant marre d'être bloqué à  un feu, non pas rouge mais vert, à  cinq cents mètres de chez moi, après une dure journée, j'avais tenté d'en écraser quelques-uns -les gens sont mesquins. []
  3. En vain largement, pensé-je malheureusement : hier soir, David Pujadas, France 2, parlait encore d'une "amende" à  la place de "dommages et intérêts" ... []
  4. Il ne s'agit pas d'une citation de Franck Ribery []

Présumé coupable, par Isabelle Guso

Couverture de Présumé Coupable

Un petit mot publicitaire, que j'ai moi-même proposé de poster à  l'éditrice, car il m'arrive d'être fatigué, donc généreux, pour vous signaler la proche parution d'un bouquin qui, à  mon humble (car il m'arrive d'être fatigué, donc humble) avis mérite vraiment d'être lu.

Je ne dis évidemment pas ça parce que son éditrice, dotée d'un bon goût évident, m'a fait l'honneur de me contacter via ce blog, il y a quelques mois maintenant, pour me piéger demander de le relire avec l'œil du juriste, histoire d'être certaine que rien d'aberrant, en droit, n'y figurât1, puis, après ainsi que je ne puisse plus refuser, d'en commettre la postface, comme les plus acharnés des promeneurs de ces lieux enchantés ont pu le noter avec fierté ici, je vous dis ça parce que cet ouvrage est remarquable - et si au passage ces quelques lignes font rosir de gêne l'écrivaine l'auteure la lecteure2 la maman (ah, et puis merde !) la dame concernée, eh bien ce sera bien fait pour elle !

Or donc, le livre en question, lequel constitue paraît-il une "novella"3, s'appelle "Présumé coupable", et est le tour de force d'une "Jeune auteur"4, Isabelle Guso. Lire la suite

  1. J'ai un doute sur l'emploi de ce subjonctif imparfait, ça la fout mal quand on veut dire du bien d'un écrivain, ah, crotte, pardon Mesdames, d'une "écrivaine", Misère Humaine... Bon, tant pis, je laisse, s'il est erroné, qu'un commentateur érudit n'hésite pas, il serait opportun que je rectifiasse ! Je blague, mais plus j'écris ici, plus j'ai honte de mes lacunes. Les enfants, ne faites pas comme Papa Mô, apprenez bien à  l'école... []
  2. Hannibal, de son prénom, évidemment. Jeu de mots idiot dédié aux nombreux comiques qui me lisent. []
  3. Ne me demandez pas pourquoi, je n'y connais rien au monde merveilleux de l'édition, je connaissais "roman", et, comme petit roman, "nouvelle" ; j'en déduis que "novella" est un tout petit roman, alors que là , non. Je me demande si ça n'est pas encore un coup des féministes qui auraient féminisé un mot déjà  féminin, histoire d'insister lourdement encore un peu... []
  4. Rien que pour l'absence de "e" final, Isabelle, je vous remercie, et même je vous embrasse, y a pas de petits profits ! []

Une administration qui ne vous veut pas de bien

J'ai une minuscule information à  transmettre aux lecteurs éleveurs d’enfants en bas âge qui, comme mon conjoint, par exemple, auraient l’ambition de ne pas se séparer d’eux pendant leurs voyages internationaux. Rien qui justifie spécialement de truster la page de garde de ce magnifique blog dont je ne suis qu'un widget parmi d'autres, sans compter que je m'étais plus ou moins engagée à  ne pas publier après l'article précédent, mais voilà , Maître Mô, souffrant d'une légère et temporaire panne, a décidé de ne plus me lâcher la jambe avant de m'extorquer une brève, usant à  cette fin de l'ensemble des moyens à  sa disposition : supplication ("Allez s'te plaîîîît, je n'ai plus rien à  écriiiiire ..." - ce qui, par parenthèse, est faux, eu égard aux 50 et quelques brouillons en attente qui végètent dans les coulisses), menace ("Puisque c'est comme ça, je vais révéler ton identité à  tout le monde"), mise à  exécution partielle de la menace (si !),  misérabilisme ("De toutes façons tu n'as rien à  faire en ce moment, alors que moi le pauvre je croule sous le boulot - les charges - les clients - les enfants - d'autres microbes encore - le mauvais temps - Koh lanta qui était nulle cette année et Lussi qui a été éliminée de la Nouvelle Star ..."), flatterie outrancière ("J'adore ce que tu fais, je t'assure, je peux avoir une photo dédicacée ? - et au fait, c'est quand, ta prochaine publication ?..." - comme si un juge ne savait pas comment accueillir des bobards d'avocat), voire, et là  les bras m'en sont tombés, l'excuse ultime : "Ce serait génial de publier un truc léger depuis le temps, j'adorerais vraiment, mais vendredi je ne peux pas, j'ai piscine ...". Quand Maître Mô panné, lui toujours faire ainsi.
De guerre lasse, mais néanmoins dans la mentalité très "service public"1 qui me caractérise, et pour complaire au Pieter Van Den Hoogenband du barreau lillois, je vous livre donc ce mini-renseignement. Mais comme je fais partie d'une administration à  laquelle on ne saurait reprocher de négliger de décrire sur dix pages ce qui aurait tenu en un paragraphe, le billet d'aujourd'hui contiendra une seule info pour 2364 mots, c'est comme ça. Lire la suite

  1. J'ai bien fait attention à  ne pas oublier le R ... []

« Sport. Never. »

(très joli titre qui n'est évidemment pas de moi, mais emprunté à  Winston Churchill, un type qui avait tout compris à  la vie et à  qui celle-ci l'a bien rendu, puisque malgré ses dix cigares quotidiens et cette absence totale et revendiquée d'exercice physique, secret selon lui de sa longévité, il a vécu 91 ans)

Note préliminaire : je pense pouvoir assurer à  tous que personne n'apprendra quoi que ce soit de juridico-judiciaire dans ce billet, qui ne contient pas un gramme de droit et se veut purement anecdotique. En vérité, j'étais supposée finir de le rédiger pour jeudi midi, suite à  une injonction du Maître1 qui prétendait vouloir bosser ET éviter de passer une semaine sans rien publier. Mes brouillons plus sérieux n'étant pas prêts à  sortir, nos travaux communs non plus (à  cause de lui), je me suis dépêchée de relancer celui-ci, pour m'apercevoir vers midi que mon hôte avait finalement décidé de sous-traiter son travail éditorial à  un autre magistrat. Pas grave, j'ai quand même décidé de sortir mon billet light, d'autant que nous sommes encore en période de vacances, de week-end, de nuit et de froid, ce qui devrait me permettre de ne pas gêner trop de fans des chroniques judiciaro-législatives. Ca apprendra à  d'aucuns à  lancer des appels au secours multidirectionnels.

Voilà , vous aurez été prévenus. Je m'en vais maintenant vous parler d'un temps que les moins de, disons, 28 ans ne peuvent pas connaître : celui auquel les candidats à  l'entrée par concours2 dans la magistrature devaient prouver qu'ils étaient titulaires non seulement d'une tête bien lourde faite, mais également d'un corps le moins malsain possible3 . Lire la suite

  1. Textuellement, "Tu vas publier, oui ou merde ?", car il a le sens de la formule énergique - à  croire qu'il a un jour été moniteur à  l'INSEP. []
  2. Les trois premiers concours en fait, mais vu la multiplicité des voies d'accès au métier, je préfère simplifier. []
  3. Avant de se voir offrir moult occasions de démentir ce dernier point au cours de diverses soirées bordelaises alcoolisées, bien sûr. []

Auto Mô bile !

Cher Monsieur,

J'allais, de guerre lasse, abandonner les réclamations que j'ai à  formuler à  l'encontre de votre concession, ensuite du dépôt de mon véhicule XXXX pour révision et réparation, un avocat gérant suffisamment de paperasses pour ne pas s'en ajouter dans la vie privée, même lorsque c'est légitime

Mais, au moment même où je recouvrais mon amertume du voile de la fatalité, voilà  que je recevais votre formulaire de "questionnaire de satisfaction", ce qui dans mon cas ressemble fort à  une tarte à  la crème en pleine face : je vous avoue que l'ironie de ce mot, "satisfaction", veux-je dire, m'incite finalement à  vous exposer exactement ce qui s'est déroulé autour de cette "réparation" et vous comprendrez vite pourquoi je viens de mettre des guillemets au terme réparation. Lire la suite

Môs croisés

Presque rien, pour vous distraire ce weekend, juste une petite récréation intellectuelle que je me suis accordée en glandant comme un malheureux, attendant mon tour à  l'audience pendant qu'un confrère long et chiant comme la pluie, manifestement fiscaliste (ou autre spécialité éminemment respectable)  plaidait, avec la passion qu'une vache met probablement à  brouter, un long, très très long dossier, auquel personne ne comprenait rien je pense, notamment pas le Tribunal, qui a mon avis faisait lui aussi autre chose de son côté : j'ai commis une grille de mots croisés - je n'ai pas fait des mots croisés, j'en ai inventé une, veux-je dire.
Et puis, juste après, c'est ce qui vaut à  cette brève inutile de n'être pas simplement un "Petit Mô" sur le côté du blog, mais bien en place d'honneur sur l'accueil, pleine page, afin que nul n'en ignore, une hallucinante petite vidéo, magique...
Lire la suite

Madame Mô et pas les enfants d’abord !

Amis, vous êtes habitués à  ce que le vendredi, et ici le samedi car hier je bouclais à  l'arrache et n'ai point eu le temps de publier, soit l'occasion de minuscules articles tous plus inutiles les uns que les autres, écrits d'un seul jet dans une ambiance pré-détente palpable rien qu'au choix des images, vidéos, et même mots, qui souvent les accompagnent...

Parce que bien sûr, vendredi c'est raviolis, certes, mais c'est aussi en général une sorte de sortie de guerre, la fin du combat et, non pas l'armistice, mais une trêve, infiniment trop courte, lors de laquelle on retrouve son Adorée et ses enfants autrement qu'à  l'aube ou la nuit tombée, et autrement aussi qu'avec les cernes les plus visibles qui soient, pas celles des yeux, mais celles de l'âme, qui vous fabriquent un visage sur le mode "gravitude" sans que les miroirs ne vous en avertissent pourtant1 ...

Mais celui-ci est un peu spécial, je ne vous le cache pas, même si je place exprès ici la balise html qui vous obligera à  lire la suite pour comprendre, par pure coquetterie, alors que j'aurais pu vous le dire en deux lignes... Lire la suite

  1. Et je dédie cette phrase, remarquable soit dit en passant, à  l'association des Gens qui Disent des Phrases pour Rien, dont je suis le fondateur et l'unique membre -actif... []

LourdissiMô !

Une fois n'est pas coutume1, je souhaite solliciter très directement et expressément les lecteurs de ce blogs, les habitués et les moins, les bavards et les silencieux, en demandant à  ces derniers de s'exceptionnellement désilencier, au sujet de l'agencement général d'icelui.

Vous avez sans doute dû constater que ce site magnifique est en effet truffé de petits ou de grands trucs rigolos dans tous les sens -et je pense que c'est l'un des rares endroits du Ouaibe quotidiennement visité par plusieurs millions de lectrices, et même quelques hommes aussi, qui soit à  ce point gavé d'extensions et de fonctionnalités en tous genres -pour les extensions seules, il en utilise plus de soixante, ce qui est énorme. Lire la suite

  1. D'autant que je suis au fond du trou pour mes retards au cabinet, retenu donc ailleurs ce week-end, pour lequel je ne voulais donc pas vous laisser sans occupation ! []

Môgnum !

Allez, c'est reparti, ce n'est pas parce que le boulot est tellement dense ces temps-ci, et les découverts bancaires tellement atomiques pourtant, et que par voie de conséquence je publie peu, voire pas, qu'il faut se laisser aller !

Or donc, comme un petit coup d'œil "Sous Mô" (c'est une image, calmons-nous...), en cliquant sur le bouton en haut à  droite de la page d'accueil, vous l'apprendra, nous approchons rapidement désormais des 100.000 (cent-mille) visiteurs uniques1, ainsi qu'il me l'a gentiment été fait observer par un lecteur assoiffé, un de plus, dans les commentaires de OM ou Mô aime pas !...

Ce score me remplit d'aise, de fierté et de joie, tellement qu'on recommence : du champ' à  gagner au cent-millième visiteur, eh oui, je suis comme ça ! Et je le prouve : Lire la suite

  1. Comme aucun outil de statistiques ne me donne la même chose, je vous indique que ça peut aussi bien être trois, ma famille inclue, ou deux-cent mille, peu importe, c'est la symbolique qui compte !! []